Archives par mot-clé : détente

Mes coups de cœur de janvier 2018 à l’IFC de Douala


Il y a quelques jours, la directrice de l’IFC Amandine Sagne et Abraham Nana responsable communication m’ont invité avec d’autres confrères à la présentation du programme de l’IFC pour les mois de janvier et février 2018. Je vais m’attarder sur des rendez-vous que je trouve super top. 
De ce programme, j’ai déjà mes coups de cœur.
Déjà que pour la première moitié du mois coté santé, ça n’a pas vraiment été la joie. Heureusement, je vais beaucoup mieux et je souhaite partager avec vous mes coups de cœur pour ce mois.
J’ai eu le plaisir de rencontrer Landry Nguetsa metteur en scène de la pièce ‘père inconnu’. Une pièce théâtrale qui me parle tellement. Parfois, quand on vit une situation, on sait mieux que qui ressentir les émotions qui sont véhiculées. Vraiment bravo à la cie Emintha. C’était le 19  janvier dernier. 

« Père inconnu », l’histoire de ces enfants dont les pères existent seulement dans la pensée de la maman. Ils ont fui de leur responsabilité et pour les plus audacieux se pointent quand l’enfant a réussi à un examen ou a refait sa vie dans l’opulence ! D’autres attendent de souffrir longuement de remords pour après venir demander des excuses. Certains pour vouloir paraître bien en société rejettent carrément ses enfants qui n’ont pas été conçus dans le mariage (chose que l’on attribut très souvent à la femme à tort malheureusement).
 Les plus bargots diront que l’enfant recherchera toujours son père un jour …. Ok! 
Ce qu’on oublie souvent de mentionner, c’est le trouble psychologique que subit cet enfant qui est exclu complètement de l’amour paternelle. Même si une présence physique paternelle comble le vide, c’est un vide de carapace, car à l’intérieur, l’enfant souffre atrocement.

 Dans sa quête d’identité paternelle, il y a des fortes chances que l’enfant prenne en compte des mauvais modèles.
Les mamans qui réussissent tant bien que mal à élever des enfants dont le père est porté disparu (rien à voir avec un père décédé) sont à féliciter. Si vous observer bien, ces enfants ont deux extrêmes caractères : certains deviennent papa poule pour leurs enfants, d’autres ne savent pas vraiment exprimer leurs sentiments vis-à-vis de leurs enfants et n’aiment pas beaucoup les débats.

De toutes les façons, moi, je vous recommande énormément cette pièce. Elle décrit parfaitement l’état d’âme d’une enfant de 16 ans en manque de repère. J’apprends même que ce texte est au programme scolaire des classes de 4e au Cameroun. 
À voir absolument !
Ce mois, j’irais à la rencontre de  Sally Nyolo et Pamela Badjogo également.

Sally Nyolo, grande artiste dans l’âme et ambassadrice de l’Unicef séjourne au Cameroun depuis peu. A son actif 7 albums solos et un nombre incalculé de collaborations à différents projets musicaux et sociaux. Dans le cadre de «voix de femmes»,  elle aura à ses côtés la talentueuse Palema Badjogo . Deux voix africaines, deux fortes personnalités, une Afrique musicale et un moment de bonheur nous seront réservés, je le sais !
Pour celles qui aspirent chanter, et même les professionnels du chant, Pamela animera un mini atelier sur initiation aux vocalises ouest africaines.

Au-delà de donner de leur voix, l’évènement « voix de femmes » met la femme au centre des préoccupations. Elle doit pouvoir être autonome et penser faire son activité à grand échelon, même si, elle fait face a nombreuses difficultés. Une grande a conférence sur ‘entrepreneuriat et autonomisation des femmes africaines » est prévu pour le 25 janvier dès 17H 30 . Juste après la conférence, je retrouve Agathe Djokam, magnifique danseuse et chorégraphe qui sort d’une création, elle sera sur scène avec Amelie Messaga et Nathalie Mangwa pour une représentation de ANGELA’S sous fond de musique de Lady B. ANGELA’S c’est peu l’histoire de la femme noire forte qui a lutté pour son émancipation.

Deux jours de pur bonheur puisque le 26 justement ce sera LE concert. Aie j’ai hâte!!!!!! RDV à la salle de spectacle à 20H.
Je termine ce mois avec la « caravane des 10 mots » de l’association « Entre2vers » qui lancera ses activités avec une conférence débat sur le thème « la langue : révélateur d’identité et outil et lien social ». 
Durant la caravane, il faudra être créatif pour mettre en évidence les mots : accent, bagou, griot, jactance, ohé, placoter, susurrer, truculent, voix et volubile.
Bon le temps de bien assimiler tout ceci, je vous reviens avec mes coups de cœur du mois de février !