Archives par mot-clé : #Confinement

#RetoursAuPays : Première nuit en quarantaine à Yaoundé.

1er avril 2020

Elig-Essono, Yaoundé, Cameroun

Lit dressé par moi-même uniquement pour la photo 🙂

J’ai dormi avec un sommeil entre couper. Vers 3 heures jetais déjà debout. J’ai joué avec mon téléphone jusqu’à 8 heures. Je prends ma douche et décide de faire un peu de rangement. Petit déjeuner servi, je m’installe devant ma machine qui rame ! Je réponds aux questions qui fusent dans mes messageries.

J’appelle à la réception vers 9h pour demander un seau vide, car je veux moi-même désinfecter ma chambre.

Petit dej!

Pendant ce temps, je surf sur mon téléphone. Je discute avec la famille qui était inquiète. Je reçois des coups des fils qui me donnent de la force. Merci particulier à Rostand Banzeu et Franck-Olivier N. J’écoute la musique gospel, une habitude que j’ai accentuée depuis Abidjan, j’ai même pu enrichir ma sélection de beaucoup de titres, grâce à mon hôte.

Déjeuner servi!

Je commence à rédiger mon billet de blog, le temps de lever la tête, le déjeuner est servi.

Toujours pas de seau à l’horizon.

Je mets la télévision et recherche une série à visionner, car vraiment, je ne veux pas voir les infos sur le virus, tellement ça nous poursuit jusqu’à dans les téléphones.

J’ai longuement échangé avec mon forum  #MeSis sur les mesures de protection à respecter dans nos maisons. On a échangé les astuces également et c’est là que j’ai eu la recette pour ma lotion désinfectante.

Facile à réaliser….

Vers 16h, je reçois mon gros paquet d’eau de javel, alcool, savon, vinaigre, opalin et autre denrée que j’avais préalablement demandés. Le tout bien emballé et déposé par les bons soins de notre soleil de la Lekie, ma Sandrine à moi !….Elle a  également pensé à mes petits beurres ! Je fonds carrément !

Voilà le mien! Désinfectant pour mains

J’ai pu ainsi faire moi-même mon désinfectant de main (alcool, eau, vinaigre blanc)! Voilà à quoi servaient les cours de chimie (rire).

Confinée dans l’hôtel, personne ne peut en sortir. Il est quadrillé et la sécurité passe se rassurer que nous y sommes. Le matin et le soir, la ronde est assurée.

Le service de restauration est poli. Les serveurs ont des gants et des masques. Ils cognent les portes et attendent. Nous recevons de l’eau à boire tous les jours. Comme j’en suis une grande buveuse, je fais acheter une palette d’eau afin de ne pas trop déranger les deux premiers jours. Nos repas sont servis dans des plateaux, chacun récupère le sien devant sa chambre et retourne y manger.

Vers 17h, j’entends des pas dans le couloir, j’ouvre regarder, je tombe sur un serveur à qui je demande pour la énième fois un seau. C’est finalement lui, qui se chargera de me l’apporter bref !

Je l’ai désinfecté à grande eau javellisée et j’ai nettoyé le sol.

Les conseils jamais bien loin!

Je me suis reposé en attendant mon dîner. Il a été servi avant 20 heures. J’étais en pleine relecture de mon billet.

Dîner : j’ai particulièrement aimé.

C’est vers 20 :30 que nous avons reçus la visite de M. Nototo du Minsanté qui souhaitait recueillir quelques informations afin de compléter sa fiche. Nous restons donc dans l’attente de faire des examens, même si aucune date n’est encore annoncée.

Je me couche vers 22h….Pour trouver le sommeil finalement vers 1h du matin. Forte, heureusement, j’ai pu dormir jusqu’à 6h ce matin !

Retour au pays en ce temps de #Covid19 …Part 2

31 Mars 2020

Le ciel de Yaoundé

13 : 26 nous venons d’atterrir sur le tarmac de l’aéroport international de Nsimalen, Yaoundé, le ciel est bleu, le temps clément et je suis enfin heureuse de respirer l’air de ma terre patrie!

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai trouvé le temps de vol…un peu trop long ! C’est pourtant juste 2h45 minutes normalement. On a eu droit à une boisson. Par les temps qui courent je ne peux que dire merci !

Une fois l’appareil stabilisé, l’un des stewards nous demande de nous rasseoir et distribue des fiches du Ministère de la Santé Minsante , à remplir. Ensuite, nous recevons la carte d’embarcation…La fameuse blanche ((rire). On nous demande enfin nos passeports. On y range les deux fiches et on remet au steward. L’hôtesse fait l’appel afin de se rassurer que tout le monde a remis le sien.

Fiche du Ministère de la santé

A mon tour, je me lève, je prends mon sac au dos et mon sac à main….la précision est importante à ce niveau, je récupère ma fiche du Minsante. Je m’apprête à descendre quand je vois des hommes en combinaison au bas des steps. Ils désinfectent les passagers qui sortent. En bas à gauche, il y en a 3, 1 juste en face et le dernier à droite. On voit également deux messiers qui s’assurent du respect des consignes. Un peu plus loin, des personnes avec des masques, elles doivent être le personnel du Minsante ou du Minrex.

Descente de l’avion
Mes sacs en pleine desinfection! Je vous présente dodo le sac au dos noir dans tenu par le monsieur et mon jolie sac de perles offert par mon hôte d’Abidjan.

Une fois au bas de l’avion, celui qui est seul pulvérise un désinfectant au bas de mes pieds et sur les deux sacs. Une forte odeur d’eau de javel se dégage.

On avance vers le personnel médical (au vu de leur tenue), l’un d’eux récupère la fiche et l’autre nous donne du gel pour les mains. Un processus prévu dans le protocole de suivi du #Covid19.

Grosse valise rouge 🙂

Les bagages étant déjà au sol, il faut les récupérer et se diriger vers l’un des deux grands bus présent sur le site. Bon, j’avais une grosse valise de 27 kilos (rire)….j’ai traîné jusqu’au premier bus et je l’ai mis dans la soute.

Je suis montée m’installer dans le bus. Nous pouvions être une trentaine dans ce bus. Quand tous les passagers étaient bien installés dans les deux bus, c’est en escorte motorisée que nous nous sommes dirigés vers nos hôtels respectifs. Nous du premier groupe avons eu plus de chance que les autres, nous sommes allez direct dans le nôtre. Les autres ont dû traîner plus d’heures avant d’avoir accès à leur hôtel.

Mentalité camerounaise

Se faire escorter….ca du goût faut l’avouer!

Sur le chemin de l’hôtel, précisément à Odza, qu’elle ne fut pas ma surprise d’entendre des insultes de mes propres compatriotes !

« Voilà les coronas ! »

« Vous amenez les morts vivants là où ?»

« Rentrez chez vous avec votre maladie ! »

« Vous venez faire quoi ici avec votre corona ? »

Ça fait mal, ça fait très mal de voir autant d’inconscience ! D’entendre ce style de discours qui conforte une certaine frange de la population ! Surtout quand on sort d’un pays où on a vu les populations à l’œuvre. Ça fait mal d’être insulté dans son propre pays et par ses pairs ! Ils savent que le virus existe, mais ils vivent comme si, ils n’étaient pas concernés ! Sur le chemin, aucun seau d’eau ni savon, presque personnes avec les masques ou les gants. Ils vaquent à leurs occupations pensant misérablement que le virus vient d’ailleurs ! Ils sont dans les bars, aucune distanciation, les vendeurs discutant imperturbablement avec les acheteurs, les conducteurs de moto agglutinés comme d’habitude….. PRENONS TOUS CONSCIENCE DU DANGER BON SANG !

C’est quoi le problème ?

Une communication mal ciblée ? Non, je ne pense pas, car ils connaissent bien le virus ! Ils savent qu’il existe ! Ils ont en entendu parler au moins une fois !

La bêtise humaine ? Peut-être ! Sinon comment comprendre cette désinvolture malgré tout ce qui se dit ! Les mesures de prévention, les campagnes hors lignes, les informations qui fusent à la télé et sur les réseaux sociaux (vraies ou pas) …. Comment comprendre ?

C’est vraiment le moral en berne, réfléchissant sur comment essayer de faire changer les mentalités que nous sommes arrivés à l’hôtel, il était plus de 16 h.

C’est donc ici à Elig Essono que notre voyage a pris fin, dans ce lieu quadrillé qui devra nous héberger pendant nos 14 jours de confinement comme annoncé par les responsables de l’ambassade du Cameroun en Côte d’Ivoire.

Chacun a pris sa chambre et ses bagages….rire ! Eh oui ! Nous avons eu droit à un repas avant 19 h et puis …..

Premier repas d’une confinée en terre natale!

Fallait bien dormir après où bien ?

À demain !