Archives de catégorie : Agenda

MASA 2020 : Didier Toko  » […MASA ZONE, c’est une première, ce côté du MASA, va refléter la créativité qu’on retrouve dans nos villes africaines dans les domaines des arts visuels graffiti, la mode, la danse et la musique…] »

Le MASA, le Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan en cette 11e édition, accueille pour la première fois en son sein, la Zone MASA, du 07 au 14 mars 2020 à Abidjan. Un espace dédié à l’urban street art africain. Afin d’être éclairé sur les objectifs et la raison d’être d’une telle initiative, nous avons rencontré pour vous le promoteur Didier Toko, acteur culturel camerounais très connu sur le continent qui a réuni ses pairs autour de cette vision.

VISION ARTISTIK – Comment nait l’idée de la Zone au MASA 2020. C’est quoi concrètement cette initiative.

DIDIER TOKO – La Zone au MASA ou MASA ZONE vient du fait que pendant mes participations antérieures au MASA, il n’ y avais pas vraiment un espace d’expression à tout ce qui est street and urban art africain, et sachant ce que ça représente comme grosse part de marché de nos jours non seulement, pour la musique mais pour toute cette industrie créative.

Pour les artistes c’est l’occasion de proposer leurs créations devant les diffuseurs du monde entier et surtout les diffuseurs venant du continent (constitués de directeurs de festivals, propriétaires de salles, tourneurs, bookeurs, médias spécialisés, labels etc….

Et pour les professionnels c’est de se regrouper pour la première fois ensemble pour trouver des entames de solutions à nos problématiques diverses, qui vont de la mobilité, la recherche des financements jusqu’aux diverses coopérations possible entre nous. 

VISION ARTISTIK – Quelles sont les personnes concernées par la zone ? À qui s’adresse la zone ? 

DIDIER TOKO Les personnes concernées par cette plateforme sont tout d’abord les artistes, ils ont besoin de diffusions et d’être distribués, le MASA est l’un des plus grands marchés sur le continent, normal que ce soit une grosse plateforme d’opportunités pour eux, puis s’ensuit les professionnels qui eux , ont des moments d’échanges et des workshops pour permettre aux uns et aux autres, de se mettre en réseau autour du MASA et les autres institutions africaines qui visent la promotion culturelle, c’est aussi une occasion de réseauter par rapport à nos divers projets structurants et pour en finir, il y’a aussi le public africain (celui d’Abidjan pour le moment) qui est concerné parce que c’est un public qui vit et consomme le made in Africa dans tous les genres actuellement, c’est aussi un marché en pleine croissance et c’est à nous au travers de ce genre de projet de les conquérir.

VISION ARTISTIK – Quelles sont les articulations de la zone ?

DIDIER TOKO –  Y’aura bien sûr un concert tous les soirs à l’esplanade du palais de la culture de Treichville, dans la journée, il y aura un peu plus tôt des activités professionnelles (Forums, workshop, échanges…) toujours au palais de la culture, y aura aussi une forte présence des arts visuels graffiti, de danse et des performances de mode.

VISION ARTISTIK – Quelles sont les personnes derrière l’initiative ?

DIDIER TOKO –  Un groupe d’entrepreneurs culturel africains donc je suis à la tête pour le moment, mais il y’a la cheville ouvrière au-delà de mon équipe de Douala qui est constitué des personnes comme Mr Kajeem, Mr Didier AWADI, Madame VANESSA KANGA, Mr Paul Edouard ETOUNDI, Mr Jacques EYANGO, Mr Abdoulaye SANGARÉ, Madame NASH, Mr Fredy MASSAMBA, Mr Mory TOURÉ, Mr Mike EPAKA, Mr Fabrice MVOUTI, Mr Selhami BAKARY ,Madame Armène DOUA, Madame Sophie KOUROUMA bien sûr sous la coordination du Professeur YACOUBA KONATÉ directeur du MASA et le comité artistique international du MASA pour ne citer que ceux-là.

VISION ARTISTIK – En quoi c’est un avantage pour un artiste d’être sur la zone alors qu’il y a des scènes off dans le MASA.

DIDIER TOKO –  Justement parce que c’est une sélection officielle, mais cela n’enlève en rien au fait que l’artiste en off a les mêmes chances de détection que ceux en ‘in’, vu que les professionnels vont partout et le public aussi, la seule spécification est que sur la Zone MASA la diffusion est ciblée, c’est uniquement pour les Arts Street d’Afrique et du monde pour respecter le thème de cette édition (Afrique Monde)

VISION ARTISTIK – Comment va se déployer la zone dans le MASA ?

DIDIER TOKO –  La zone c’est le MASA, d’ailleurs nous disons MASA ZONE, cest une première, donc, ce côté du MASA, va refléter la créativité qu’on retrouve dans nos villes africaines dans les domaines des arts visuels graffiti, la mode, la danse et la musique, on essaiera d’être présent avec nos codes urbains au niveau de la scénographie.

VISION ARTISTIK – C’est une première pour cette initiative, quel est l’objectif derrière ?

DIDIER TOKO –  Pouvoir assurer cette première édition en respectant au mieux le cahier des charges qu’on s’est fixé et se mettre au plus vite pour préparer la prochaine.

VISION ARTISTIK – N’avez-vous pas peur que le MASA absorbe la zone en termes de contenu, d’activités etc…?

DIDIER TOKO –  NON parce que LA ZONE comme je l’ai dit plus haut c’est le MASA, c’est une activité du MASA et d’ailleurs nous l’appelons plus  MASA ZONE.

VISION ARTISTIK – C’est quoi la suite de la Zone après le MASA ?

DIDIER TOKO –  On décidera tous ensemble pendant nos échanges et nos rencontres sur le MASA, pour le moment se réunir c’est déjà le plus grand défi et ce n’est pas facile croyez-moi, l’espoir étant d’être plus nombreux et greffer autour du MASA pour mieux se mettre en réseau.

VISION ARTISTIK – Autre  chose  que nous devons savoir  par rapport à la Zone?

DIDIER TOKO –  OUI Rendez-vous du 07 au 14 Mars 2020 à Abidjan.

JE SUIS DANS LA ZONE !!!!!!

ET VOUS AUSSI

LOLLLL

À très vite.

#LaZone2020
#MASA2020
#AfrikaToTheWorld
#SoFunSoCreativ

sports – Chan 2020: le palais polyvalent des sports de Yaoundé revêt sa plus belle tenue pour la cérémonie de tirage au sort



C’est demain 17 février 2020 que les yeux du monde en général et ceux de l’Afrique seront rivés sur le Cameroun, pays de toutes les hospitalités, en faveur de la cérémonie de tirage des poules pour le #CHAN2020 qui se déroulera du 04 au 25 avril prochain.

Le ticket qui vous donne accès au PAPOSY


Une cérémonie qui mêlera convivialité, partage et générosité artistique et culturel de tout un continent. Il faut dire que le site qui abritera la cérémonie ; le PAPOSY le Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé, est un joyeux architectural situé dans la ville des 7 collines, qui accueille des manifestations culturelles et sportives. Il est doté d’une infrastructure qui offre des conditions techniques visuelles et acoustiques idéales pour une retransmission idoine d’un événement comme celui-ci.

Belle vue du PAPOSY


Les répétitions avec les artistes se sont déroulé ce dimanche avec la présence du ministre des Sports venu témoigner de l’effectivité des installations et des préparatifs. C’est une très forte équipe côté logistique qui y travaille depuis quelques jours déjà.

Installations dans la salle
Présence du Ministre des sports et de l’éducation physique ,Prof Narcisse Mouelle Kombi



Coté spectacle

Maestro Aladji Toure, Directeur Artistique du concert

C’est le maestro de renommé international Sir Aladji Toure , bassiste qui assurera la direction artistique du concert auquel ont été convié des artistes tels que Nicole Mara, Lornoar, Locko, Magasco, Taty Eyong entre autres. 

Taty Eyong annoncée pour ce concert
Ihims , auteure de l’hymne du CHAN

Ihims compositrice de l’hymne officielle de l’événement sera également aux premières loges pour donner de la voix. 

On retrouvera également des groupes folkloriques qui vont revisiter nos rythmes patrimoniaux à l’instar de l’assiko. Le mvet, mythique instrument traditionnel de musique sera en premier plan, avec un solo rien qu’en son honneur. Afin d’accompagner les différentes plages artistiques, l’orchestre constitué de 3 choristes, 1 batteur 1 bassiste,1 pianiste, 3 sessions cuivres avec trompette, saxo et trombone dirigé par Thierry Sandjo, nous proposera des génériques tout particuliers. Le rire sera au rendez-vous avec des sketchs orchestrés pour la circonstance ainsi qu’une prestation de danseurs et chorégraphes.

En bonne place des chorégraphes. Christelle et Martial accompagneront TATY EYONG
Repetitions au PAPOSY


Afin de rendre encore plus conviviale la cérémonie, les 15 pays invités, pourront savourer des rythmes bien de chez eux.
La technique côté son sera assuré par Gilbert Moudio qu’on ne présente plus !

Masters and mistresses of ceremony


Une cérémonie qui débutera à 18 h et sera présentée par Eric Christian Nya et Diane Ngassa, avec en première partie Gwladys Lebouda et Larry Effande. Les invités spéciaux arrivent petit à petit ainsi que les officiels de la CAF depuis hier déjà. Y prendront part également, les autorités du pays ainsi que la population qui est attendu massivement.
Pour y avoir accès, il fallait tout simplement s’enregistrer en ligne. 

Malheureusement, nous (Vision Artistik) n’y serons pas, mais des dispositions de retransmission en direct ont été prises par les organisateurs,  de façon à ne rien rater à la cérémonie sur vos écrans plats  !
C’est une belle cérémonie qui s’annonce pour le football africain au Cameroun.

#TotalCHAN2020

#CocanCmr2021



CINEMA : Maimounatou Bourzaka « Notre vœu le plus cher est que les pouvoirs publics prennent conscience des niches que constitue ce secteur ».

Depuis 3 ans, Maimounatou Bourzaka fondatrice du  Cinecamer qui valorise le secteur du cinéma camerounais sur le web et promotrice  des Journées du jeune cinéaste, propose aux jeunes de la ville de Yaoundé, des journées qui ont pour objectif les apprendre les rouages et les bases du cinéma.  Nous l’avons rencontré afin qu’elle nous parle de cette 3e édition qui se tiendra du 14 au février 2020 à Yaoundé sous le thème  » Violences faites aux femmes et aux enfants: si le cinéma se tait, il laisse faire »

Vision Artistik : Peux-tu nous présenter les Journées du Jeune Cinéaste JJC ?

Maimounatou jamais sans son sourire!

Maimounatou Bourzaka : C’est un événement annuel qui rentre dans le cadre de la célébration de la fête de la jeunesse. Les JJC ont été  initiées en 2018 par l’Association Cinecamer afin de valoriser et de célébrer les jeunes cinéastes camerounais. Il a également pour objectif de fournir des rudiments à cette frange de la population à travers des ateliers  de formation, des master-classes et des conférences-débats. Plus loin, nous voulons susciter des vocations et servir de plateforme d’échanges entre professionnels et amateurs et amateurs du secteur. Bien plus, montrer la portée du cinéma afin d’amener les pouvoirs publics à s’y intéresser davantage.

Vision Artistik : Qu’est qui a motivé cette initiative ?

Maimounatou Bourzaka : L’envie d’accompagner ces jeunes cinéastes en herbe qui manquent d’occasion pour rencontrer les professionnels. Nous recevons de nombreux messages de nos abonnés qui souhaitent se faire épauler par des aînés du métier, mais qui ne parviennent pas à les avoir. Aussi, nous voulons apporter du nôtre pour faire du cinéma un levier de développement. Notre vœu le plus cher est que les pouvoirs publics prennent conscience des niches que constitue ce secteur. Le Nigeria et les  Etats-Unis sont devenus de grandes puissances économiques grâce au cinéma et on peut le faire aussi. Nous avons des professionnels pétris de talent et d’expérience.

Par ailleurs, nous voulons aussi montrer les vrais films aux Camerounais en leur disant que les œuvres diffusées sur la chaîne rouge ne reflètent pas le vrai niveau du cinéma camerounais. Les objectifs sont si nombreux.

Vision Artistik : Journaliste et passionné de cinéma, ça aide dans l’organisation d’un événement comme celui-ci ?

Maimounatou Bourzaka : Énormément ! J’ai la chance d’avoir un carnet d’adresses assez fourni et ça m’ouvre de nombreuses portes. Aussi, chacun de mes amis se sent concerné par mes événements et ils m’appellent pour me proposer de passer sur leurs antennes. Je rends vraiment grâce à Dieu. Grâce à la notoriété que je pu avoir dans le domaine du cinéma à travers mon site www.cinecamer.info et mes années au festival Écrans Noirs, j’ai certaines facilités.

Vision Artistik : Quelles sont les activités qui vont meubler ces journées ?

Programme de l’édtion 2020

Maimounatou Bourzaka : Plusieurs activités vont meubler cette édition. Il y aura des ateliers sur le jeu d’acteur, l’écriture de scénario, les web-séries, la promotion du film et la mobilisation du public, le streaming…. On aura également la projection des films en exclusivité comme  » I’m okay  » de Stella Tchuisse et  » Orphelins » de Jessica Mpele. Sans oublier la conférence autour du thème  » violences faites aux femmes et aux enfants : si le cinéma se tait, il laisse faire »

Vision Artistik : Ces journées veulent toucher qui ? Au finish c’est quoi l’objectif ?

Maimounatou Bourzaka : A travers les JJC, nous voulons d’abord toucher le public en leur montrant du bon. Nous voulons leur faire savoir que nous produisons des films de qualité, contrairement à ce qu’ils croient au regard des films diffusés sur la chaîne rouge.

Nous souhaitons aussi amener les opérateurs économiques à investir dans le cinéma.

Vision Artistik- Comment s’est opéré le choix des formateurs des différents ateliers ?

Maimounatou Bourzaka : Étant, rigoureuse et gueularde 😅��😅, oui je l’avoue, j’ai choisi les meilleurs dans leurs domaines pour ces ateliers.

Ulrich TAKAM
Nkanya Nkwai
Samuel Iyabi

Claye Edou  pour moi, remporte le prix de la meilleure révélation de cette décennie. Il s’est imposé avec son premier long métrage intitulé Minga et la cuillère cassée. L’équipe du journal Le monde s’est déplacé pour la première de son film. C’était phénoménal. Jusqu’aujourd’hui, la magie de son film opéré car il est toujours diffusé dans des salles noires de monde. C’est ce secret là que je souhaiterais qu’il partage avec les autres.

Claye Edou

Alain Bomo Bomo a aussi écrit de belles pages de l’histoire du cinéma camerounais à travers son écurie. Il a formé bien de jeunes camerounais qui font la fierté du pays à l’instar  de Passy Ngah. Même chose pour les autres formateurs.

Alain Bomo Bomo

Que dire que Chedjou Kamdem qui est le meilleur en Afrique ❤❤❤❤ C’est vraiment la crème de la crème.

Chedjou Kamdem

Vision Artistik- rendu à la 3e édition quel bilan fais-tu des 2 premières éditions ? Qu’est ce qui te motive à continuer ?

Maimounatou Bourzaka : En réalité, j’ai voulu abandonner par manque de moyens. C’est très difficile d’organiser un événement sans sponsors. Mais, c’est la passion qui m’anime encore. On continue aussi parce qu’on se rend compte que de nombreuses personnes ont besoin de ce genre de plateforme. C’est un peu comme un devoir envers la société. Nous devons participer à l’éclosion du cinéma camerounais.

En ce qui concerne le bilan, il est très satisfaisant. Nous sommes enchantées des retombées et de ceux qui participent à l’événement car ils en tirent toujours des leçons.

Vision Artistik- C’est quoi ton plus grand rêve pour les JJC ?

Maimounatou Bourzaka : Que les JJC deviennent comme le Fespaco, c’est-à-dire une référence dans le monde. Ainsi, nous pourrons inviter les scénaristes de  » 24h chrono » et de  » Casa de papel »

Vision Artisitik- une information utile à faire partager aux in : ernautes ?

Maimounatou Bourzaka : Le cinéma éduque, informe et divertit. Il constitue une niche.

CHAN 2020 : COMMENT S’effectue le tirage au sort

Ce n’est plus un secret de polichinelle de savoir que le #CHAN2020 se déroulera au Cameroun du 4 au 25 avril prochain. Il faudra néanmoins attendre le 17 février 2020 afin de connaitre les 4 groupes de cette phase finale à travers la cérémonie de tirage au sort qui aura lieu au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé.

TARA mascotte officielle #Chan2020

Que stipule le règlement du tirage au sort de façon général pour ce championnat?

Pour les nuls en foot comme moi…. Prenez cahier et marqué dictée cc Kaisa Pakito 😉😉

Le règlement stipule que :

En cas d’égalité de points entre deux équipes ou plus, au terme des matches de groupe, les équipes sont départagées selon les critères successifs suivants:

*le plus grand nombre de points obtenus lors des rencontres entre les équipes en question
*la meilleure différence de buts lors des rencontres entre les équipes en question
le plus grand nombre de buts marqués dans les matchs de groupe entre les équipes concernées
*la différence de buts sur l’ensemble des parties disputées dans le groupe
*le plus grand nombre de buts marqués sur l’ensemble des matches du groupe
*le classement fair-play
*un tirage au sort effectué par la CAF.

16 équipes prendront part à cette compétition. A signaler que la Tunisie a déclaré forfait et c’est la Libye qui a pris sa place.


Rendez-vous le 17 février 2020 au Palais Polyvalent de Sport à Yaoundé👌
#TotalCHAN2020 #CocanCmr2021 #VisionArtistik
#Blogging
Je me mets au foot et toi ?

Salon du mariage 2020 : MELANIE WABO  » …Les personnes à qui j’en parlais ne croyaient pas à une industrie du mariage au Cameroun… »

Mélanie Wabo 1ère wedding planner certifiée du réseau Weddings Beautiful au Cameroun, organisatrice de mariage , formatrice Chef de projet événementiel et femme entrepreneure est la dame de fer qui depuis 7 ans, rassemble autour du thème du mariage, les parties prenantes pour une meilleure visibilité des différentes prestations . La célébration du mariage devient de plus en plus une attraction où les convives vivent des moments d’exceptions. Les mariés recherchent de plus en plus de créativité et de l’innovation durant les cérémonies selon leurs bourses.

Melanie Wabo

Pour le plus grand bien de certaines familles, les couples lâchent prise et se concentrent sur la journée, ceci grâce au service d’un wedding planner.

Google image

Entre deux réunions, afin de peaufiner le salon du mariage qui s’annonce encore plus excitant que les années antérieures, nous avons pu lui arracher quelques informations utiles !

  • Vision artistik : Bonjour tata Mel, wedding planner. Peux-tu te présenter à nos lecteurs.

MELANIE WABO : Bonjour VA, bonjour chers lecteurs. Je suis Mélanie Wabo, affectueusement appelée Tata Mel, 40 ans cette année, mariée et maman de 03 enfants, wedding planner.

  • Vision artistik : En quoi consiste le rôle d’un wedding planner ?

MELANIE WABO : C’est la personne à qui un couple confie tout ou partie de l’organisation de leur mariage. Je les aide à définir leur projet de mariage, leur budget, à choisir les meilleurs prestataires pour réaliser leur rêve. Je les accompagne du début à la fin avec un regard technique, parfois je suis l’épaule sur laquelle la mariée vient pleurer quand le stress l’envahit (rires).

  • Vision artistik : Quel est l’anecdote la plus marquante d’un mariage que tu as eu à planifier ?

MELANIE WABO : Le papa de la mariée qui a disparu au moment d’entrer à l‘église. Panique à bord. Je me suis assurée de sa présence avant de faire venir la mariée, le temps de la faire sortir de la voiture, il n’était plus là. Impossible de faire entrer la mariée sans son papa… il est réapparu 2 ou 3 minutes plus tard (qui nous ont semblé durer une éternité !) : le pauvre avait été submergé par l’émotion en voyant sa fille arriver de loin, et a eu besoin de quelques minutes pour verser sa petite larme dans son coin et retrouver une contenance. C’était très émouvant, surtout connaissant nos papas qui ne sont pas des plus démonstratifs.

  • Vision artistik : Depuis quelques années, tu mets ensemble les parties prenantes de la chaîne de mariage, d’où est venue l’idée ?

MELANIE WABO : Honnêtement je ne saurais même pas dire comment tout cela est arrivé. Il y a Dieu dans ça ! Ce sont les mariages qui m’ont trouvée, IL m’a révélé ma voie, ce pourquoi j’étais faite.

  • Vision artistik : 7 ans déjà que l’aventure dure qu’est ce qui a été le plus dure ?

MELANIE WABO : Les débuts ont été compliqués. Les personnes à qui j’en parlais ne croyaient pas à une industrie du mariage au Cameroun. Heureusement mon papa m’a appris la persévérance, et mon mari et ma famille m’ont beaucoup soutenue pour que je tienne bon, jusqu’à ce que je retourne même sur les bancs pour obtenir ma certification internationale en tant que Wedding Specialist. Aujourd’hui je pense et j’espère qu’ils sont fiers de moi.

Voilà voilà voilà…⏰⏰⏰

Publiée par Melanie Wabo sur Vendredi 24 janvier 2020
  • Vision artistik : En quoi un salon de mariage est bénéfique pour des futurs mariés ?

MELANIE WABO : Le Salon permet de découvrir les nouvelles tendances, d’échanger avec des prestataires, et aussi avec d’autres futurs mariés. Ils en ressortent avec des étoiles dans les yeux et plein d’idées pour organiser leur mariage.

Mais surtout, en participant aux causeries éducatives, ils renforcent leur préparation au mariage puisqu’on évoque les réalités de la vie de couple et de famille : la communication dans le couple, les langages de l’amour, la compatibilité, la santé, la sexualité, comment gérer les finances, la belle-famille, l’éducation des enfants etc etc.

  • Vision artistik : Le salon aura lieu du 07 au 11 février 2020, qu’est ce qui aura au programme pour cette 7e édition ?

Ouverture officielle le 06 février sur invitation, puis ouverture au grand public du 07 au 11. Nous serons fermés le dimanche 09 février, jour des élections municipales.

  • Vision artistik : Donne-nous 5 raisons pour lesquelles on doit être au salon du mariage.
  • MELANIE WABO :
  • 1 – Pour toute personne qui a un événement en vue : trouver des idées et recruter ses prestataires.
  • 2 – Solidifier son couple et sa famille grâce à l’apport des causeries éducatives.
  • 3 – Se faire plaisir avec les démonstrations de coiffure et de maquillage, avec les dégustations de douceurs et de boissons, avec les défilés de mode… Profiter de l’espace restauration en famille ou entre amis ou collègues.
  • 4 – Réseauter et soutenir les acteurs locaux de l’industrie du mariage.
  • 5 – Parce que c’est l’événement de février à ne pas rater dans la ville de Douala.
  • Vision artisk : Merci.

MELANIE WABO : Merci à vous !

Retrouvez le programme complet de la 7e édition du Salon du Mariage de Douala #Sammec2020 #SDM2020

Programme complet du salon du mariage 2020

UNE NOUVELLE ANNEE VISION ……ARTISTIK EN 2020

L’année dernière nous n’avons pas été très présent pour vous nos chers lecteurs. Nous en sommes conscients !

Heureuse année 2020

Nous nous en excusons pleinement. Nous espérons rectifier le tir en cette année 2020 où nous sommes appelés à être présents aux rendez-vous majeurs artistiques et culturels sur le continent mais aussi cet événement sportif le #CHAN2020 qui se déroulera au Cameroun.
Nous aurons en plus des informations culturelles, des informations que nous pensons dignes d’intérêts pour vous. Des balades, des découvertes et surtout beaucoup de voyages en vue. On reviendra sur les voyages de 2019 et les belles rencontres que nous avons pu faire que ce soit à Libreville au Gabon ou à Bangui en RCA.

Quelque part au Gabon

Ce mois de janvier déjà , nous restructurons un peu votre site…..

En février, on fera la part belle à la musique avec pleins de spectacles annoncés mais surtout des sorties à ne pas manquer. Seulement pour la ville de Douala, nous avons le Love Kwatt avec le groupe Love N Live.

Cysoul jeune artiste très prometteur sera en concert le 07 février à l’IFC de Douala, le finaliste prix découvertes RFI 2019, présentera son EP #Eclosion sorti en avril 2019.

Ce même jour du coté de Yaoundé, Taty Eyong , elle, donnera de sa voix à partager en exclusivité les sonorités de son tout premier album.

Elle aura en ouverture de scène Stephane Akam

Nous serons au  salon du mariage édition 2020. Ce salon  décolle pour la  7e fois à Douala le 07 février 2020.

Stanley Enow ,nous promet un show d’enfer durant la fête de la jeunesse ici à Douala le 11 février à canal Olympia ! Il sera accompagné de la crème des crèmes sur scène…..shuuttttt dévoilement bientôt de l’affiche .

Du groove comme on aime, du rythm and blues, de la soul à l’américaine,savouré mélodieusement à la sauce africaine ….une voix qui enchante ! Lui c’est Sheno, il sera du côté de Yaoundé afin de faire crier toutes ces dames durant la st valentin ! Messieurs tenez-vous bien ( rire)

Papy Anza, notre coup de cœur de ce mois sera en concert le 15 février toujours à l’IFC de Douala afin de nous présenter #Sateya son 1ier album en version live et surtout quelques titres de celui à venir.….un moment de partage musicale à ne surtout pas manquer.

Notre coup de coeur!

En mars, nous serons au #MASA2020 à Abidjan une fois de plus avec la très talentueuse chorégraphe camerounaise Agathe Djokam. Son projet solo #AquiLeTour, qui est une catharsis suite au décès d’un être cher. Elle extériorise sa peine à travers la danse! Elle partage sa frustration, sa douleur et questionne le monde sur  » a qui le tour? » qui sera le prochain à vivre ça? comment surmonter ça? Rendez-vous à Abidjan pour le savoir!

Photo illustrative.

On va en profiter pour participer à un atelier de formation en Management de Projets Culturels avec Éric LOEMBET qui est doctorant en management des Entreprises et des Organisations Culturelles, Entrepreneur et Formateur Culturel franco-congolais.

2020 on essaiera comme on peut de partager et diffuser au maximum, des informations culturelles et utiles de notre vision du continent….notre vision artistik !

Heureuse année 2020 !

Visa For Music 2018 : L’escale Bantoo de Tony Mefe figure en bonne place!

Tony Mefe promoteur culturel camerounais à travers son programme Escale Bantoo, permettra à des artistes musiciennes de l’Afrique subsaharienne de participer à Visa For Music qui se tient à Rabat au Maroc du 21 au 24 novembre 2018. Parmi ces artistes on retrouve les camerounaises Teety Tezanou, Estelle Mveng, Tao, Mirya Bikaa et Patricia Essong qui viendra de la France mais également la congolaise Licevl Mauwa. Dans sa quête de professionnaliser le milieu artistique, le nouveau ambassadeur de Visa For Music nous accorde un entretien qui explique sa démarche.
A noter que pour cette édition de Visa For Music (VFM), les artistes camerounaises Adango Salicia Zulu et Lornoar ont été retenu à la sélection officielle.
Bonne lecture!

Bonjour Tony Mefe, vous êtes ambassadeurs pour Visa For Music en quoi consiste votre rôle exactement ?
En tant qu’ambassadeur, notre rôle est simple. Faire connaître Visa For Music au Cameroun, répondre aux questions de ceux qui veulent y prendre part et si possible les aider à trouver les moyens de s’y rendre.

Escale Bantoo depuis quelques années accompagne des artistes du Cameroun et de sous-région pour des scènes spéciales off dans différents festivals comment naît ce projets ?
A l’origine, nous avions le Programme Fame à travers lequel nous avons participé à la structuration des projets des jeunes chanteuses qui y ont adhéré. Pour faciliter à nos adhérentes l’accès à la scène internationale, nous avons intégré au Programme Fame l’organisation d’un Salon international des voix de Fame. Par contre, l’idée d’une scène itinérante sur des grands festivals, Salons et marchés du spectacle, est un vieux projet que nous avons réactivé en 2015 avec l’opération « Sur la route du MASA 2016 ». Après le Masa 2016 où nous étions déjà avec des groupes du Congo et du Cameroun le Directeur de Visa for Music nous avait aussi donné l’opportunité de participer à Visa For Music 2016 avec les mêmes les artistes. Faute de moyen ce projet ne s’est pas réalisé, mais quelques artistes et opérateurs camerounais qui s’y sont rendus ont bénéficié des facilités que nous avaient promises Brahim El Mazned, le Directeur de Visa For Music.

Deux ans plus tard, nous avons proposé au Directeur du Masa un projet mieux structuré qu’il a décidé d’intégrer dans le projet Masa 2018. C’est ainsi qu’est né l’Escale Bantoo qui est aujourd’hui le programme qui regroupe toutes les actions que nous menons dans le secteur musical c’est à dire le Programme Fame, le Programme de Booking, Bantoo Groov, le Salon des voix de Fame, la scène itinérante et bientôt le Réseau Couveuse.

Quelles sont les difficultés rencontrées dans son implantation ?
On rencontre toujours des difficultés en Afrique lorsqu’on travaille sur des actions qui s’inscrivent dans le long terme. C’est la principale difficulté que nous rencontrons. Ici, tant qu’on n’est pas dans l’urgence, ça ne bouge pas. Que ce soit les artistes, les potentiels partenaires financiers, etc. c’est toujours à la dernière minute que les gens veulent se décider. Malheureusement, c’est six mois et parfois un an que nous devons donner des garanties à nos partenaires étrangers…

Cette année encore vous donnez la chance à quelques artistes qui n’ont pas été retenu par le festival d’avoir une tribune d’expression. Qui sont ces artistes et comment se passe les préparatifs.
Ce ne sont pas de nouveaux artistes… nous sommes dans la continuité. Une carrière internationale ne se construit pas en 3 ou 4 dates à l’étranger. Il faut être présent partout si c’est possible. Les artistes que nous avons dans notre Line-up de visa for music étaient déjà au Masa et sur le dernier salon des voix de Fame.

Vous avez annoncé un bureau Cameroun Visa For Music, comment va-t-il se déployer ? Il ne concerne que les artistes Camerounais ?
Le bureau de Visa for music au Cameroun c’est moi et ma page facebook (rire).

Dans cette quête de professionnaliser le secteur musical à votre niveau, recevez-vous de l’aide du MINAC ?
Pas encore, mais nous sommes confiant. 2035 n’est plus bien loin. Plus sérieusement, je ne pense pas que le Minac et nous avons la même vision de l’action culturelle, la même compréhension des enjeux aussi bien au niveau local qu’international. Aussi, plutôt que se passer le temps à pleurnicher qu’il ne nous soutien pas, nous faisons comme s’il n’existe pas. Ça permet tout le monde de mieux se porter.

Après Visa For Music, quels sont les prochains défis d’Escale Bantoo ?
Nous avons lancé le Réseau « Couveuse » de l’Escale Bantoo qui va nous permettre de fédérer les moyens, les compétences et les réseaux de relations de plusieurs managers et opérateurs culturels de la sous-région pour booster davantage l’émergence de la nouvelle scène musicale d’Afrique centrale sur la scène internationale. Nous lançons aussi au Gabon, en partenariat avec Afrika Scène, le Gabon Music Expo, le salon des musiques d’Afrique de Libreville. Nous travaillons aussi à la construction d’une passerelle entre l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Est et Australe. Je peux vous rassurer que d’ici 2020, plusieurs artistes de notre sous-région seront plus présents de ce côté de l’Afrique qui est très mal connu.

Merci 🙂

En attendant retrouver le collectif FAME sur VFM à Rabat, elles seront des vôtres à Tanger ce 19 Novembre après une résidence qui va surement vous enchanter!
Side notes : Tout sur VFM
https://visaformusic.com/

Were Were Liking soutient la Cie KUNDE en route pour le MASA.

2007, WEREWERE LIKING WRITER CAMERUN VIVE IN COSTA D’AVORIO; ©LEONARDO CENDAMO/ 
Elle fait partie des figures mythiques de l’Afrique artistique, la reine mère Were Were Liking est un monument africain de connaissance  qu’il faut à tout prix côtoyer quand on se lance dans le domaine de la culture.
J’ai toujours eu envie de la rencontrer pour échanger avec elle….mais alors intensément. Artiste pluridisciplinaire peintre, chanteuse, chorégraphe, écrivaine, poète, enseignante et prêtresse de la spiritualité africaine au service de sa communauté et sa diaspora, elle incarne cette femme africaine forte qui sait ce qu’elle veut, et sait ce qu’elle vaut!
Grande dame dans l’âme et généreuse dans le partage de ses connaissances artistique. Elle est au Cameroun depuis quelques jours sous invitation de l’association Mbog Lia’a. Elle vient soutenir la Cie Kunde qui s’apprête à aller au #Masa2018 où elle ( la compagnie) prestera sur les scènes off du Ki-Yi Mbock Village experience, que la marraine organise à Abidjan depuis 1995.
A travers l’encadrement apporté à cette compagnie, elle souhaite que la CIE Kunde essaie de mieux se mettre en valeur et surtout valorise mieux son art…..
Nous avons profité de la conférence de presse donné  à Douala  hier mercredi, pour laisser parler l’artiste afin qu’elle dise  l’objectif de sa présence au Cameroun entre autre.
La Cie Kunde en pleine action :
A deux jours de leur spectacle, la Cie Kunde nous promet de belles choses , Franck Ngouma  chef d’orchestre , d’ailleurs le réitère dans cet extrait sonore.
Le rdv est pris pour le 23 février à L’institut français de Douala pour vivre ce grand moment avec  la cie Kunde qui excelle dans les danses patrimoniales du peuple bassa et des peuples bantou.