Archives par mot-clé : jeunes

CINEMA : Maimounatou Bourzaka « Notre vœu le plus cher est que les pouvoirs publics prennent conscience des niches que constitue ce secteur ».

Depuis 3 ans, Maimounatou Bourzaka fondatrice du  Cinecamer qui valorise le secteur du cinéma camerounais sur le web et promotrice  des Journées du jeune cinéaste, propose aux jeunes de la ville de Yaoundé, des journées qui ont pour objectif les apprendre les rouages et les bases du cinéma.  Nous l’avons rencontré afin qu’elle nous parle de cette 3e édition qui se tiendra du 14 au février 2020 à Yaoundé sous le thème  » Violences faites aux femmes et aux enfants: si le cinéma se tait, il laisse faire »

Vision Artistik : Peux-tu nous présenter les Journées du Jeune Cinéaste JJC ?

Maimounatou jamais sans son sourire!

Maimounatou Bourzaka : C’est un événement annuel qui rentre dans le cadre de la célébration de la fête de la jeunesse. Les JJC ont été  initiées en 2018 par l’Association Cinecamer afin de valoriser et de célébrer les jeunes cinéastes camerounais. Il a également pour objectif de fournir des rudiments à cette frange de la population à travers des ateliers  de formation, des master-classes et des conférences-débats. Plus loin, nous voulons susciter des vocations et servir de plateforme d’échanges entre professionnels et amateurs et amateurs du secteur. Bien plus, montrer la portée du cinéma afin d’amener les pouvoirs publics à s’y intéresser davantage.

Vision Artistik : Qu’est qui a motivé cette initiative ?

Maimounatou Bourzaka : L’envie d’accompagner ces jeunes cinéastes en herbe qui manquent d’occasion pour rencontrer les professionnels. Nous recevons de nombreux messages de nos abonnés qui souhaitent se faire épauler par des aînés du métier, mais qui ne parviennent pas à les avoir. Aussi, nous voulons apporter du nôtre pour faire du cinéma un levier de développement. Notre vœu le plus cher est que les pouvoirs publics prennent conscience des niches que constitue ce secteur. Le Nigeria et les  Etats-Unis sont devenus de grandes puissances économiques grâce au cinéma et on peut le faire aussi. Nous avons des professionnels pétris de talent et d’expérience.

Par ailleurs, nous voulons aussi montrer les vrais films aux Camerounais en leur disant que les œuvres diffusées sur la chaîne rouge ne reflètent pas le vrai niveau du cinéma camerounais. Les objectifs sont si nombreux.

Vision Artistik : Journaliste et passionné de cinéma, ça aide dans l’organisation d’un événement comme celui-ci ?

Maimounatou Bourzaka : Énormément ! J’ai la chance d’avoir un carnet d’adresses assez fourni et ça m’ouvre de nombreuses portes. Aussi, chacun de mes amis se sent concerné par mes événements et ils m’appellent pour me proposer de passer sur leurs antennes. Je rends vraiment grâce à Dieu. Grâce à la notoriété que je pu avoir dans le domaine du cinéma à travers mon site www.cinecamer.info et mes années au festival Écrans Noirs, j’ai certaines facilités.

Vision Artistik : Quelles sont les activités qui vont meubler ces journées ?

Programme de l’édtion 2020

Maimounatou Bourzaka : Plusieurs activités vont meubler cette édition. Il y aura des ateliers sur le jeu d’acteur, l’écriture de scénario, les web-séries, la promotion du film et la mobilisation du public, le streaming…. On aura également la projection des films en exclusivité comme  » I’m okay  » de Stella Tchuisse et  » Orphelins » de Jessica Mpele. Sans oublier la conférence autour du thème  » violences faites aux femmes et aux enfants : si le cinéma se tait, il laisse faire »

Vision Artistik : Ces journées veulent toucher qui ? Au finish c’est quoi l’objectif ?

Maimounatou Bourzaka : A travers les JJC, nous voulons d’abord toucher le public en leur montrant du bon. Nous voulons leur faire savoir que nous produisons des films de qualité, contrairement à ce qu’ils croient au regard des films diffusés sur la chaîne rouge.

Nous souhaitons aussi amener les opérateurs économiques à investir dans le cinéma.

Vision Artistik- Comment s’est opéré le choix des formateurs des différents ateliers ?

Maimounatou Bourzaka : Étant, rigoureuse et gueularde 😅��😅, oui je l’avoue, j’ai choisi les meilleurs dans leurs domaines pour ces ateliers.

Ulrich TAKAM
Nkanya Nkwai
Samuel Iyabi

Claye Edou  pour moi, remporte le prix de la meilleure révélation de cette décennie. Il s’est imposé avec son premier long métrage intitulé Minga et la cuillère cassée. L’équipe du journal Le monde s’est déplacé pour la première de son film. C’était phénoménal. Jusqu’aujourd’hui, la magie de son film opéré car il est toujours diffusé dans des salles noires de monde. C’est ce secret là que je souhaiterais qu’il partage avec les autres.

Claye Edou

Alain Bomo Bomo a aussi écrit de belles pages de l’histoire du cinéma camerounais à travers son écurie. Il a formé bien de jeunes camerounais qui font la fierté du pays à l’instar  de Passy Ngah. Même chose pour les autres formateurs.

Alain Bomo Bomo

Que dire que Chedjou Kamdem qui est le meilleur en Afrique ❤❤❤❤ C’est vraiment la crème de la crème.

Chedjou Kamdem

Vision Artistik- rendu à la 3e édition quel bilan fais-tu des 2 premières éditions ? Qu’est ce qui te motive à continuer ?

Maimounatou Bourzaka : En réalité, j’ai voulu abandonner par manque de moyens. C’est très difficile d’organiser un événement sans sponsors. Mais, c’est la passion qui m’anime encore. On continue aussi parce qu’on se rend compte que de nombreuses personnes ont besoin de ce genre de plateforme. C’est un peu comme un devoir envers la société. Nous devons participer à l’éclosion du cinéma camerounais.

En ce qui concerne le bilan, il est très satisfaisant. Nous sommes enchantées des retombées et de ceux qui participent à l’événement car ils en tirent toujours des leçons.

Vision Artistik- C’est quoi ton plus grand rêve pour les JJC ?

Maimounatou Bourzaka : Que les JJC deviennent comme le Fespaco, c’est-à-dire une référence dans le monde. Ainsi, nous pourrons inviter les scénaristes de  » 24h chrono » et de  » Casa de papel »

Vision Artisitik- une information utile à faire partager aux in : ernautes ?

Maimounatou Bourzaka : Le cinéma éduque, informe et divertit. Il constitue une niche.

FÊTE DE LA JEUNESSE : les artistes s’invitent à la célébration

La fête de la jeunesse rendu à sa 54ème édition en ce 11 février 2020 au Cameroun ce célèbre sous le thème : Jeunesse,paix, décentralisation et participation à la gouvernance locale pour un Cameroun nouveau.

Petit historique https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/features/Voici-l-origine-de-la-f-te-de-la-jeunesse-du-11-f-vrier-432852

Pour les jeunes, ils ont droit à presqu’une semaine d’activités avant le grand défilé.. Généralement plusieurs activités sont organisées à travers le territoire nationale dans différents établissements scolaires . On va retrouver les jeux, la danse, des concours, certains feront même des foires et exhibitions. Le défilé intervient comme la dernière articulation du savoir faire de ces jeunes. C’est ainsi que les écoles excellent dans la créativité en matière de tenue afin de rendre leur passage spéciale.

 Hier, j’ai essayé de poser la question à 5 jeunes sur ce qu’ils savent de cette journée, beaucoup n’avaient pas de réponse. J’étais triste pourtant c’est un constat chez les élèves. Ils savent juste qu’ils ont une semaine d’activités et le 11 février ils vont défiler et ensuite pour certains, place aux réjouissances.

Les réjouissances parlons-en justement.

La ville de Douala propose 4 événements phares en ce jour.
Stanley Enow proposera un show live avec une pléthore d’artistes qui se produiront en première partie. Tout est calé depuis hier sur le site de Canal Olympia pour les jeunes qui viendront nombreux voir leur King. C’est également le début d’une tournée de lancement de son nouvel album Stanley vs Enow.  D’ailleurs, le concert est intitulé, Stanley vs Enow tour.



Du côté du parcours vitae à Bonamoussadi, Idriss Aladin comme à l’accoutumée offre un 100 % live show avec les artistes  Kameni,Mister Leo, Numerica, Nernoss, Cyrius Black et le groupeToofan . Un événement sponsorisé par la marque TOP de la SABC. C’est le traditionnel rendez-vous des jeunes que donne Idriss quelques années déjà.


Un tour au club camtel de Bepanda, sur le grand podium du festival FOMARIC avec un plateau jeune constitué de Duc Z , Martino Ngalle, Aveiro Djess et Thierry Olemba . Ils devront séduire le public a travers un spectacle de qualité et surtout live.


L’impact talent show sera au rendez-vous pour un moment de partage gospel avec Paul Gabriel ou encore Nomo Peret



A Yaoundé les adeptes de musiques gospel seront en fête du coté de Nsam avec ce concert de musique gospel avec des invités tel que jeunesse de l’EEC ou encore united brothers.

Dans les autres villes, des artistes donneront des spectacles également afin de célébrer la jeunesse en ce jour.



Quand la marque Mützig se rafraîchit l'esprit!

J’aime voir les marques accompagner les artistes, surtout les jeunes qui se battent pour bâtir une belle carrière artistique. Des marques qui au fil du temps s’adaptent et innovent pour mieux marquer ses cibles. Mützig a décidé de changer son look et travailler son  nouveau positionnement. Nous étions présent  pour vous le 05 Mai 2017  pour découvrir cette nouvelle présentation….et si on allait comprendre le début de cette aventure……

Nous sommes allé chercher l’origine même de cette marque #Mützig pour voir comment avec le temps elle s’est adapté au contexte artistique du pays.
Existante depuis 1984 au Cameroun,  on la découvre avec la signature « a nou ale » du groupe Kassav, une belle façon déjà de mettre la musique au centre de sa vision.
En 1990 dans un élan de dynamisme, elle innove avec  son côté « new look »  et se projette avec le concours national de la chanson,  toujours avec cet élan d’accompagner les chanteurs locaux et les donner une visibilité.
En 2009, fort de son succès, le  concours devient « Mützig Star »  entre temps elle signe « Mets l’ambiance ».
Tout comme ces changements observés, cette marque a dû revoir son positionnement cette année.  Un travail lancé en 2015 selon Christian Bitom, chef produit Mützig, qui aujourd’hui se décline sous la signature « Refresh your soul » et qui a été présenté à la presse le 5 Mai dernier ici même à Douala.
Ceci dans le souci de  rester dans une dynamique jeune. Ayant pour message de valoriser nos racines à nous. Un visuel jeune et coloré avec en fond une musique qui se veut jeune (pour la vidéo).

 
N’oublions pas que la forte mobilisation autour de cette marque est généralement liée à la musique surtout qu’elle se donne pour mission de promouvoir les artistes camerounais amateurs évoluant dans le domaine de la chanson.
Ce ne sont pas Longue Longue, Belka Tobis, Benjy Mateke Afo Akom, One face, entre autres qui me diront le contraire.
Aujourd’hui on remarque que les artistes plus jeunes sont  accompagnés dans la réalisation des vidéogrammes à l’instar de Salatiel et Stanley Enow et Dynastie
Cet esprit de fraîcheur que revêt #Mützig se fera ressentir au niveau de son étiquette  qui se veut plus dynamique, plus épurée avec moins de texte et un accent sur les couleurs rouge, blanc et or sans oublier que dorénavant la staniole  est plus raffinée.
Une belle façon de se réaffirmer dans le domaine de la musique, surtout que tous les artistes et genres sont acceptés pendant  #MützigStar, une belle place pour la musique jeune au même titre que les autres rythmes.
 A noter : Mützig est la vitrine d’une politique de promotion culturelle à travers laquelle la SABC paye, sans chicaner, droits d’auteurs et droits voisins aux sociétés de répartition. (conf : Les brasseries du Cameroun, 60 ans de partage. P 166).
Après le dévoilement de son  nouveau look, de belles choses sont à venir.

A venir

  • Marlyz gagnante 2016 du concours peaufine son album qui sera prêt en fin du mois courant avec une belle coloration afro.
  • Est annoncé le « kwatta party » toujours au courant de ce mois.
  • Sans oublier le rôle que cette marque jouera pendant la journée internationale de la musique!

Bon à savoir : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Boire responsable.