En passant

Journée internationale de l’Afrique : Les artistes en CŒUR pour lutter contre le #Covid19

C’est une journée historique ce 25 mai 2020 que va vivre le monde entier en matière d’innovation culturelle et artistique. Une journée internationale de l’Afrique où , artistes, acteurs culturels africains et amis de l’Afrique se mettront ensemble pour  sensibiliser  contre le covid19 et surtout  engager une réflexion collective post-crise  et soutenir les acteurs de la construction de cette nouvelle Afrique : solidaire et innovante.

Ils sont plus de 250 artistes, chanteurs et danseurs, personnalités, acteurs du milieu culturel qui vont se parler ouvertement et échanger librement  sur cette pandémie qui décime des vies de plus en plus et paralyse tous les secteurs d’activités, le secteur culturel n’y échappant pas ! À travers leurs arts, ils  vont laisser parler la mélodie de leurs cœurs ce 25 mai 2020. Des magiciens du son et de la gestuelle, de la photo et du verbe, le la scène et du beau, de la culture tout simplement, qui feront bouger  les lignes en touchant vos émotions  à travers le projet #WAN, en ce jour où, l’Afrique est célébrée dans le monde entier. 

Une date pas du tout anodine, puisque nous célébrons  la commémoration annuelle de la fondation de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) qui est devenue Union Africaine en 2002.  Cette journée instituée le 25 mai 1963 est rendue à son 57 e anniversaire.

Le projet WAN , Worldwide Afro Network , est un réseau d’artistes, d’acteurs culturels, d’entrepreneurs , d’innovateurs et des change-makers africains, afro descendants et amis de l’Afrique qui se réunissent pour sensibiliser à la lutte contre la pandémie causée par le covid19 dont le parrain est Youssou N’Dour, se veut être cette plateforme de rassemblement de forces vives qui ont décidé  de raconter l’Afrique et de s’approprier la narration du message africain, en parlant eux-mêmes à travers leurs arts, en se racontant par leurs innovations, leurs solutions et en dépeignant la réalité de l’africain sur son continent selon Veeby, cofondatrice et membre de l’équipe de production.

Il sera question, de mobiliser le maximum d’artistes pour un moment épique d’infotainment  jamais vécu par  le passé durant 2h30 minutes sur internet et retransmis par environ  200 chaînes de télévisions locales et nationales dans divers pays sur le continent.

Des illustres personnalités et artistes, ont décidé de donner de leurs images dans ce grand rassemblement historique. Du très récent regretté mémoire Mory KAnte , à Jerry Rawlings, Jimmy Cliff , Tiken Jah Fakoly, à  Oumou Sangare, Kadja Nin , Angelique Kidjo, Kali, KAssav, Fredy Massamba, en passant par Glawdys N’Dee, Djimoun Hounsou, Salif Keita, Idylle Mamba pour ne citer que ceux-ci.

Sur les 250 artistes qui ont accepté d’être présents, KAreyce Fotso, Agathe Djokam, Guy Bilong, Christian Akoa, Andy Jemea, Zora Snake, Osvalde Lewat, Patricie Essong, Justin Bowen, Emil Abossolo, Mari-Philomène Nga, Amobe Mevegue, Krotal, Princess Erika, Ruth Kotto, Kali Kamga, Ekambi Brillant, Andre Marie Tala, Elysée Song, Dharil Esso et Corry Denguemo, représenteront le Cameroun durant cet évènement historique, qui veut que « pour une fois, l’Afrique s’approprie son discours, sa réalité, sans attendre que les autres lui dictent », comme le souligne si bien Veeby.

#JeSuisWan #IamWan c’est à 19h GMT

Pour ne rien rater https://wan.africa/

#RetourAuPays…plus que quelques heures pour la fin de la quarantaine…J’ai enfin le précieux sésame #Covid19Cmr

12 avril 2020


Dimanche de Pâques

Joyeuses Pâques à tous!


J’ai passé la nuit à créer des visuels pour la célébration de pâques.
Je refuse d’être ébranlée par quelconque information en ce jour. Le matin, je fais une prière spéciale. Je mets le volume de ma sélection gospel à fond.  10 : 00 , l’un des médecins m’annonce que je dois refaire le test. Je souris. Qu’en est-il de mes résultats ? Ils nous font comprendre « qu’arrivé presque au terme de 14 jours de quarantaine et resté asymptomatique, on doit être  ré-testé ». Bon, OK! Qu’en est-il donc de mes résultats ? … Ils ne l’ont pas toujours ! Je souris encore. 
Rien ne pourra ébranler ma bonne humeur en ce jour spécial. 

J’écoute le nouvel opus de l’artiste Sanzy Viany, #Oledma une douce adoration dont la mélodie est juste sublime ! Je l’écoute en boucle pendant près de 30 minutes tout en dégustant mon petit-déjeuner. https://www.youtube.com/watch?v=hjIGQ_hoFjg
Vers 11 h, l’un des médecins m’informe qu’une équipe médicale devra être là sous peu pour le prélèvement.
Je rentre en chambre et poursuis ma séquence louange et adoration avec une autre sélection. Je décide également d’envoyer les souhaits de Pâques à des proches, amis et connaissances. Petit coup de fil à la maison afin de souhaiter bonne fête aux des garçons. 

Mon pain choco!

Mon ange-gardien Mimi prend de mes nouvelles et promet me rapporter le sac de voyage que je lui avais demandé. Mon déjeuner est servi vers midi, je mange avec beaucoup d’appétit.
J’allume la télé et décide de regarder un film nigérien. Vers 17 h, Mimi est à la réception. Le médecin va récupérer mon paquet et me le remettre . Ilcontient ; un sac de voyage, des viennoiseries et des gants. C’est cro cro  bon le pain choco ! (rires)

Trop bon mon dîner

Le dîner alors! il était juste succulent! Je me suis dit que cette dose d’amour culinaire annonçait surement une bonne nouvelle. Mais dis donc, jeune dame c’est Pâques! Tu l’as oublié?


Je reçois l’appel de Brice Albin, l’un des meilleurs animateursau Cameroun. Il souhaite qu’on fasse un live facebook ce soir afin que je raconte un peu comment je vis cette pandémie d’Abidjan à Yaoundé. Chose que j’accepte volontiers. Le seul hic ! Mon Skype, ne fonctionne plus du tout sur mon laptop. Du coup, il faut supprimer et le télécharger une fois de plus…j’ai même oublié le mot de passe… (rires) ; on fera un essaie d’appel vidéo pour s’assurer que tout marche bien juste après.

Mon précieux sésame….finalement!


Le temps passe, et toujours pas d’équipe médicale. Vers 19 : 45, je suis appelée à me rendre à la réception pour récupérer mes résultats. 19 h 52, je l’avais en main le précieux sésame. Celui qui m’a valu des nuits d’insomnies, des jours de stress et d’angoisse ! J’ai signé une déclaration sur l’honneur et je suis remonté en chambre, annoncer la bonne nouvelle à la famille. Je suis heureuse et me vois déjà à la maison. Mais avant, il y a encore une dernière étape à franchir : récupérer mon passeport demain à l’aéroport. Si j’ai pu affronter cette phase malgré le stress, le plus dur reste à venir, faire respecter les gestes barrière par les gens autour de moi. 


Remerciements

Merci à tous!


S’il y a une chose dont je suis reconnaissante, c’est la façon avec laquelle j’ai été traitée, avant et durant mon séjour. Tout n’était pas parfait, mais franchement, mon histoire était différente de beaucoup d’autres personnes mises en quarantaine. Il serait bien que chacun puisse raconter sa propre histoire . Il y aura plusieurs versions c’est sure, et ça permettra de mieux comprendre comment les choses se sont passées de l’intérieur. Car, vivre ça de l’intérieur est différent. Au gouvernement qui a pris en charge toutes les dépenses, celles liées au voyage retour d’Abidjan à Yaoundé , les frais d’hôtel jusqu’au test effectué. Je dis merci.
Le personnel de l’hôtel pour l’accueil chaleureux malgré la pandémie. Même si les premiers jours n’étaient pas faciles, car tous n’avaient pas toujours les gants, il faut avouer qu’il a été professionnel et respectueux.
Les deux médecins qui ont assuré notre suivi . Vraiment chapeau bien bas messieurs les doc ! Parfois, je ressentais la gêne quand vous n’aviez pas toujours les réponses à nos préoccupations. Vous avez fait de votre mieux pour nous rassurer à chaque fois, et pour ça, je vous dis merci. Je ne sais pas comment ça se passe pour avoir une promotion chez vous, mais je vous soutiendrai au cas où !
Au corps médical tout entier, ce n’est certes pas facile, mais merci pour le dévouement au quotidien.
À mes binômes, qui ont patienté, que je puisse avoir mes résultats afin de programmer le retour sur Douala ensemble.
Aux internautes qui lisaient et partageaient mon quotidien à travers la lecture de mes différents billets de blog.
Aux amis virtuels que j’ai eu grâce à la quarantaine.
À mon ange-gardien Mimi.  
À ceux qui sont et ont toujours été là pour moi… Je vous aime énormément.
À ma famille, merci énormément pour le soutien.
Aux garçons, maman vous aime très fort.
Aux artistes si nombreux à prendre de mes nouvelles quotidiennement.

A tous les soutiens multiformes. Ceux qui se sont inquiétés dès la fermetures des frontières. Pour les multiples campagnes de soutien et d’appel au retour sur les réseau sociaux , merci infiniment.
Au Seigneur pour ses grâces, encore plus, en ce jour spécial.
C’est un nouveau départ, je serai moins présente ici, mais, je viendrai toujours partager de moments croustillants et pétillants avec vous.
Excellente célébration de Pâques !

On le fait n’est ce pas?

À très vite!

#RetourAuPays Quotidien d’une quarantaine … #Part13 #Covid19cmr

11 avril 2020


Longue journée en perspective

Mesure à suivre dès lundi au Cameroun !


Au réveil, je me souviens que c’est l’anniversaire de mon ami et frère Didier Kouamo. Je lui adresse un happy birthday rapide avant de déverser ma colère sur twitter. La nuit était longue, très longue! Comment comprendre que neuf jours après avoir fait mon test, je n’ai pas toujours les résultats. Ce qui est fascinant avec les réseaux sociaux, c’est que chacun peut donner son avis sur tout. Je lis les commentaires suites à mon tweet, je ne réagis pas sur-le-champ. Tout au long de la journée, je vais recevoir des notifications et messages y afférent. Il y a ceux qui me demandent d’être forte, ceux qui sont très scientifiques, ceux qui me demandent de tagguer le Ministre de la Santé, ceux qui n’ont vraiment rien à dire, mais parle tout de même, bref ! Chacun souhaite me soutenir comme il peut. Pourtant, ça ne m’empêche pas de continuer à me poser des questions. Les résultats devraient déjà être sortis ! Pourquoi nous ne les avons pas ? À qui profite le fait de traîner à nous les remettre ? La faille, c’est à quel niveau de la chaîne de transmission des résultats ? Je veux bien savoir !

J’ai pris un de ces pulvérisateurs. Je le récupère une fois sur Douala


Pendant ce temps à l’hôtel, les passagers qui étaient déjà en possession de leurs résultats, et n’attendant que leurs passeports pour partir, ont été rédigés vers l’aéroport afin de les récupérer. Ils sont sommés de quitter l’hôtel. Mes binômes vont me laisser. Nous sommes tristes, mais il le faut. Quand je regarde l’heure, je me demande s’ils arriveront à temps à l’aéroport, encore que, nous sommes samedi. Comme je m’en doutais, dans le groupe, on apprendra que ce sera possible seulement lundi à 10 h pour ceux qui n’ont pas pu se rendre à temps aujourd’hui.
Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner seront pris sans appétit véritable. Je pense avoir eu ma dose des réseaux sociaux pour aujourd’hui. J’ai même travaillé avec mon téléphone en charge (ne jamais le faire SVP). J’en ai profité pour acheter un pulvérisateur. Ça nous sera utile à mon retour sur Douala.


J’ai reçu beaucoup de coups de fil. Tous, veulent savoir comment je vais. Je vais bien, je puis vous assurer. Je suis beaucoup plus préoccupé par l’état de santé de Sieur Leuwe.
Les deux médecins qui nous suivent, se démerdent pour nous rassurer. Ils nous disent mettre la pression au niveau la délégation régionale de la santé afin d’avoir tous nos résultats. Seulement, rendu jusqu’à tard dans la nuit, aucun résultat n’était disponible. À noter que nous ne sommes plus que quatre, de la trentaine/quarantaine des passagers logeant à l’hôtel.

C’est amusant, pourtant c’est important.


Sous le conseil de Mimi, mon ange-gardien, j’ai essayé de regarder #TheVoice, sans réel enthousiasme. J’ai préféré écouter de la musique gospel jusqu’à ce que sommeil s’ensuive.

Demain c’est Pâques…. vaut mieux y entrer en douceur.

#RetourAuPays Quotidien d’une quarantaine… #Part12 #Covid19Cmr

10 avril 2020.

Je ne sais pas trop à quoi va ressembler cette journée.

Le ciel est radieux ce matin…dommage pour mon humeur!

Il fait beau ce matin sur Yaoundé.

Je me sens pourtant bizarre au réveil. Les rayons du soleil qui transpercent allègrement ma fenêtre, me laissent de marbre! C’est quoi cet humeur noir tôt comme ça? J’ai pourtant bien dormi!.

Après le fameux ‘bonjour’ usuel dans notre groupe whatsapp, je me mets à la rédaction du billet d’hier. Le stress de l’attente des résultats est toujours autant présent et me déconcentre de temps à autre. Je décide de faire un tweet à ce sujet, un peu comme pour me libérer l’esprit. Je me lève ensuite de mon siège afin de me dégourdir les jambes. Trente minutes plus tard, assise sur le lit, pendant que j’écoute la musique gospel, je reçois nos deux médecins pour la ronde quotidienne.

Rien ne se passe de particulier entre le petit–déjeuner et le déjeuner. C’est vraiment sans enthousiasme que je me mets à table.

Je pense beaucoup aux garçons, ils me manquent terriblement, surtout Nathan et Enzo, les deux derniers. J’essaie d’imaginer leur journée, que font-ils en ce moment ? Elie, a-t-il mangé ?  Olivier, suit-il ses cours en ligne ? Qu’ont-ils encore cassé à la maison ? Et Bryan alors? Je ressens une tristesse inexplicable. C’est plus tard que je comprendrais  la raison ; Sieur Leuwe, m’informera avoir eu un malaise dans la nuit, et se voulant rassurant,  il me dit que ça devrait aller. Je ne dois pas  m’inquiéter…Erreur ! Double stress ! De un, je ne suis pas à ses côtés pour avoir le cœur net, et de deux, je n’ai pas encore reçu mes résultats. Difficile de garder son calme, malgré les appels et la bonne humeur ventilée par les amis.

Le plein d’amour

Merci du fond du cœur 😍

Malgré ce mauvais vent , ce matin, j’e veux envoyer une tonne de tendresse à tous mes amis qui me soutiennent  depuis le début de cette épreuve, loin des garçons et de la famille. Vous êtes nombreux et vous vous reconnaissez. Je suis reconnaissante  et heureuse de vous avoir autour de moi. Je pense particulièrement ce matin à mon broth’art , l’artiste conteur   camerounais, Ondoa l’Afrikain. Depuis mi-mars, il m’a envoyé des messages   d’encouragements  et de réconforts TOUS LES JOURS. Il passait devant la  maison et m’envoyait les images de la route en chantier, des images prises par  lui, afin que je ne sois pas trop déconnectée des changements dans le quartier. A côté, je pense à mon frère Éric.  Je n’oublie pas mes consœurs et confrères, la famille, les ami(e)s et surtout ces anges-gardiens qui se sont levé instantanément afin de me soutenir, spirituellement, financièrement,moralement et matériellement… Akiba ! Moto  kwa ! Merci ! Thank you ! Grazie ! Matondo ! Imela ! Na som ! Asante sana ! Singuila ! Saha ! Matondi !

Un peu de soleil…

Sanzy Viany, une voix, un message, un sourire, une artiste!

Mon sourire revient instantanément, quand je pense au rendez-vous que nous avons donné aux fans de l’artiste Sanzy Viany, le soleil de la Lekie, ce soir à 18 h. Il est question, qu’elle échange avec les internautes. Elle en profitera pour revenir sur les mesures d’hygiène contre le coronavirus, rendra un hommage à Papa Manu Dibango, et, en exclusivité, elle fera deux chansons  du répertoire de son nouvel album #MaPromesse. Quand nous terminions le direct, nous étions à 3463 vues, 8885 personnes touchées, pour 200 likes et 300 commentaires. Ce fût un moment sympa avec elle. Nous espérons que vous seriez nombreux à vous abonner à sa chaîne YouTube VianyTV.

De nouvelles mesures contre la #Covid19Cmr

Je suis tombée sur les nouvelles mesures mises en place par notre chef du gouvernement, j’ai trouvé ça super ! Surtout le 5e point, qui va renforcer la sensibilisation chez les personnes en zones rurales. Vous vous souvenez du coup de fil de maman il y a quelques jours non ? J’ai eu peur pour elle, pour sa sécurité. Je pense que, le fait de sensibiliser en langues locales également, est une bonne stratégie. J’ai beaucoup aimé la façon avec laquelle, la chaîne nationale en sa version web, a mis les mesures en images. Je partage avec vous les versions en anglais.

En début de soirée, je me décide à faire une petite lessive. Je pense que c’est l’ennui. Car je ne pense pas que les deux  tricots que je veux laver sont vraiment sales. Je cherche juste un moyen pour être utile, quand je reçois l’appel de Mathias. Nous échangeons pendant une trentaine de minutes, avant que je rentre nettoyer les toilettes et prendre ma douche  en attendant  mon dîner. Vers 20 : 50, je perçois encore du bruit dans le couloir. Je n’en suis pas inquiétée. C’est l’appel de mes binômes, un peu plus tard, qui me fera comprendre que certains passagers ont libéré l’hôtel. Encore des personnes qui partent, et moi, je ne sais toujours rien de mon statut ! pfffff

#RetourAuPays Quotidien d’une quarantaine #Part11 #Covid19

Jeudi 09 avril, 2020

Les émotions du matin

Deux jours à faire semblant  de ne pas penser à ses résultats. Je me lève toute anxieuse. Pourquoi ça traîne tellement ? Je pense à tout ! Mon imaginaire me conduit vers des idées les plus loufoques ! Pour essayer de m’évader,  je prends des nouvelles des amis sur la toile. Eh oui ! Toute action que je mène, vise un but bien précis : retrouver un semblant de chaleur humaine… même si,  virtuelle.

Bonjour monsieur croissant!

Je ne sais pas si je suis en colère, en tristesse, ou juste dégoûtée, mais, je me pose beaucoup de questions… Sieur Leuwe m’appelle pour prendre de mes nouvelles et se rassure de ce que, j’ai pratiqué des exercices physiques ce matin. Pour dire vrai, j’ai regardé sur Facebook et je  faisais beaucoup plus les mouvements  avec les yeux. Pas vraiment envie de me bouger. Même mon croissant n’était pas très attirant ce matin durant le petit-déjeuner. Je ne parle même pas du jus de gingembre que j’ai reçu, je n’ai pas adhéré du tout! Un peu plus tard, deux membres du groupe  vont signaler n’avoir pas reçu le  leur. Heureusement, l’hôtel se chargera de leur en apprêter un rapidement.

Mon ange-gardien, un vrai ange

Merci ange-gardien.

La journée se passe plutôt sereinement. Je reçois un autre paquet de mon ange gardien, Mimi.  Le procédé pour déposer le paquet à la réception de l’hôtel, est le même que les jours précédents. Après l’avoir désinfecté, le médecin se charge de  me l’apporter en chambre On y trouve, des biscuits, des chips, du savon, une brosse à linge et du thé, une boisson que  consomme énormément dorénavant. Elle a même pensé à un insecticide… Que ferais-je sans elle ?! Depuis deux nuits, j’ai deux moustiques qui sont venus se confiner dans ma chambre. Blague à part! Je les  soupçonne d’ailleurs, d’être en couple ! Désolé pour eux mais, ils vont me sentir passer les amoureux!

Inspiration nuitamment divine!

Surfer fait du bien vous savez!

Dans la nuit noire (rires) …ou au petit matin ? Dites-moi 3 : 00,  c’est la nuit ou le matin ?  Bref, lors de mes nombreux moments d’insomnies, j’étais sur Facebook à explorer de nouvelles choses. C’est devenu un peu mon dada. Je ne suis pas très fan de direct vidéo, sauf en cas de promotion d’un spectacle, d’une conférence ou autres. J’avoue que, je ne sais pas trop ce qui m’a poussé à examiner cette option de près. Je n’avais pourtant aucune envie de faire un live… Voilà que je tombe sur l’option audio ! Quelle joie ! Je décide de le tester en après-midi, il est 13 : 30 par là.  J’échange pendant  une quinzaine de minute avec des amis qui sont connectés. Une vingtaine à peu près. Ça marche plutôt bien.

Faire travailler sa cervelle

Toi , tu te retrouves où selon le schéma?

Si mes journées semblent si aériennes, c’est par ce que je n’ai pas encore reçu les documents qui me permettront de me concentrer définitivement. Tout comme, je suis en attente de mes résultats de la #Covid19, j’attends  également de recevoir, des travaux de traductions. Au moins, je pourrais penser à autre chose carrément. Un cerveau qui aire, n’est ni  bon pour mon moral, ni pour ma santé.

La soirée s’annonce douce, vivement que je puisse retrouver un doux sommeil également.

#RetourAuPays Quotidien d’une quarantaine #Part10 #Covid19

Mercredi 08 avril, 2020

Ma décoction jamais bien loin.

Difficile nuit. Je me réveille à  4 : 00 du matin, je me rendors vers 6 : 15 et finalement,  je me lève vers 8 : 30. J’entame la journée avec ma décoction, elle n’est jamais bien loin dans tous  les cas.Ensuite, je tombe direct sur une voice-note sur whatsapp. L’une des nôtres, se plaint du fait, qu’ayant reçu ses résultats de la #Covid19, dans la nuit, les gendarmes lui intimaient l’ordre de quitter l’hôtel immédiatement.(je me demande d’ailleurs  pourquoi la remise des résultats se passe toujours dans la nuit!. Je vous ai dit hier, que, j’ai suivi du bruit dans le couloir la veille. C’était justement la discussion houleuse entre elle, et les éléments des forces de maintien de l’ordre.) Refus catégorique de sa part, déjà, il se faisait tard et ensuite, elle n’était pas en possession de son passeport… Logique donc! Sans oublier, le fait qu’elle habite , Douala.

La pochette du passeport. J’espère que bientôt, il retrouvera sa place

Il a fallu l’intervention des médecins afin de calmer les esprits surchauffés. Car, même pour sortir de l’hôtel, il faut un document signé par eux. Il y a deux jours, souvenez-vous, nous avions reçu l’information selon laquelle, tous ceux qui sont en possession de leurs résultats, peuvent rentrer ou attendre calmement la fin des 14 jours de quarantaine afin de libérer les lieux. Déjà, qu’il faille se rendre soi-même à l’aéroport soit au palais des sports pour récupérer son passeport et parmi nous, certains habitent hors de la ville de Yaoundé.

Cette journée s’annonce ensoleillée malgré tout.

Je vous présente Monsieur Mon Lit!

Après cet épisode assez regrettable si tôt le matin, je décide de dresser mon lit (rires). J’avais presque reçu des menaces de monsieur mon lit hier en journée. Je prends donc tout mon temps pour le faire, jusqu’à ce que je sois fière du rendu final.

Vers 9 : 30, je peux donc allègrement attaquer mon petit-déjeuner ; thé,  du citron découpé en rondelles, petits pains genres brioches, beurre de table et fromage et enfin  mon croissant -trop fan de croissants ! Je cherche encore le diététicien qui pourra me proposer un programme de diète avec des viennoiseries ! (j’ai le droit de rêver merci…rires).

Par la suite, je me concentre à la rédaction du billet d’hier afin de le publier.  Une fois terminée, je décide de prendre mon déjeuner. C’est rare de voir de la viande bien assaisonnée dans les hôtels, mais là … Chapeau au chef cuistot !

Une belle correction virtuelle … de mots!

En début d’après-midi, j’envoie le lien à un ami GBK,  amoureux de lettres. Il relève des fautes…certaines, que j’aurais pu éviter avec un peu plus de concentration. Mais aussi, il démontre une aisance déconcertante à jouer avec les mots, une façon de revoir les phrases en leurs donnant un aspect poétique. Je suis bluffée par le travail que nous entamons pendant plus d’une heure, et ce, par téléphone : corrections de syntaxe, de conjugaison, de ponctuation…tout est passé au crible. Au finish, je me rends à l’évidence… Carole, tu ne lis plus ! Remets-toi au travail jeune dame ! Ressort tes livres de grammaire, conjugaison et d’orthographe! Merci mon écrivain, merci ami homme de lettres.

On garde le moral malgré tout!

Je vous ai dit, c’est une journée plutôt calme,  j’échange beaucoup plus  par whatsapp. Je passe une superbe après-midi, un des membres décide d’offrir à boire au 11 membres du groupe whatsapp encore résidents à l’hôtel, certains, encore  en attente de leurs résultats, dont moi. C’est une ambiance conviviale qui prévaut. Les médecins se chargent d’harmoniser cet élan de générosité de sorte que, les règles de protection ne soient pas enfreintes. C’est donc, avec plaisir que je reçois  du lait en poudre et mon jus …un truc comme une limonade  (rires) ! Tant pis pour les kilos en trop, je sais que coach Nteppe m’attend avec des séances de sports une fois de retour sur Douala. Donc, ne vous faites pas de soucis pour moi. On va gérer !

Soirée au calme

Mbongo de poissons d’eau douce aux ignames banches

Le dîner est servi à 17 : 20. Je suis surprise du menu… Du ‘mbongo de poissons d’eau douce (sauce locale  noirâtre et très épicée) avec des ignames blanches’. Il est bon en bouche fort heureusement. Vers 18 : 30, je me rends compte que je n’ai pas allumé la télé depuis le matin. C’est bon signe, car, depuis mon séjour à Abidjan, j’ai compris qu’on peut s’en passer si on le veut vraiment. Je décide tout de même de regarder un peu ce qui est proposé… Partout corona corona , en dehors des chaînes de sports et de séries. Je penche finalement pour Africa Movies Channel. Je demande la permission au lit avant de m’y installer… On ne  sait jamais (rires). Permission accordée, je me couche en attendant saint sommeil…

#RetourAuPays quotidienne d’une quarantaine #Part9

Mardi 07 avril 2020

Joyeux anniversaire Franck- Olivier !

C’est l’anniversaire de mon aîné Franck-Olivier aujourd’hui. Je suis heureuse. Je bénis Dieu pour la grâce et je l’appelle vers 6 heures du matin, malheureusement, son téléphone ne passe pas. Je patiente en faisant le ménage. J’ai besoin d’un sac de voyage, en fait, de deux sacs de voyage. Il me faut réduire les effets dans la grande valise. En plus, j’ai fait acheter plein de trucs ici. Il faudra bien les ranger quelque part. Je réfléchis à tout ça et je fais la demande. Grâce et Monika sont les premières à se prononcer avec efficacité. Je ne sais comment vous dire merci les filles.

Je t’aime fils!

Je rédige un beau texte pour mon fils, en fait c’est un de mes anciens textes que j’ai réadapté pour lui en ce jour anniversaire. Je suis fière de mon grand garçon. Beaucoup disent qu’il me ressemble… j’avoue que je ne vois pas cette ressemble. Le garde du corps  de Maa Sue (sa grand-mère). C’est elle qui l’a élevé les premières années  de sa vie. J’arrive finalement à le  joindre pendant que je prends mon petit-déjeuner vers 8 : 45.

Nous échangeons sur ses défis et ses aspirations avec cette nouvelle bougie en plus. Chez-nous, tout est prétexte pour en parler et reparler. Je lui rappelle des cours diffusés sur la CRTV, notre chaîne de télévision nationale et je m’enquiers des nouvelles de ses cours à lui ; son lycée ayant institué des cours par whatsapp. Chose que j’ai trouvé bien, même si je me demande comment cela se fera. Il y a pourtant des applications de vidéo-conférence pour faciliter ce genre d’apprentissage. Bref, je suis heureuse de parler avec lui. J’en profite pour envoyer plein plein de bises à ses frères.

Je suis interrompue par l’un de nos médecins qui viendra faire sa ronde…Encore ?! Bon, finalement a quoi sert notre groupe whatsapp ? Il me semble avoir répondu à ses salutations dans le groupe  ? Vite fait, je lui réponds et retourne dans ma chambre.

Je me remets à la rédaction du billet d’hier. Je suis de moins en moins prompt à rédiger. J’ai la vague impression d’être fatiguée. Je repars donc me coucher et travailler à partir du lit…lui-même se fâchant pour la simple raison que je ne l’ai pas dressé au réveil  ! « Bon vraiment excuse-moi mon gentil petit lit, mais l’heure n’est pas à la coquetterie !« 

Pendant que je rédige, mon petit déjeuner m’est servi . J’ai été oubliée pendant le service général (rires). Heureusement que j’en ai parlé dans notre groupe. Ceci peut se justifie par le départ de mes voisins de palier, sinon comment comprendre cet oublie?.

Sac reçu de Grâce. Merci sista.

Concentration

J’ai deux choses à faire aujourd’hui : rédiger ce billet et corriger le texte d’un article à publier. C’est dans cette concentration que je reçois le sac envoyé par ma très belle Grâce. Je le récupère en chambre n’ayant pas le droit de descendre jusqu’à la réception . Je mets un point d’honneur au respect des gestes barrière. Grâce recevra ses bisousssss par téléphone.

Je nettoie le sac avec du détergent et de la javel et le sèche au balcon. J’en profite pour nettoyer les toilettes.

Gestes à respecter.

J’attaque finalement mon déjeuner quand  je reçois un appel d’Eric-Christian. Nous parlons pendant plus de 30 minutes : Notamment de la #Covid19 , des mesures et de la difficulté du confinement, du non-respect des conseils par les populations, du renouvellement de la vie au quotidien. Il me conseille d’aller sur la page d’une autre ressortissante camerounaise qui vit différemment et très mal sa quarantaine. Je termine mon déjeuner et passe à la dernière relecture des billets que je diffuse enfin.

Vidéo–conférence… why not?

Entre-temps avec Marc du Congo et Morgan du Gabon, mais pour moi il est camerounais (je ne sais même pas ce qu’il fait aux USA), nous essayons une vidéo–conférence,car Marc est directeur d’un festival à Pointe-Noire : Ponto Urban Week  #PUW2020 .ll essaie de trouver des mesures afin de tenir le forum malgré tout, usant à l’envi des nouvelles technologies. Surtout qu’avec la pandémie du coronavirus, il y a des fortes chances que les scènes, festivals, marchés, conférences soient reportés pour longtemps sine die, plusieurs événements ayant d’ailleurs été annulés

La vidé-conférence me fait découvrir un magnifique outil d’échanges : #HouseParty, super outil de conférence. Je vais d’ailleurs demander à mon fils d’en parler à ses professeurs, bien que la plafond de personnes interconnectées soit limité à quarante personnes. Mes amis  et moi essayons d’autres applications mais sans plus de succès, surtout que nous souhaitons avoir une application que l’on puisse diffuser sur les réseaux.

Journée couci-couça

Entre deux choses, j’échange sur mes réseaux. L’appel de Jojo me mets du baume au cœur. J’adore sa phrase « moral-mental, le reste n’est pas important« . Cela  me fait penser à la discussion que j’ai eue avec Sanzy  hier. Car il important de garder le moral et un mental d’acier en ces temps d’incertitude.Surtout que nous avons l’obligation d’être là (surtout moralement) pour Yanne et Ben qui ont perdu leur maman. Je décide ainsi d’appeler Yanne pour prendre de ses nouvelles. Ça me réjouis qu’il tienne le coup malgré sa douleur.

Maman au téléphone…

J’appelle ensuite maman pour avoir de ses nouvelles. Elle va bien. On reparle du coronavirus. De l’amour qui doit exister dans les familles. De la prière qui doit être le pilier de chacun d’entre nous. Elle prend les nouvelles de ses petit-fils et souhaite un joyeux anniversaire à son garde du corps. Au cours de notre discussion, elle se plaint du coût du transport pour la plantation qui est passé de 300 à 800 FCFA. Je suis d’abord restée calme, j’ai inspiré profondément… et sans m’énerver, je lui ai demandé s’il elle comptait toujours s’y rendre ..

  •  « Bien sûr que oui ! Vous allez manger quoi si je n’y vais pas ? »

Je respire encore et je lui demande tout doucement

  • « Maman tu as ton masque ? »
  • « Oui ! » me répond-elle. Et poursuit :
  •  « Je mets ça quand je suis dehors. S’il n’y avait pas beaucoup de gens ce matin qui allaient au champ, c’est que je serais partie. »

Moi – Je respire encore et je lui dis :

  • « …maman ! Je ne peux pas t’interdire d’aller à la plantation, mais s’il te plaît, respecte les gestes barrière et fais attention à toi. Porte de longs vêtements de tel de sorte que tu n’aies point de contact physique avec les autres. Prends soin de toi maman. Sois bénie. »
  • « Ok c’est noté. Sois bénie ma fille. »
Repas froid! On voit bien l’huile qui coagule 🙁

Sur ce, je me couche mais sans avoir reçu mon dîner froid ! Première fausse note de l’hôtel depuis que nous y sommes. Heureusement que Titi est là. Je réchauffe façon bain-marie et je dîne. J’attends impatiemment les photos du gâteau d’Olivier. C’est finalement Sieur Leuwe qui va lancer la vidéo whatsapp afin que je vive live ce moment avec eux .

Deux heures de temps plus tard je suis au lit ! J’entends du bruit dans le couloir, mais je décide ne pas sortir. Je m’efforce de dormir. Le stress de l’attente des résultats n’est pas encore passé, mais j’essaie de penser à autre chose.

Le grand monsieur!

CINEMA : Yaounde Film Lab -La sous-région Afrique Centrale se mobilise pour une meilleure professionnalisation du secteur.

Du 08 au 15 février 2020, s’est tenu à Yaoundé le 1st Yaounde film lab , un laboratoire de développement et de coproduction qui réunit les porteurs de projets originaires des pays d’Afrique Centrale. Au total 9 pays dont ; le Cameroun,Gabon, Congo, République Démocratique du Congo, Tchad, République Centrafricaine, Guinée Equatoriale, Burundi, Sao Tome et Principe.  A l’initiative de  Sylvie Nwet, Coordinatrice et présidente du festival YAHRA et Dieudonné Alaka, Directeur artistique ; président de Tara Group ; producteur de cinéma et enseignant-chercheur, ce projet a été mis sur pied dans l’optique de relancer la production et la coproduction dans la sous-région Afrique Centrale avec des projets de qualité.

C’est dans cette optique, qu’a chaque  édition, seront sélectionnés 10 meilleurs projets et les faire accompagner par des experts sur trois mois d’écriture à distance et 10 jours de résidence à Yaoundé. À l’issue du Lab, les projets seront mis dans un réseau international de développement et de coproduction.

La première édition qui s’est tenu à Yaoundé a permis de recevoir 33 projets dont 4 du Tchad, 3 du Gabon, 2 de la RDC, 01 du Congo, 4 de la République Centrafricaine et 19 du Cameroun.

Un aperçu d’une séance de réflexion durant le Yaoundé Film Lab

LISTE DES 10 PROJETS SELECTIONNÉS POUR l’EDITION 2020

DOCUMENTAIRES

1- Mi sueño (Mon rêve) de Mirabelle Bandzouzi, produit par Delphe Kifouani (Congo)

2- Amchilini (mariage collectif) de Allamine Kader, produit par Tidjani Ousman (Tchad)

3- REGAB de Pauline Mvele, produit par Samantha Biffot (Gabon)

FICTIONS LONGS METRAGES

4- Le purgatoire de Junior Assani, PRODUIT PAR Emmanuel Lupia (RDC)

5- Un soldat en ville de Christian Mbanga EPANDA, produit par Peh Epoh (Cameroun)

6- Eblouie de Matamba Kombila, produit par Jean Pierre Bekolo (Gabon)

7- Les Diamants du Président de Pauline Sylvaine Gboulou-Mbapondo et Prince Koyagbélé, produit par Longin Eloundou (RCA)

8- L’actrice de Steve Kouanang et Francoise Ellong, produit par Laurita Ngringeh (Cameroun)

9- Saboura de Aaron Padacke Zegoube, produit par Jean Roke Patoudem (Tchad)

10- Suspicion de Ethéline Fomat et Frank olivier Ndéma, produit par Nathalie Mbala M. (Cameroun)

A noter que les  boursiers sont accompagnés depuis le 19 novembre 2019 par  des professionnels avérés et reconnus dans le monde à savoir ;

  • Maya Haffar, scénariste (France)
  • Mariem Hamida, scénariste (France-Algérie)
  • Oualid Baha, Producteur (France-Algérie)
  • Alex Bitchoka, producteur (Cameroun-Allemagne)
  • Eugénie Michel Villette, Productrice (France)
  • Aurélien Boudinaux, producteur (Belgique)
  • Cyrille Masso, Producteur (Cameroun)
  • Alain Modot, distributeur (France)

Au terme de cette première rencontre de Yaoundé film Lab, voici les lauréats :

Félicitation aux lauréats

1- Bourse de développement du projet le plus abouti du Lab

  • Le purgatoire de Junior Assani (RDC) produit par Emmanuel Lupia (RDC)
    2- Bourse de développement du meilleur projet porté par une femme
  • Regab de Pauline Mvele (Gabon) produit par Samantha Biffot et Jessica Evoung (gabon)
    3- Prix Télé Tchad
  • L’actrice de Steve Kouonang (Cameroun); réalisé par Françoise Élong et produit par Laurita Ngringeh (Cameroun)
    4- Prix Télé Tchad
  • Un soldat en ville de Christian Mbanga (Cameroun) produit par Peh Epoh Georges (Cameroun)
    5- Accord de distribution DIFFA
  • Les diamants du président de Pauline Syviane Gboulou (RCA) et Prince Koyagbele (RCA) produit par Longin Eloundou (Cameroun)
    6- Accord de distribution DIFFA
  • Suspicion de Frank Olivier Ndéma (Cameroun) produit par Nathalie Mbala Mpesse
    7- Bourse AFRICADOC Monde pour une résidence d’écriture en Côte d’Ivoire
  • Amchilini d’Allamine Kader (Tchad) produit par Moussa Ousmane Tidjani (Tchad)
    NB: Les bourses:
  • Usage du Monde pour une résidence d’écriture
  • Tenk pour la coproduction d’un documentaire
  • FIDADOC-Produire au SUD pour un atelier de coproduction
    seront décernés ultérieurement.

Afin de marquer ce moment fort important au vu des réalisations, les professionnels  du cinéma présents ont rédigé une déclaration proposant des stratégies qui visent à professionnaliser ( financement, encadrement, regroupement…) davantage et booster la production cinématographique dans la sous-région.