Archives par mot-clé : #Yaoundé

#RetourAuPays quotidien d’une quarantaine…#Part8 #Covid19Cmr

Nouvelle semaine en perspective

Nous sommes le 06 avril, 2020.

Je m’efforce à dormir dorénavant, je force.

Je ne fais rien de spécial si ce n’est le nettoyage habituel jusqu’à ce que le petit-déjeuner soit servi à 9: 40.

Je commence à taper mon texte quand je regarde à travers la fenêtre et j’aperçois le ciel qui s’assombrit, dame pluie ne sera pas très loin à cette allure.

Je me concentre sur mon billet quand Gaëtan me passe un appel. Ça fait du bien de parler.

Il pleut sur la ville!

Comme prédit, la pluie tombe. Je me lève et m’avance vers la fenêtre qui donne sur le petit balcon. Je laisse couler des larmes de tristesses, je souhaite qu’elles coulent  et disparaissent  avec la pluie. Dans notre groupe WA, il y a un mélange d’informations qui n’aident franchement pas à rester serein. D’ailleurs un nouveau groupe a été créé pour ceux qui attendent leurs résultats. Première frayeur. Pourquoi un autre groupe ? Pourquoi il n’y a pas le nom de tous les autres ? Voilà les questions qui fusent dans ma tête. Pendant ce temps, les autres passagers du 2e bus logés dans l’autre hôtel sont appelés à partir, pour ceux qui sont testés négatifs ! Stupeur de ma part ! En plus, ils doivent eux même se rendre à l’aéroport afin de récupérer leurs passeports avant de rentrer chez eux !

Questionnement…

Je m’assure d’avoir toujours des visuels de sensibilisation

 Mais finalement les 14 jours c’est au cas par cas ? C’est quoi cette histoire ? Que fait-on du  temps d’incubation ?  Du temps d’un probable développement du virus au cas où on est asymptomatique ? Que se passe-t-il avec ceux qui seront testés positifs ? Où iront-ils ? Le stress monte à nouveau et plus fort encore. Je prends un moment pour faire le vide dans ma tête, mais je n’y arrive pas.  Dans notre cas, les médecins nous annoncent que ceux qui ont leur résultats et veulent partir doivent se signaler, ceci n’est vraiment pas une information rassurante car c’est angoissant de savoir que certains savent déjà leurs sorts et les autres, dont moi, non ! C’est quand même jeudi que nous avons procédés au prélèvement. Comment lundi, nous ne pouvons pas TOUS être situés ? Les résultats arrivent par vague, apprend-on ! Ce n’est qu’en début d’après-midi que nous sommes informés que nous pourrons rester terminer les 14 jours de quarantaine tout en attendant nos résultats ainsi que ceux qui ont déjà le leur.

Pourquoi autant de stresse me demanderiez-vous ?

Il n’est jamais facile de faire un examen et rester serein, quel que soit le degré de force intérieur  que nous avons. Par contre, il y a des personnes qui vivent/acceptent  mieux leur verdict que d’autres. Je n’ai donc pas compris, pourquoi avoir créé un autre groupe pour ceux qui attendent les résultats. J’aurais laissé tout le monde dans le même groupe et demandé à ceux qui ont déjà le leur, de respecter les conditions de confidentialité.

Un autre décès encore

Au-delà de ce stresse, cette angoisse, c’est difficile d’apprendre que des amis ont perdu leur maman. Même si ce n’est pas du virus. J’ai la rage de ne pas pourvoir les soutenir physiquement !!!  Quand on sait ô combien c’est important d’être présent en ces temps de deuil. Mais alors !!!! Corona qui es-tu ? On n’a même plus le droit de pleurer nos morts normalement ? Aïe ! C’est difficile !!!!

Mon dîner….malheureusement pas le moral pour le déguster avec appétit!

C’est vraiment sur cet air de morosité que la journée s’est terminé. Même le dîner avait l’air fade, tellement j’étais triste !

….et toujours en attente des résultats !

#RetourAuPays quotidien d’une quarantaine #Part6 #Covid19

Samedi 04 avril 2020


Réveillée vers minuit,

Le ciel bleu

Ça été difficile de me rendormir jusqu’au petit matin. C’est là que le cerveau se met au travail. Il repasse des pans de ta vie où tu te poses des questions….si c’était à refaire, le ferais-je pareillement ? Quand tel m’a parlé ‘j’aurai du répondre plutôt comme ceci, pourquoi as-tu fouetté ton fils ce jour-là, pourtant il te disait la vérité….le cerveau refuse de dormir lui aussi.


Les réseaux deviennent comme un défouloir…. Heureusement pour moi, je connais la limite à ne pas franchir. Surtout que derrière ces publications fun, se trouve un message. À chacun de trouver une stratégie pour vivre ce repli sur soi. Toujours faire ressortir un côté fun que ce soit le confinement ou la quarantaine. Je pense même que je vais rédiger un billet sur des actions à mener en famille durant ces temps-ci. Le but étant de me préparer moi-même aux retrouvailles avec la mienne.
Le matin pointe son nez pendant toutes ces réflexions. Les rayons du soleil s’infiltrent dans la chambre. Je pousse un soupir et me lève du lit. Prières, toilettes et voilà qu’on cogne à ma porte. Il est 8 heures, c’est l’heure de la ronde des deux médecins qui assurent notre suivi. Ils veulent savoir si j’ai bien dormi, si j’ai besoin de quelque chose. Ils me diront qu’afin d’éviter les contacts physiques ; on va se référer dorénavant au groupe WA pour toutes sollicitations de leurs parts. Ce que je trouve logique d’ailleurs. Puisque la veille, il était question que nous évitions les contacts physiques au max.

Eau de javel et éponge


Après leur visite, j’entame avec le nettoyage des toilettes : gants, serpillière, détergent ; eau de javel, eau chaude, seau, éponges…. Musique gospel en fond ! Au boulot ! 
J’essore la serpillière pour la rincer la dernière fois quand le petit-déjeuner est servi vers 9 h 45. Je prends ma douche et m’installe devant ma machine. Je reçois le coup de fil de sieur Leuwe. Le décès du Dr Tchouamo, nous touche particulièrement,  il veut se rassurer de comment j’ai dormi. J’en profite pour échanger avec les garçons. Ils sont en plein nettoyage du côté de Douala. Le rituel des échanges sur Whatsapp se poursuit.

Un ange –gardien appelé Mimi
Je suis en plein sur Facebook jusqu’à 13 h quand mon ange-gardien Mimi, me fait parvenir ma bouilloire, ma gourde, un gobelet ….du citron et du gingembre . Le bonheur quoi ! Surtout en ces temps-ci ! Merci infiniment ange-gardien. Il faut remarquer qu’avec les nouvelles directives, nous ne descendons plus à la réception. On annonce à l’un des médecins qu’on recevra un paquet, il se charge d’aller le récupérer et nous le fait parvenir dans les chambres. Donc je n’ai pas vu ma gentille Mimi, on a échangé uniquement par téléphone…. Merci encore.

Toutou, Titi et Mimi


Je contemple mon paquet et retire chaque item avec délicatesse, on fait connaissance, ma bouilloire va se nommer Titi, la gourde Mimi, le gobelet Toutou…..No comment !
Je prends le temps de les nettoyer correctement.  Les pauvres, ils n’ont  surement jamais mit autant e temps dans de l’eau chaude (rire).

Je prends mon déjeuner juste après et je continue à surfer. Je check mes mails. Jusqu’à 17 : 36 quand le dîner est servi ! Je ne fais même pas de commentaire, je récupère juste. C’est quel service rapide ça ? Bref ! Je suis au téléphone avec mon frère qui m’informe que les rapatriés du côté de Bastos, n’ont même pas encore eu leur déjeuner. Ça m’attriste encore. J’essaie de trouver quelques choses de fun à poster sur Facebook, et je me rappelle de mon application boomerang…. Bref, c’est parti pour un petit moment de délire là-bas.
Le temps lui, refuse de passer, alors il faut improviser. Heureusement, c’est samedi donc, il y aura #TheVoice, je fais rapidement une publication pour savoir quelle boisson chaude permet une relaxation sur Facebook avant de me concentrer sur TF1.

Au-revoir ma belle Olivia

Ma belle Olivia

….à peine je commence que je tombe sur le profil de Bozard qui annonce de décès de Olivia Mbangwe ! Seigneur ! Je l’ai connu quand j’étais à la radio à Douala, c’était vers 2010. Elle était drépa et sensibilisait énormément à ce sujet. Pendant, longtemps, elle s’accrochait sur l’art comme vecteur de guérison entre autres. Elle était       co-présidente de Manita, une association qui avait été créée en 2008 et contribuait à l’amélioration du dialogue interculturel à travers l’art et la santé, une vision nécessaire au développement sanitaire et social des populations défavorisées. Elle décède si loin de sa famille… Aie ! C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai finalement regardé la suite de #TheVoice Jusqu’à ce que je m’endorme . Même l’appel des enfants pour me souhaiter bonne nuit n’a rien pu faire. Merci les garçons , je vous aime très fort.
Zéro la vie! Va chère Olivia!Va…

#RetourAuPays #QuotidienDuneQuarantaine 5e journée #part5

03 avril 2020

De ma fenêtre je vous dis bonjour

Quelque part à Elig-Essono, Yaoundé
Une nuit agitée, je dirais, réveil-sommeil-réveil-sommeil. Je compte les moutons en attendant 6 heures. Je me forge une capacité à me convaincre que je ferai des abdos vers 6 heures (rire).
6 heures : je suis debout, prières, téléphone… 
– ‘Mais mais mais Carole et le sport alors ?’
-‘ On le fera après, c’est comment !’
 (moi parlant à moi-même)
8 heures : l’un des médecins qui nous suit -ils sont deux qui sont logés avec nous au cas où, nous avons un problème- cogne pour une discussion avec tout le monde de notre palier. Nous sortons chacun avec nos masques et restons devant nos chambres. Pendant une quinzaine de minutes, il nous donne des conseils sur la pandémie, les gestes à faire, la raison de notre quarantaine, la raison de leurs présences parmi nous, les mesures de propreté à respecter scrupuleusement, il nous annonce que nous aurons les résultats de nos prélèvements dans 2 jours normalement. Il parle du corona, de son temps d’incubation, du temps de développement et d’évolution dans le corps, du fait que les malades sont souvent asymptomatiques dans beaucoup des cas, raison pour laquelle nous sommes gardés 14 jours minimum pour observation. 

Vue de notre palier

Nous leur posons des questions également. C’est durant cet échange qu’ils nous interdiront désormais de se rendre à la réception. Notre limite étant la dernière marche des escaliers s’y rendant. Ceci afin d’éviter au maximum la propagation du virus, au cas où. Toute demande passera désormais par eux-les médecins. Nous nous rassurons que nous sommes tous dans le groupe WA crée pour la diffusion d’information et le suivi de chacun de nous. C’est alors que nous rentrons en chambre. 


Dr Tchouamo Michel….. Pourquoi ?

Merci DrTchouamo! Rest in power!

Petit ménage, nettoyage du sol (weeee mon dos), rangement des vêtements, des bijoux, je lave même les vêtements portés la veille. Pendant cette séance ménage, je reçois le coup de fil de Sieur Leuwe, qui m’annonce le décès du Dr Tchouamo ! Non Non non ! Impossible, je crie au téléphone. Wowwww ! Je refuse de le croire ! Dr Tchouamo Michel, ORL, c’est en septembre 2019 que je me rends dans sa clinique à Bonamoussadi avec le petit dernier pour un check- up, car Nathan donnait l’impression d’avoir des soucis d’ouïe ! Étant un ami à sieur Leuwe, nous prirent rendez-vous assez rapidement. Ils nous attendaient. Je me souviens qu’il était tout gêné quand il s’est rendu compte que nous avions payé la consultation ce jour-là. Une fois dans son bureau, il a regardé Nathan, et m’a demandé si ce dernier était enrhumé. J’ai répondu oui. Après examen toujours dans son bureau, il me dira que l’enfant souffre des amygdales. Je fondis en larmes dans son bureau, il me réconforta en me rassurant sur cette maladie. Il nous renvoya dans un laboratoire à côté pour faire d’autres examens dont une radio ! De retour avec les résultats, tout rassurant, il nous expliqua que c’était assez urgent l’opération, surtout en cette période. Il m’expliquait les conséquences du fait de ne pas agir rapidement ! Nous étions à une semaine de la rentrée scolaire!!! Où devrais-je trouver l’argent pour ça ? J’ai encore fondu en larmes. Au vu de ma détresse, il fera un rabais conséquent sur les frais d’opération…..C’était malheureusement toujours élévé pour moi  surtout à cette époque -là ! Au final, j’avais demandé un 2e diagnostique et c’est finalement Dr Kweleko son confrère qui procéda à l’opération. Dr Tchouamo, depuis le début de cette pandémie, je ne nie pas les évidences, les décès et autres…. Mais savoir que tu étais du corps médical, me démoralise complètement, toi qui sauvais les vies ! Tu ne te rends même pas compte hein! Tu es le premier médecin camerounais décédé de suites de ce fichu machin qu’on appelle coronavirus!Ça fait mal doc !!! Ça fait vraiment mal !!!! J’imagine que tu seras enterré comme un paria, loin de toute ta famille, tes collègues et ceux dont ta rencontre a changé leurs vies….. Aïe doc ! J’ai mal ! Même pas les honneurs dû à ton rang! Mon cœur saigne doc!

Lit dressé par moi

Moral vraiment pas au top
Cette information me met en berne jusqu’à 12 : 50 quand Dr Messina revient prendre de mes nouvelles de façon individuelle et savoir si je suis sous traitement. Dieu merci jusqu’à présent mon mal gastrique est en pause. Les dames de ménages passent récupérer la literie sale. Je reçois en retour de nouveaux draps propres, et je dresse mon lit.Je regarde ma chambre, elle ressent mon chagrin… C’est juste une impression sûrement. Tout me semble si triste. 

Je reçois l’appel d’Adeline, la voix du bébé en fond me procure beaucoup de chaleur. C’est avec beaucoup de peine que je prends mon déjeuner vers 13 : 30.
Je surf sur mon téléphone. J’essaie de lire, mais je n’y arrive pas. Vers 16 heures, William m’appelle. Nous passons environ 30 minutes au téléphone. William est un Senior Friend de l’APU de Dschang. C’est mon frère en Christ si vous voulez ; nous sommes issus de l’Aumônerie Protestante Universitaire de Dschang. Comme plusieurs, il lit #MonHistoire et préfère échanger directement avec moi  .
La journée est tellement triste que même dame pluie s’y mêle vers 15 heures. J’essaie de regarder des séries africaines sur YouTube pour faire passer le temps !
Je somnole quand je suis assise, une fois sur le lit….. Le sommeil prend l’ascenseur !

Mon dîner ce soir.


Le dîner est servi à 17 : 15….. Si tôt ? La serveuse me fait savoir qu’a 18 heures généralement, le restaurant ferme. Bon… Ok.

Je vais finalement au lit vers 20 : 30…… Réveil brutal vers minuit ! Ça, c’est une autre paire de manche !

A demain!