En passant

CHAN2020 -Le MINSEP EN VISITE D’EVALUATION A DOUALA

CHAN 2020

Le 28  février dernier, le Ministre des Sports et de l’Education physique, le professeur Mouelle Kombi a effectué une visite de travail à Douala afin de jauger les avancées et évaluer les préparatifs de l’organisation du #CHAN2020 sur les sites de Douala à savoir les stades de Bépanda et Japoma. Était également convié le coordonnateur du site Limbe-Buea.

crédit photo @cocan 20-21 : Le président du COCAN20-21 en plein échange.

Ce qui est intéressant et à noter , c’est le fait qu’on retrouvera sur chaque site, un centre d’accréditation ainsi  qu’une fan zone.

Ceci permettra a de nombreuses personnes à se mouvoir facilement selon les besoins. Les fans de divers pays pourront s’adonner à cœur joie à manifester leur soutient à leurs équipes sans crainte d’être bousculés par les spectateurs.

crédit photo @cocan20-21

Nous avons appris selon la page facebook COCAN20-21 qu’au terme de la visite, « … le Professeur Narcisse MOUELLE KOMBI a présidé dans les services du Gouverneur de la région du Littoral une réunion technique avec les responsables du Comité Local d’organisation des sites de Douala Japoma, Douala-Bepanda et Limbe-Buea, au cours de laquelle a été passé en revue l’ensemble des détails de l’organisation ».

On peut donc se dire, que les infrastructures retenues pour le #CHAN2020 seront de plus neuves avant le lancement au moins d’avril 2020.

On reviendra sur les différentes infrastructures d’ici là !

SANTE : SOCAPED – La 17e promotion des résidents en pédiatrie du Cameroun est connue.

Pédiatres présents dans en salle
Vue de la salle

C’était lors de la cérémonie d’accueil des nouveaux résidents en pédiatrie qui s’est tenu a hôtel Hilton à Yaoundé le 18 février 2020.
16 jeunes résidents en pédiatrie membres de l’Association des Résidents en Pédiatrie du Cameroun ARPEC ont été accueilli par la Société Camerounaise de Pédiatrie ( SOCAPED), en présence des imminents maîtres et de son partenaire exclusif Nestlé Cameroun.

Les 16 nouveaux résidents et leur marraine Prof MAH Evelyn

Cette promotion placée sous le règne des « vainqueurs » par la marraine le Prof MAH Evelyn néonatologue qui a consacré une grande partie de sa vie à l’amélioration de la santé infantile et néonatale et surtout la lutte contre la mortalité infantile. Pour ces jeunes sous son aile désormais, ils auront pour leitmotiv l’humilité- l’intégrité- et un service de qualité. Elle a insisté sur l’assiduité, et la recherche permanente des informations sur les maladies infantiles. Un de leurs défis selon elle, serait de combattre l’administration trop fréquente des antibiotiques et éduquer les parents également dans ce sens. 

Un combat qu’ils devront mener sans arrêt et toujours se référer aux aînés pour des cas particuliers.

Pr CHELO s’adressant à la presse

Le Pr CHELO David cardiopédiatre en service à la Fondation Chantal Biya et  SG de la SOCAPED revient sur l’administration des antibiotiques en pédiatrie.

Lors de cette cérémonie, il était également question d’échanger sur une activité scientifique sur le thème  « Résistances aux antibiotiques, un problème en contexte camerounais ».
Une session modérée par le Pr NGUEFACK Séraphin neuro pédiatre qui a relevé que désormais le 20 novembre sera réservée aux antibiotiques.

Dans l’extrait qui suit, il fait une petite synthèse des interventions du Dr NGANDO Laure qui a parlé du Profil de résistance aux antibiotiques chez les enfants. Suivi par le Dr KAMGAING Nelly qui elle, est revenue sur les stratégies du plan mondial OMS dans notre contexte et enfin le Dr MEKONE Isabelle qui nous a entretenu sur la microbiote et antibiothérapie.

Des interventions hautement acclamées par les résidents et docteurs présents. 
A noter que c’est depuis 2003 que cette cérémonie est organisée par la Société Camerounaise de Pédiatrie ( SOCAPED) en partenariat avec l’entreprise Nestlé Cameroun. Une cérémonie qui met à l’honneur de futurs pédiatres camerounais au service de la santé et du bien-être des enfants. Un sponsoring bienvenu par la SOCAPED Comme le souligne le Pr CHELO une fois de plus:

Pour les nouveaux résidents à travers la voix de leur représentante le Dr NGAMGONO , sortie du CUSS EN 2016 et ayant travaillé à la fondation Chantal Biya ,c’est beaucoup d’émotions et d’enthousiasme qui les anime et surtout une belle rencontre avec les maîtres:

Cette promotion bénéficiera des tensiomètres derniers cris afin de mieux exercer leur boulot sur l’entendu du territoire. Un don de Nestlé partenaire de l’événement et qui s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique qui existe depuis 17 ans avec la SOCAPED et vise à contribuer au renforcement des capacités des professionnels de la santé afin de leur permettre d’offrir des soins de qualité.

En plus de ce don, les nouveaux résidents pourront bénéficier de l’offre de formation de l’Institut Nestlé Nutrition.

C’est dans une ambiance bon enfant que tous ce sont retrouvés à la fin de la cérémonie pour un repas avant de se séparer.

Quant à nous, nous avons retenu un certains nombres d’informations utiles que nous partageons avec vous.

L’une des informations marquantes de cette cérémonie

Information clé à retenir de cette cérémonie concernant les antibiotiques!
– L’administration trop fréquente des antibiotiques chez l’enfant n’est pas bonne pour sa santé.
– Les nouveaux résidents et les pédiatres en général doivent manipuler avec beaucoup de prudence les antibiotiques chez l’enfant afin de réduire, voir éviter les résistances. 
– La résistance aux antibiotiques est un réel problème de santé publique.
– Chers parents, s’il vous plaît, sachez que la prise des antibiotiques n’est pas systématique !
– Arrêtons l’automédication dès que notre enfant a de la fièvre !
– Prévenir vaut mieux que guérir cher parent, faites confiance à vos pédiatres !
– L’allaitement maternel regorge tellement de bienfaits pour l’enfant, ne leur en privez pas mesdames

– Les 5 principes du plan multisectoriel camerounais sont aligné sur le plan mondial : 
1 -Un monde une santé
2 -Priorité à la prévention
3 -Accès
4- Mesures durables
5-Cibles progressives pour la mise en œuvre 

CHAN 2020 : COMMENT S’effectue le tirage au sort

Ce n’est plus un secret de polichinelle de savoir que le #CHAN2020 se déroulera au Cameroun du 4 au 25 avril prochain. Il faudra néanmoins attendre le 17 février 2020 afin de connaitre les 4 groupes de cette phase finale à travers la cérémonie de tirage au sort qui aura lieu au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé.

TARA mascotte officielle #Chan2020

Que stipule le règlement du tirage au sort de façon général pour ce championnat?

Pour les nuls en foot comme moi…. Prenez cahier et marqué dictée cc Kaisa Pakito 😉😉

Le règlement stipule que :

En cas d’égalité de points entre deux équipes ou plus, au terme des matches de groupe, les équipes sont départagées selon les critères successifs suivants:

*le plus grand nombre de points obtenus lors des rencontres entre les équipes en question
*la meilleure différence de buts lors des rencontres entre les équipes en question
le plus grand nombre de buts marqués dans les matchs de groupe entre les équipes concernées
*la différence de buts sur l’ensemble des parties disputées dans le groupe
*le plus grand nombre de buts marqués sur l’ensemble des matches du groupe
*le classement fair-play
*un tirage au sort effectué par la CAF.

16 équipes prendront part à cette compétition. A signaler que la Tunisie a déclaré forfait et c’est la Libye qui a pris sa place.


Rendez-vous le 17 février 2020 au Palais Polyvalent de Sport à Yaoundé👌
#TotalCHAN2020 #CocanCmr2021 #VisionArtistik
#Blogging
Je me mets au foot et toi ?

Salon du mariage 2020 : MELANIE WABO  » …Les personnes à qui j’en parlais ne croyaient pas à une industrie du mariage au Cameroun… »

Mélanie Wabo 1ère wedding planner certifiée du réseau Weddings Beautiful au Cameroun, organisatrice de mariage , formatrice Chef de projet événementiel et femme entrepreneure est la dame de fer qui depuis 7 ans, rassemble autour du thème du mariage, les parties prenantes pour une meilleure visibilité des différentes prestations . La célébration du mariage devient de plus en plus une attraction où les convives vivent des moments d’exceptions. Les mariés recherchent de plus en plus de créativité et de l’innovation durant les cérémonies selon leurs bourses.

Melanie Wabo

Pour le plus grand bien de certaines familles, les couples lâchent prise et se concentrent sur la journée, ceci grâce au service d’un wedding planner.

Google image

Entre deux réunions, afin de peaufiner le salon du mariage qui s’annonce encore plus excitant que les années antérieures, nous avons pu lui arracher quelques informations utiles !

  • Vision artistik : Bonjour tata Mel, wedding planner. Peux-tu te présenter à nos lecteurs.

MELANIE WABO : Bonjour VA, bonjour chers lecteurs. Je suis Mélanie Wabo, affectueusement appelée Tata Mel, 40 ans cette année, mariée et maman de 03 enfants, wedding planner.

  • Vision artistik : En quoi consiste le rôle d’un wedding planner ?

MELANIE WABO : C’est la personne à qui un couple confie tout ou partie de l’organisation de leur mariage. Je les aide à définir leur projet de mariage, leur budget, à choisir les meilleurs prestataires pour réaliser leur rêve. Je les accompagne du début à la fin avec un regard technique, parfois je suis l’épaule sur laquelle la mariée vient pleurer quand le stress l’envahit (rires).

  • Vision artistik : Quel est l’anecdote la plus marquante d’un mariage que tu as eu à planifier ?

MELANIE WABO : Le papa de la mariée qui a disparu au moment d’entrer à l‘église. Panique à bord. Je me suis assurée de sa présence avant de faire venir la mariée, le temps de la faire sortir de la voiture, il n’était plus là. Impossible de faire entrer la mariée sans son papa… il est réapparu 2 ou 3 minutes plus tard (qui nous ont semblé durer une éternité !) : le pauvre avait été submergé par l’émotion en voyant sa fille arriver de loin, et a eu besoin de quelques minutes pour verser sa petite larme dans son coin et retrouver une contenance. C’était très émouvant, surtout connaissant nos papas qui ne sont pas des plus démonstratifs.

  • Vision artistik : Depuis quelques années, tu mets ensemble les parties prenantes de la chaîne de mariage, d’où est venue l’idée ?

MELANIE WABO : Honnêtement je ne saurais même pas dire comment tout cela est arrivé. Il y a Dieu dans ça ! Ce sont les mariages qui m’ont trouvée, IL m’a révélé ma voie, ce pourquoi j’étais faite.

  • Vision artistik : 7 ans déjà que l’aventure dure qu’est ce qui a été le plus dure ?

MELANIE WABO : Les débuts ont été compliqués. Les personnes à qui j’en parlais ne croyaient pas à une industrie du mariage au Cameroun. Heureusement mon papa m’a appris la persévérance, et mon mari et ma famille m’ont beaucoup soutenue pour que je tienne bon, jusqu’à ce que je retourne même sur les bancs pour obtenir ma certification internationale en tant que Wedding Specialist. Aujourd’hui je pense et j’espère qu’ils sont fiers de moi.

Voilà voilà voilà…⏰⏰⏰

Publiée par Melanie Wabo sur Vendredi 24 janvier 2020
  • Vision artistik : En quoi un salon de mariage est bénéfique pour des futurs mariés ?

MELANIE WABO : Le Salon permet de découvrir les nouvelles tendances, d’échanger avec des prestataires, et aussi avec d’autres futurs mariés. Ils en ressortent avec des étoiles dans les yeux et plein d’idées pour organiser leur mariage.

Mais surtout, en participant aux causeries éducatives, ils renforcent leur préparation au mariage puisqu’on évoque les réalités de la vie de couple et de famille : la communication dans le couple, les langages de l’amour, la compatibilité, la santé, la sexualité, comment gérer les finances, la belle-famille, l’éducation des enfants etc etc.

  • Vision artistik : Le salon aura lieu du 07 au 11 février 2020, qu’est ce qui aura au programme pour cette 7e édition ?

Ouverture officielle le 06 février sur invitation, puis ouverture au grand public du 07 au 11. Nous serons fermés le dimanche 09 février, jour des élections municipales.

  • Vision artistik : Donne-nous 5 raisons pour lesquelles on doit être au salon du mariage.
  • MELANIE WABO :
  • 1 – Pour toute personne qui a un événement en vue : trouver des idées et recruter ses prestataires.
  • 2 – Solidifier son couple et sa famille grâce à l’apport des causeries éducatives.
  • 3 – Se faire plaisir avec les démonstrations de coiffure et de maquillage, avec les dégustations de douceurs et de boissons, avec les défilés de mode… Profiter de l’espace restauration en famille ou entre amis ou collègues.
  • 4 – Réseauter et soutenir les acteurs locaux de l’industrie du mariage.
  • 5 – Parce que c’est l’événement de février à ne pas rater dans la ville de Douala.
  • Vision artisk : Merci.

MELANIE WABO : Merci à vous !

Retrouvez le programme complet de la 7e édition du Salon du Mariage de Douala #Sammec2020 #SDM2020

Programme complet du salon du mariage 2020

L’importance d’avoir un personnel motivé

credit photo : google


De plus en plus d’entreprises de nos jours comprennent la valeur ajoutée d’avoir un personnel super motivé afin d’accroître sa performance.

Invitation

C’est dans ce cadre que le 15 janvier dernier, le Fonds national de l’emploi FNE, antenne de Bonaberi, a réuni à Douala, directeurs d’agences, chef d’entreprises, chercheurs d’emplois, responsables de ressources humaines et entrepreneurs dans le but de faire comprendre la nécessité de motiver leur personnel.
Mm BIMAI Marie Colette,Directeur agence locale de Bonabéri revient sur le choix de ces participants


C’est M. Flaubert TCHAGNA (Directeur des Ressources Humaines chez Dangote Cement Cameroon) à Dangoté qui pendant plus d’une heure est revenu sur l’importance de valoriser et motiver le personnel. Les mots clés qui forgent une dynamique de la performance entrepreneuriale. Dans l’extrait qui suit , il revient sur le contenu de son exposé :



Se basant sur des études déjà menées et qui ont fait leurs preuves, il en ressort que la performance = compétences x motivation x détermination des objectifs.
D’ailleurs Mme Bimai appuie cette thèse dans l’extrait suivant :



Des objectifs qui bien évidemment doivent être SMART.
Dans son explication, Flaubert Tchagna a croisé les différentes théories de la motivation pour éclairer les participants sur son importance mais également les mécanismes de motivation.
Ne dit on pas qu’un travailleur motivé donne le meilleur de lui même ?

Aperçu de la salle du séminaire

Une motivation qui n’est pas toujours pécuniaire il faut le souligner. C’est chaque chef d’entreprise qui, en fonction du rendement dont il a besoin pour l’entreprise propose une solution adaptée. Certains vont envoyer le personnel se faire former afin de booster les compétences, d’autres vont tout simplement penser à une gratification, d’autres pre financeront les voyages de travail.

Photo illustrative de la motivation selon Maslow et Herzberg

Selon le site www.incenteev.com
On distingue 5 leviers de la motivation intrinsèque

L’autonomie : c’est le besoin de se sentir maître de sa vie, de décider ce qu’on fait.
La maîtrise : pour être motivé il est crucial d’avoir le sentiment de progresser, de s’améliorer.
La finalité : le fait de sentir que son travail fait la différence, qu’il change les choses.
La progression : à chaque fois que l’employé a le sentiment d’accomplir quelque chose, même de gagner de petites choses il va ressentir un fort élan de motivation.
Le lien social : travailler avec les autres et être reconnu par eux est motivant.

Slide de l’exposé de M. Flaubert Tchagna

Si l’importance de motiver son personnel n’est plus à démontrer, fort est de constater que les managers eux même ont besoin d’être formés, d’où la préparation déjà de la prochaine édition sur l’entreprise comme souligne Mme Bimai dans cet extrait

Bon à savoir, le FNE entre autres missions apporte un appui au développement en matière d’information et assistance conseils, appui à la mise en place de la direction des ressources humaine, des réunions sectorielles, et le financement des extensions.
Il appui au recrutement à travers 124 conseillers-emploi et job developpers qui connaissent bien votre branche d’activité et ses exigences
La formation du personnel à recruter, des outils performants et des incitations à l’embauche
On retrouve au FNE, une panoplie de programmes que nous vous invitons à suivre ici !

https://www.fnecm.org/index.php/presentation-du-fne/programmes-67

UNE NOUVELLE ANNEE VISION ……ARTISTIK EN 2020

L’année dernière nous n’avons pas été très présent pour vous nos chers lecteurs. Nous en sommes conscients !

Heureuse année 2020

Nous nous en excusons pleinement. Nous espérons rectifier le tir en cette année 2020 où nous sommes appelés à être présents aux rendez-vous majeurs artistiques et culturels sur le continent mais aussi cet événement sportif le #CHAN2020 qui se déroulera au Cameroun.
Nous aurons en plus des informations culturelles, des informations que nous pensons dignes d’intérêts pour vous. Des balades, des découvertes et surtout beaucoup de voyages en vue. On reviendra sur les voyages de 2019 et les belles rencontres que nous avons pu faire que ce soit à Libreville au Gabon ou à Bangui en RCA.

Quelque part au Gabon

Ce mois de janvier déjà , nous restructurons un peu votre site…..

En février, on fera la part belle à la musique avec pleins de spectacles annoncés mais surtout des sorties à ne pas manquer. Seulement pour la ville de Douala, nous avons le Love Kwatt avec le groupe Love N Live.

Cysoul jeune artiste très prometteur sera en concert le 07 février à l’IFC de Douala, le finaliste prix découvertes RFI 2019, présentera son EP #Eclosion sorti en avril 2019.

Ce même jour du coté de Yaoundé, Taty Eyong , elle, donnera de sa voix à partager en exclusivité les sonorités de son tout premier album.

Elle aura en ouverture de scène Stephane Akam

Nous serons au  salon du mariage édition 2020. Ce salon  décolle pour la  7e fois à Douala le 07 février 2020.

Stanley Enow ,nous promet un show d’enfer durant la fête de la jeunesse ici à Douala le 11 février à canal Olympia ! Il sera accompagné de la crème des crèmes sur scène…..shuuttttt dévoilement bientôt de l’affiche .

Du groove comme on aime, du rythm and blues, de la soul à l’américaine,savouré mélodieusement à la sauce africaine ….une voix qui enchante ! Lui c’est Sheno, il sera du côté de Yaoundé afin de faire crier toutes ces dames durant la st valentin ! Messieurs tenez-vous bien ( rire)

Papy Anza, notre coup de cœur de ce mois sera en concert le 15 février toujours à l’IFC de Douala afin de nous présenter #Sateya son 1ier album en version live et surtout quelques titres de celui à venir.….un moment de partage musicale à ne surtout pas manquer.

Notre coup de coeur!

En mars, nous serons au #MASA2020 à Abidjan une fois de plus avec la très talentueuse chorégraphe camerounaise Agathe Djokam. Son projet solo #AquiLeTour, qui est une catharsis suite au décès d’un être cher. Elle extériorise sa peine à travers la danse! Elle partage sa frustration, sa douleur et questionne le monde sur  » a qui le tour? » qui sera le prochain à vivre ça? comment surmonter ça? Rendez-vous à Abidjan pour le savoir!

Photo illustrative.

On va en profiter pour participer à un atelier de formation en Management de Projets Culturels avec Éric LOEMBET qui est doctorant en management des Entreprises et des Organisations Culturelles, Entrepreneur et Formateur Culturel franco-congolais.

2020 on essaiera comme on peut de partager et diffuser au maximum, des informations culturelles et utiles de notre vision du continent….notre vision artistik !

Heureuse année 2020 !

Carnet de route : En route pour Ndjamena

Je me suis rendu à Ndjamena au Tchad afin de participer à la 12e  édition du Festival NdjamVi  le 05 décembre dernier par le Mannasse Ndoua Nguinambaye directeur artistique de Festival NdjamVi pour donner un atelier sur le blogging culturel, j’ai opté prendre la route afin de vous raconter un peu mon périple de Douala jusqu’au Ndjamena au Tchad.

 

Le voyage

Partie de Douala le 02 décembre, je me suis rendu à l’agence Touristique Express vers Ndokoti, une agence qui est réputée pour la ligne du Grand Nord.Je m’y rendais pour prendre des informations pensant me rendre sur Yaoundé avant de payer mon billet pour Ngaoundéré. Grande  a été ma surprise de constater qu’ils proposent le voyage direct jusqu’à Maroua.

Une fois mon ticket pris de Douala pour Maroua, ils m’ont fait savoir que de Maroua je devais payer un autre ticket pour le trajet jusqu’à Kousseri. Pendant que j’attends mon ticket de voyage, le monsieur au guichet me demande d’aller m’asseoir euye ! Suis habituée à recevoir direct après achat nor !Premier constat  d’une autre façon de travailler. Tu paies ton billet mais c’est au départ qu’on te le remet…..ok ! Nous quittons donc Douala à 17h en passant par Yaoundé, Bertoua, Garoua-Boulai…. On arrive à Ngaoundéré ensuite le trajet jusqu’à Garoua semble interminable. Une fois à Garoua, il faut rallier Maroua. La route est longue très longue. Le contrôle de CNI ne badine pas tout au long du trajet. Déjà qu’à l’entrée de la ville de Yaoundé tout le monde sort pour se faire contrôller ! C’est d’ailleurs lors d’un d’eux que je rencontre de Fernando Deumaga qui revient d’une belle mission humanitaire de Maroua avec son association Asprobir .  Pour faire un si long trajet il faut être mentalement fort surtout quand c’est la première fois.

Avant mon départ mon boss (oui oui)  Izane m’a donné cet itinéraire avec heures probables d’arrivée :

Douala – Yaoundé :5h

Yde – Ngaoundere : 14h

Ngaoundere – Garoua : 7h

Garoua –Maroua – 3h

Maroua – Kousseri 7h

A 22h nous étions à Yaoundé et à 6h le 03 décembre la belle de Bertoua nous accueillais !

A Ngaoundéré nous sommes arrivés vers 14h, j’ai pu prendre une douche, car l’agence est spacieuse, propre et il y a même une mosquée à l’intérieur. C’est également ici qu’on nous transfert dans un autre bus, moins beau que le premier quand même, mais toujours un gros porteur (70 places). Ici, un monsieur vous charge votre batterie  de Téléphone/Powerbank/Torche à 100 Fcfa devant l’agence. Contrairement à ses autres agences où un espace est aménagé pour cela. Après 1heure de pause, nous reprenons la route. Je commence à ressentir l’épuisement, mais l’engouement de découvrir est toujours présent.

Le paysage est beau, mais la nuit tombe vite et on se retrouve à Garoua vers 1h du matin. La fraicheur commence à se faire ressentir. A Garoua, nous faisons 30 mins d’escale et nous continuons à Maroua. C’est vers 5h que nous entrons dans la ville. J’avoue que je commence à me sentir pas très bien car le trajet Ngaoundere- Garoua était pénible ! Notre véhicule n’esquivait pas beaucoup les nids de poules sur la chaussé ! Jetais au denier banc…imaginez les secousses ! Une fois à Maroua….eh ha ! J’ai effectivement payé pour un nouveau ticket…seulement ce sont les petites Hiace de l’agence qui faisaient le trajet ! Seigneur !!! J’étais serrée !!! J’aurai dû payer deux places si je savais !

 

Maroua nous avons voyagé jusqu’à l’un des villages où on a attendu d’autres voitures pour un convoi car nous devrons être escorté par le BIR. Au total 8 voitures et téléphones éteints pour le trajet.

Ce sont donc les souvenirs de mes yeux qui vous parlent dès cet instant. Le paysage était magnifique à certain endroit, on a percevait des marres d’eau, des arbustes et de vaste étendu de terre aussi par moment. Des maisons d’habitations (des huttes beaucoup plus) . Beaucoup de poussière par contre. Les populations avaient l’air sereine, vaquaient à leurs occupations, les enfants courraient dans les cours, les femmes rentraient des champs avec des fagots de bois sur la tête ! Les bergers se baladaient avec leurs pâturages. Les ânes, étaient équipés pour porter les enfants et le matériel de cuisines ainsi que les vêtements dans certaines localités. J’ai remarqué que les oignons étaient super bon prix là-bas. Autre chose , on parle beaucoup plus  arabe et fulfulde.

A Waza, le parc était plein d’animaux c’était beauuu ! j’ai voulu prendre des photos avant de me rappeler les ordres de l’agent du BIR ! En plus mon phone était presque déchargé malgré les 3 powerbank que je possédais ! Nous sommes passés à Dabanga, j’ai eu un pincement de cœur, car je me suis souvenu de l’attaque qui  a eu ici il y a quelques années ! Seulement les populations avaient l’air paisible et sereine (point de vue étant dans le car bien sûr !). Quand je regardais les enfants qui jouaient, je me demandais s’ils savent vraiment ce qui s’est passé là-bas. Pensent-ils un jour venir dans nos grandes métropoles s’installer ? Que dirions-nous à ces enfants dans 10 ans ? Comment ne pas rester silencieux face à ce qu’ils subissent ?

 Nous avons traversé environ 5 villages et quelques kilomètres de Kousseri, l’escorte du BIR, nous a laissé. J’avoue que c’était hyper rassurant ! Car les histoires liées à Boko Haram dans cette contrée sont légions ! Je pense que c’est une des raisons pour laquelle ma famille n’était pas très motivée par ce voyage. Mais qui connait ma ténacité sait que quand je dis je vais le faire, c’est dur d’y sursoir !

La présence du BIR a contribué à rassurer les populations d’après la conversation que j’ai eue avec mes deux voisins du bus.

Ai-je parlé du degré de poussière ? Nous sommes arrivés à Kousseri vers 16 ! Mais alors couverte de poussière de la tête au pied ! Mais heureuse d’être partie de Douala dimanche à 17h pour arriver mardi vers 16h…. Le temps que mes hôtes vienne me chercher à l’agence j’ai encore mis au moins 45 mins là-bas….fatiguée certes ! Mais heureuse d’avoir vu un autre paon de mon pays !

A très vite pour mon séjour à Ndjamena !

Culinaire : des spaghettis pour la semaine italienne de la cuisine!

Mon plat du jour parsemé de fromage!

Je n’aurais pas pensé mieux ! Surtout que c’est LE plat par excellence des Italiens. 

Je fais partie des privilégiés qui ont pu déguster des pâtes cuites différemment durant la semaine que l’ambassade d’Italie consacre à sa riche cuisine.
C’est donc fort de cette invitation que je me suis rendue à Yassa chez Broli, qui justement fabrique des pâtes alimentaires italiennes. Au menu, il y avait certes des pâtes, mais également des canapés et des boulettes de poissons.

Amuses gueules!

Boulettes de poissons! miam

Mes spaghettis etaient accompagnées d’une  bolognaise faite pas comme à la maison, je l’avoue.  Saveur et goût n’avaient rien à voir avec ce que je me tue à concocter pour les enfants! 
C’est le chef LOVADINA EZIO  qui a  donc gratifié les consommateurs de différentes sauces qui vont bien avec les spaghettis. C’était une belle demonstration en direct tous cas! 
Le chef Ezio en pleine service!

Spaghettis à la bolognaise! Miam

Comme je suis fan de vous, j’ai eu un petit entretien avec le chef qui revient sur une sauce connue de tous! 

On se prépare pour se rendre en usine.

Les confrères!

J’ai profité de cette journée pour visiter cette usine de production de pâtes longues (spaghetti) et de pâtes courtes (macaroni). Les mesures de sécurité pour arriver dans l’usine sont très strictes, c’est pour cette raison que vous avez pu m’apercevoir en une sorte de blouse verte avec un couvre tête avec d’autres confrères de la presse digitale et traditionelle.
Dans cette grosse unité de production qui a un processus de fabrication de 2 tonnes/heure, il y a de quoi féliciter le toute la chaîne mobilisée autour….. Et puis je me suis toujours demandée comment on fabrique effectivement toutes ces pâtes que nous affectionnons tant. La réponse est venue de Broli justement qui a bien voulu nous donner les informations nécessaires.
J’ai aperçu de grosses machines, des laboratoires, la salle de contrôle, celle de stockage, la salle de plonge. 
Si j’ai remarqué que le processus de fabrication est méticuleux et suivi à la loupe, je déplore quand même un peu le dégrée de chaleur dans la grande salle des machines dans laquelle les employés doivent y passer 8h. (J’avoue qu’on m’a expliqué les raisons pour lesquelles il fait si chaud là-bas…. Mais bon!). 
Malgré le refus de prendre des photos de cette usine, j’ai rencontré le chef d’usine M Tchamtio Cyrille qui revient sur les 4 phases de fabrication des pâtes. Attention quand même à vos tympans, car il y a eu beaucoup d’interférences pendant notre entretien.

Voilà !!! Vous et moi savions désormais comment on fabrique nos pâtes alimentaires. 
Grâce à cette visite, j’ai noté quelques chiffres pour vous.
Il y a 1 matière première ….Le blé dur
Dans l’usine, il y a 4 équipes qui travaillent et ce relais par jour au quart.
Les employés sont tenus à respecter 8H de travail par jour.
Il y a 200 employés dans cette usine.
On retrouve un peu plus de 90% du personnel  qui est camerounais.
Dans la salle de contrôle, il y a 4 opérations à respecter, 
Pétrissage
Pressage
Extrusion
Séchage
Moi, j’ai eu la chance déguster mes spaghettis arrosés d’un moelleux  fin et exquis que j’ai également découvert. 
Belle découverte! Fruité et fin!

Heureusement que le DG M Kenmoe André Paulin n’était pas loin, entre deux petites gorgées, , j’en ai profité pour en savoir plus sur son entreprise.
M Kenmoe André Paulin PDG


Pour cette édition du cooking show durant la semaine italienne de la cuisine, je peux juste clamer haut et fort….C‘était la pâte d’y être !