Archives par mot-clé : #Covid19Cmr

#RetourAuPays quotidienne d’une quarantaine #Part9

Mardi 07 avril 2020

Joyeux anniversaire Franck- Olivier !

C’est l’anniversaire de mon aîné Franck-Olivier aujourd’hui. Je suis heureuse. Je bénis Dieu pour la grâce et je l’appelle vers 6 heures du matin, malheureusement, son téléphone ne passe pas. Je patiente en faisant le ménage. J’ai besoin d’un sac de voyage, en fait, de deux sacs de voyage. Il me faut réduire les effets dans la grande valise. En plus, j’ai fait acheter plein de trucs ici. Il faudra bien les ranger quelque part. Je réfléchis à tout ça et je fais la demande. Grâce et Monika sont les premières à se prononcer avec efficacité. Je ne sais comment vous dire merci les filles.

Je t’aime fils!

Je rédige un beau texte pour mon fils, en fait c’est un de mes anciens textes que j’ai réadapté pour lui en ce jour anniversaire. Je suis fière de mon grand garçon. Beaucoup disent qu’il me ressemble… j’avoue que je ne vois pas cette ressemble. Le garde du corps  de Maa Sue (sa grand-mère). C’est elle qui l’a élevé les premières années  de sa vie. J’arrive finalement à le  joindre pendant que je prends mon petit-déjeuner vers 8 : 45.

Nous échangeons sur ses défis et ses aspirations avec cette nouvelle bougie en plus. Chez-nous, tout est prétexte pour en parler et reparler. Je lui rappelle des cours diffusés sur la CRTV, notre chaîne de télévision nationale et je m’enquiers des nouvelles de ses cours à lui ; son lycée ayant institué des cours par whatsapp. Chose que j’ai trouvé bien, même si je me demande comment cela se fera. Il y a pourtant des applications de vidéo-conférence pour faciliter ce genre d’apprentissage. Bref, je suis heureuse de parler avec lui. J’en profite pour envoyer plein plein de bises à ses frères.

Je suis interrompue par l’un de nos médecins qui viendra faire sa ronde…Encore ?! Bon, finalement a quoi sert notre groupe whatsapp ? Il me semble avoir répondu à ses salutations dans le groupe  ? Vite fait, je lui réponds et retourne dans ma chambre.

Je me remets à la rédaction du billet d’hier. Je suis de moins en moins prompt à rédiger. J’ai la vague impression d’être fatiguée. Je repars donc me coucher et travailler à partir du lit…lui-même se fâchant pour la simple raison que je ne l’ai pas dressé au réveil  ! « Bon vraiment excuse-moi mon gentil petit lit, mais l’heure n’est pas à la coquetterie !« 

Pendant que je rédige, mon petit déjeuner m’est servi . J’ai été oubliée pendant le service général (rires). Heureusement que j’en ai parlé dans notre groupe. Ceci peut se justifie par le départ de mes voisins de palier, sinon comment comprendre cet oublie?.

Sac reçu de Grâce. Merci sista.

Concentration

J’ai deux choses à faire aujourd’hui : rédiger ce billet et corriger le texte d’un article à publier. C’est dans cette concentration que je reçois le sac envoyé par ma très belle Grâce. Je le récupère en chambre n’ayant pas le droit de descendre jusqu’à la réception . Je mets un point d’honneur au respect des gestes barrière. Grâce recevra ses bisousssss par téléphone.

Je nettoie le sac avec du détergent et de la javel et le sèche au balcon. J’en profite pour nettoyer les toilettes.

Gestes à respecter.

J’attaque finalement mon déjeuner quand  je reçois un appel d’Eric-Christian. Nous parlons pendant plus de 30 minutes : Notamment de la #Covid19 , des mesures et de la difficulté du confinement, du non-respect des conseils par les populations, du renouvellement de la vie au quotidien. Il me conseille d’aller sur la page d’une autre ressortissante camerounaise qui vit différemment et très mal sa quarantaine. Je termine mon déjeuner et passe à la dernière relecture des billets que je diffuse enfin.

Vidéo–conférence… why not?

Entre-temps avec Marc du Congo et Morgan du Gabon, mais pour moi il est camerounais (je ne sais même pas ce qu’il fait aux USA), nous essayons une vidéo–conférence,car Marc est directeur d’un festival à Pointe-Noire : Ponto Urban Week  #PUW2020 .ll essaie de trouver des mesures afin de tenir le forum malgré tout, usant à l’envi des nouvelles technologies. Surtout qu’avec la pandémie du coronavirus, il y a des fortes chances que les scènes, festivals, marchés, conférences soient reportés pour longtemps sine die, plusieurs événements ayant d’ailleurs été annulés

La vidé-conférence me fait découvrir un magnifique outil d’échanges : #HouseParty, super outil de conférence. Je vais d’ailleurs demander à mon fils d’en parler à ses professeurs, bien que la plafond de personnes interconnectées soit limité à quarante personnes. Mes amis  et moi essayons d’autres applications mais sans plus de succès, surtout que nous souhaitons avoir une application que l’on puisse diffuser sur les réseaux.

Journée couci-couça

Entre deux choses, j’échange sur mes réseaux. L’appel de Jojo me mets du baume au cœur. J’adore sa phrase « moral-mental, le reste n’est pas important« . Cela  me fait penser à la discussion que j’ai eue avec Sanzy  hier. Car il important de garder le moral et un mental d’acier en ces temps d’incertitude.Surtout que nous avons l’obligation d’être là (surtout moralement) pour Yanne et Ben qui ont perdu leur maman. Je décide ainsi d’appeler Yanne pour prendre de ses nouvelles. Ça me réjouis qu’il tienne le coup malgré sa douleur.

Maman au téléphone…

J’appelle ensuite maman pour avoir de ses nouvelles. Elle va bien. On reparle du coronavirus. De l’amour qui doit exister dans les familles. De la prière qui doit être le pilier de chacun d’entre nous. Elle prend les nouvelles de ses petit-fils et souhaite un joyeux anniversaire à son garde du corps. Au cours de notre discussion, elle se plaint du coût du transport pour la plantation qui est passé de 300 à 800 FCFA. Je suis d’abord restée calme, j’ai inspiré profondément… et sans m’énerver, je lui ai demandé s’il elle comptait toujours s’y rendre ..

  •  « Bien sûr que oui ! Vous allez manger quoi si je n’y vais pas ? »

Je respire encore et je lui demande tout doucement

  • « Maman tu as ton masque ? »
  • « Oui ! » me répond-elle. Et poursuit :
  •  « Je mets ça quand je suis dehors. S’il n’y avait pas beaucoup de gens ce matin qui allaient au champ, c’est que je serais partie. »

Moi – Je respire encore et je lui dis :

  • « …maman ! Je ne peux pas t’interdire d’aller à la plantation, mais s’il te plaît, respecte les gestes barrière et fais attention à toi. Porte de longs vêtements de tel de sorte que tu n’aies point de contact physique avec les autres. Prends soin de toi maman. Sois bénie. »
  • « Ok c’est noté. Sois bénie ma fille. »
Repas froid! On voit bien l’huile qui coagule 🙁

Sur ce, je me couche mais sans avoir reçu mon dîner froid ! Première fausse note de l’hôtel depuis que nous y sommes. Heureusement que Titi est là. Je réchauffe façon bain-marie et je dîne. J’attends impatiemment les photos du gâteau d’Olivier. C’est finalement Sieur Leuwe qui va lancer la vidéo whatsapp afin que je vive live ce moment avec eux .

Deux heures de temps plus tard je suis au lit ! J’entends du bruit dans le couloir, mais je décide ne pas sortir. Je m’efforce de dormir. Le stress de l’attente des résultats n’est pas encore passé, mais j’essaie de penser à autre chose.

Le grand monsieur!

#RetourAuPays quotidien d’une quarantaine…#Part8 #Covid19Cmr

Nouvelle semaine en perspective

Nous sommes le 06 avril, 2020.

Je m’efforce à dormir dorénavant, je force.

Je ne fais rien de spécial si ce n’est le nettoyage habituel jusqu’à ce que le petit-déjeuner soit servi à 9: 40.

Je commence à taper mon texte quand je regarde à travers la fenêtre et j’aperçois le ciel qui s’assombrit, dame pluie ne sera pas très loin à cette allure.

Je me concentre sur mon billet quand Gaëtan me passe un appel. Ça fait du bien de parler.

Il pleut sur la ville!

Comme prédit, la pluie tombe. Je me lève et m’avance vers la fenêtre qui donne sur le petit balcon. Je laisse couler des larmes de tristesses, je souhaite qu’elles coulent  et disparaissent  avec la pluie. Dans notre groupe WA, il y a un mélange d’informations qui n’aident franchement pas à rester serein. D’ailleurs un nouveau groupe a été créé pour ceux qui attendent leurs résultats. Première frayeur. Pourquoi un autre groupe ? Pourquoi il n’y a pas le nom de tous les autres ? Voilà les questions qui fusent dans ma tête. Pendant ce temps, les autres passagers du 2e bus logés dans l’autre hôtel sont appelés à partir, pour ceux qui sont testés négatifs ! Stupeur de ma part ! En plus, ils doivent eux même se rendre à l’aéroport afin de récupérer leurs passeports avant de rentrer chez eux !

Questionnement…

Je m’assure d’avoir toujours des visuels de sensibilisation

 Mais finalement les 14 jours c’est au cas par cas ? C’est quoi cette histoire ? Que fait-on du  temps d’incubation ?  Du temps d’un probable développement du virus au cas où on est asymptomatique ? Que se passe-t-il avec ceux qui seront testés positifs ? Où iront-ils ? Le stress monte à nouveau et plus fort encore. Je prends un moment pour faire le vide dans ma tête, mais je n’y arrive pas.  Dans notre cas, les médecins nous annoncent que ceux qui ont leur résultats et veulent partir doivent se signaler, ceci n’est vraiment pas une information rassurante car c’est angoissant de savoir que certains savent déjà leurs sorts et les autres, dont moi, non ! C’est quand même jeudi que nous avons procédés au prélèvement. Comment lundi, nous ne pouvons pas TOUS être situés ? Les résultats arrivent par vague, apprend-on ! Ce n’est qu’en début d’après-midi que nous sommes informés que nous pourrons rester terminer les 14 jours de quarantaine tout en attendant nos résultats ainsi que ceux qui ont déjà le leur.

Pourquoi autant de stresse me demanderiez-vous ?

Il n’est jamais facile de faire un examen et rester serein, quel que soit le degré de force intérieur  que nous avons. Par contre, il y a des personnes qui vivent/acceptent  mieux leur verdict que d’autres. Je n’ai donc pas compris, pourquoi avoir créé un autre groupe pour ceux qui attendent les résultats. J’aurais laissé tout le monde dans le même groupe et demandé à ceux qui ont déjà le leur, de respecter les conditions de confidentialité.

Un autre décès encore

Au-delà de ce stresse, cette angoisse, c’est difficile d’apprendre que des amis ont perdu leur maman. Même si ce n’est pas du virus. J’ai la rage de ne pas pourvoir les soutenir physiquement !!!  Quand on sait ô combien c’est important d’être présent en ces temps de deuil. Mais alors !!!! Corona qui es-tu ? On n’a même plus le droit de pleurer nos morts normalement ? Aïe ! C’est difficile !!!!

Mon dîner….malheureusement pas le moral pour le déguster avec appétit!

C’est vraiment sur cet air de morosité que la journée s’est terminé. Même le dîner avait l’air fade, tellement j’étais triste !

….et toujours en attente des résultats !

#RetourAuPays premier dimanche de ma quarantaine #Part7 #Covid19

Nous sommes rendus au dimanche 05 avril, 2020

Nuit encore agitée, j’espère que ça finira bientôt. Je commence part sélectionner les musiques à écouter toute la journée. Je fais ensuite ma prière et je range un peu la chambre. Je dresse le lit et le contemple….genre…j’espère que ton frère  à Douala se porte bien ! J’éclaté de rire en me souvenant que pour des raisons dont je suis seule à connaître, mon matelas est bien au sol. À force de voir les planches tomber ! Tu ris je te bloque! Il est même devenu le trampoline pour certains….rire ! Il n’y a aucun lien je sais, je laisse juste mon cerveau faire sa diva !

Je sors de ma rêverie pour recevoir mon petit-déjeuner vers 9 heures. Une quarantaine de minutes plus tard, l’un des médecins toque à ma porte pour savoir si je vais bien. Je lui demande pourquoi il est venu alors que nous nous étions accordé que tout se passerait dans le groupe WA dorénavant. Il me répond que certains n’avaient pas répondu à ses salutations dans le groupe, alors il faisait la ronde pour s’enquérir un peu de tout ça. Belle attention, je dirai !

Dimanche généralement c’est musique gospel à fond ! Donc la journée était plutôt calme. Entre discussions avec la famille, répondre aux sms,  le service de restauration apporte le déjeuner à 12 :30.

Ces appels qui rassurent

Je reçois les appels  de  Jean Olivier vers 9h,  ma sist’art Gaelle W. prendra la suite. Nous parlerons pendant plus de 30 minutes avant la coupure brusque dû à la mauvaise connexion. Mon ami Frank-Olivier m’appellera à 13 heures juste avant que je prenne mon déjeuner. Le temps de ranger mes couverts, Mathias le Bio, me fera un petit coucou. Si ça semble peu pour vous, pour moi c’est une vraie bouffé d’air. Se savoir pas seule en ces temps. Car contrairement à beaucoup qui sont en confinement en famille, moi je suis seule dans ma chambre, obligé de parler à mon lit, à la télé, à Mimi et Titi….eh oui ! Tout ne pas peut être que silence. Pour les méditations, ça passe si facilement, après, on a besoin de parler  à quelqu’un. Pourtant vivre seule, n’a jamais vraiment été un problème pour moi, mais là, la situation est différente  le spectre de la « prison » est bien ancré dans le cerveau…..et c’est peu de le dire, même si c’est pour notre santé et celle des autres.

Communication Whatsapp sur la #Covid19

Une campagne parmi tant d’autres

Je vous ai dit que nous avons un groupe WA dans lequel nous échangeons avec les deux médecins. C’était journée communication sur le corona virus.  En fait, depuis la veille,  ( les médecins)  diffusent des informations sur la #Covid19. C’est là , où j’ai pris et partagé l’astuce de chanter le Happy Birthday to you au moins pendant 20 secondes, pour apprendre aux enfants à  bien se laver les mains. Nous avons également parlé de nos craintes, à savoir si le personnel de l’hôtel a été également prélevé car c’est eux qui nous apporte à manger. On a trouvé  également une solution à la perte de poids (à force de rester sur place, beaucoup ont peur de prendre du poids….Je ne me sens pas concernés hein rire) à travers la pratique du sports grâce aux  séances de sports  diffusées sur Youtube, il ne manquera plus que la motivation. Nous avons même trouvé un moment pour se faire des vannes et rigoler. Dans nos échanges, nous sommes revenus sur les mesures de protection tout ceci dans  l’attente de nos résultats, je puis vous dire que ce n’est pas facile!

Boulot un jour, boulot toujours

Dans l’après-midi, j’ai participé à la conférence de presse WA de la plateforme  consultative et de réflexion des femmes africaines. La Reine Clarisse Douala Bell du Cameroun en est la  présidente  fondatrice, et l’artiste Queen Eteme, la présidente  en exercice. Avec les autres membres du  bureau, elles nous ont présenté la plateforme et  entretenu sur le projet imminent à savoir la contribution des femmes africaines durant cette pandémie. Nous avons échangé sur les stratégies qu’elles pensent mettre sur pied. D’ailleurs, elles organisent une conférence demain lundi à 15h. Ce sera avec toutes les femmes de la plate-forme, issues de 16 pays sur le continent.  Je vais y participer et  je vous tiendrai informé en tant que journaliste (oui oui, je le suis à la base.).

Titi la star du jour!

Je suis fan de ma Titi !

Je vous ai présenté Titi n’est-ce pas ?

Elle était la star du jour…..des applaudissements svp !

Ma décoction chez Mimi 🙂

Trop belle, ma Titi , d’ailleurs même , j’aime d’abord la couleur bleue. Toute la journée, elle a réchauffé l’eau pour sa sœur Mimi. Je crois avoir battu le record de boisson chaude bu aujourd’hui. Déjà qu’entre  18 heures et 3 heures de matin, j’ai ingurgité 4 litres de décoction (citron, gingembre). En journée je pense avoir fait un peu plus. Donc ma journée était chambre-toilettes-chambre-toilettes. Est-ce que c’est bon pour ma santé ? Oui ! Uriner au tant également ? Non mais que faire ? Bref !

J’ai pris mon dîner à 18h oui oui ! C’est mon coach Nteppe qui sera content. Mais je crois avoir besoin d’un binôme pour le sport à cette allure.

C’est donc une boule dans le ventre que je me couche et regarde la chaîne Africa Movie, sans réel intérêt…. En attendant que le sommeil puisse cogner à ma porte….c’est le stresse de l’attente des résultats qui commence comme ça !

#RetourAuPays #QuotidienDuneQuarantaine 5e journée #part5

03 avril 2020

De ma fenêtre je vous dis bonjour

Quelque part à Elig-Essono, Yaoundé
Une nuit agitée, je dirais, réveil-sommeil-réveil-sommeil. Je compte les moutons en attendant 6 heures. Je me forge une capacité à me convaincre que je ferai des abdos vers 6 heures (rire).
6 heures : je suis debout, prières, téléphone… 
– ‘Mais mais mais Carole et le sport alors ?’
-‘ On le fera après, c’est comment !’
 (moi parlant à moi-même)
8 heures : l’un des médecins qui nous suit -ils sont deux qui sont logés avec nous au cas où, nous avons un problème- cogne pour une discussion avec tout le monde de notre palier. Nous sortons chacun avec nos masques et restons devant nos chambres. Pendant une quinzaine de minutes, il nous donne des conseils sur la pandémie, les gestes à faire, la raison de notre quarantaine, la raison de leurs présences parmi nous, les mesures de propreté à respecter scrupuleusement, il nous annonce que nous aurons les résultats de nos prélèvements dans 2 jours normalement. Il parle du corona, de son temps d’incubation, du temps de développement et d’évolution dans le corps, du fait que les malades sont souvent asymptomatiques dans beaucoup des cas, raison pour laquelle nous sommes gardés 14 jours minimum pour observation. 

Vue de notre palier

Nous leur posons des questions également. C’est durant cet échange qu’ils nous interdiront désormais de se rendre à la réception. Notre limite étant la dernière marche des escaliers s’y rendant. Ceci afin d’éviter au maximum la propagation du virus, au cas où. Toute demande passera désormais par eux-les médecins. Nous nous rassurons que nous sommes tous dans le groupe WA crée pour la diffusion d’information et le suivi de chacun de nous. C’est alors que nous rentrons en chambre. 


Dr Tchouamo Michel….. Pourquoi ?

Merci DrTchouamo! Rest in power!

Petit ménage, nettoyage du sol (weeee mon dos), rangement des vêtements, des bijoux, je lave même les vêtements portés la veille. Pendant cette séance ménage, je reçois le coup de fil de Sieur Leuwe, qui m’annonce le décès du Dr Tchouamo ! Non Non non ! Impossible, je crie au téléphone. Wowwww ! Je refuse de le croire ! Dr Tchouamo Michel, ORL, c’est en septembre 2019 que je me rends dans sa clinique à Bonamoussadi avec le petit dernier pour un check- up, car Nathan donnait l’impression d’avoir des soucis d’ouïe ! Étant un ami à sieur Leuwe, nous prirent rendez-vous assez rapidement. Ils nous attendaient. Je me souviens qu’il était tout gêné quand il s’est rendu compte que nous avions payé la consultation ce jour-là. Une fois dans son bureau, il a regardé Nathan, et m’a demandé si ce dernier était enrhumé. J’ai répondu oui. Après examen toujours dans son bureau, il me dira que l’enfant souffre des amygdales. Je fondis en larmes dans son bureau, il me réconforta en me rassurant sur cette maladie. Il nous renvoya dans un laboratoire à côté pour faire d’autres examens dont une radio ! De retour avec les résultats, tout rassurant, il nous expliqua que c’était assez urgent l’opération, surtout en cette période. Il m’expliquait les conséquences du fait de ne pas agir rapidement ! Nous étions à une semaine de la rentrée scolaire!!! Où devrais-je trouver l’argent pour ça ? J’ai encore fondu en larmes. Au vu de ma détresse, il fera un rabais conséquent sur les frais d’opération…..C’était malheureusement toujours élévé pour moi  surtout à cette époque -là ! Au final, j’avais demandé un 2e diagnostique et c’est finalement Dr Kweleko son confrère qui procéda à l’opération. Dr Tchouamo, depuis le début de cette pandémie, je ne nie pas les évidences, les décès et autres…. Mais savoir que tu étais du corps médical, me démoralise complètement, toi qui sauvais les vies ! Tu ne te rends même pas compte hein! Tu es le premier médecin camerounais décédé de suites de ce fichu machin qu’on appelle coronavirus!Ça fait mal doc !!! Ça fait vraiment mal !!!! J’imagine que tu seras enterré comme un paria, loin de toute ta famille, tes collègues et ceux dont ta rencontre a changé leurs vies….. Aïe doc ! J’ai mal ! Même pas les honneurs dû à ton rang! Mon cœur saigne doc!

Lit dressé par moi

Moral vraiment pas au top
Cette information me met en berne jusqu’à 12 : 50 quand Dr Messina revient prendre de mes nouvelles de façon individuelle et savoir si je suis sous traitement. Dieu merci jusqu’à présent mon mal gastrique est en pause. Les dames de ménages passent récupérer la literie sale. Je reçois en retour de nouveaux draps propres, et je dresse mon lit.Je regarde ma chambre, elle ressent mon chagrin… C’est juste une impression sûrement. Tout me semble si triste. 

Je reçois l’appel d’Adeline, la voix du bébé en fond me procure beaucoup de chaleur. C’est avec beaucoup de peine que je prends mon déjeuner vers 13 : 30.
Je surf sur mon téléphone. J’essaie de lire, mais je n’y arrive pas. Vers 16 heures, William m’appelle. Nous passons environ 30 minutes au téléphone. William est un Senior Friend de l’APU de Dschang. C’est mon frère en Christ si vous voulez ; nous sommes issus de l’Aumônerie Protestante Universitaire de Dschang. Comme plusieurs, il lit #MonHistoire et préfère échanger directement avec moi  .
La journée est tellement triste que même dame pluie s’y mêle vers 15 heures. J’essaie de regarder des séries africaines sur YouTube pour faire passer le temps !
Je somnole quand je suis assise, une fois sur le lit….. Le sommeil prend l’ascenseur !

Mon dîner ce soir.


Le dîner est servi à 17 : 15….. Si tôt ? La serveuse me fait savoir qu’a 18 heures généralement, le restaurant ferme. Bon… Ok.

Je vais finalement au lit vers 20 : 30…… Réveil brutal vers minuit ! Ça, c’est une autre paire de manche !

A demain!