#RetourAuPays Quotidien d’une quarantaine #Part10 #Covid19

Mercredi 08 avril, 2020

Ma décoction jamais bien loin.

Difficile nuit. Je me réveille à  4 : 00 du matin, je me rendors vers 6 : 15 et finalement,  je me lève vers 8 : 30. J’entame la journée avec ma décoction, elle n’est jamais bien loin dans tous  les cas.Ensuite, je tombe direct sur une voice-note sur whatsapp. L’une des nôtres, se plaint du fait, qu’ayant reçu ses résultats de la #Covid19, dans la nuit, les gendarmes lui intimaient l’ordre de quitter l’hôtel immédiatement.(je me demande d’ailleurs  pourquoi la remise des résultats se passe toujours dans la nuit!. Je vous ai dit hier, que, j’ai suivi du bruit dans le couloir la veille. C’était justement la discussion houleuse entre elle, et les éléments des forces de maintien de l’ordre.) Refus catégorique de sa part, déjà, il se faisait tard et ensuite, elle n’était pas en possession de son passeport… Logique donc! Sans oublier, le fait qu’elle habite , Douala.

La pochette du passeport. J’espère que bientôt, il retrouvera sa place

Il a fallu l’intervention des médecins afin de calmer les esprits surchauffés. Car, même pour sortir de l’hôtel, il faut un document signé par eux. Il y a deux jours, souvenez-vous, nous avions reçu l’information selon laquelle, tous ceux qui sont en possession de leurs résultats, peuvent rentrer ou attendre calmement la fin des 14 jours de quarantaine afin de libérer les lieux. Déjà, qu’il faille se rendre soi-même à l’aéroport soit au palais des sports pour récupérer son passeport et parmi nous, certains habitent hors de la ville de Yaoundé.

Cette journée s’annonce ensoleillée malgré tout.

Je vous présente Monsieur Mon Lit!

Après cet épisode assez regrettable si tôt le matin, je décide de dresser mon lit (rires). J’avais presque reçu des menaces de monsieur mon lit hier en journée. Je prends donc tout mon temps pour le faire, jusqu’à ce que je sois fière du rendu final.

Vers 9 : 30, je peux donc allègrement attaquer mon petit-déjeuner ; thé,  du citron découpé en rondelles, petits pains genres brioches, beurre de table et fromage et enfin  mon croissant -trop fan de croissants ! Je cherche encore le diététicien qui pourra me proposer un programme de diète avec des viennoiseries ! (j’ai le droit de rêver merci…rires).

Par la suite, je me concentre à la rédaction du billet d’hier afin de le publier.  Une fois terminée, je décide de prendre mon déjeuner. C’est rare de voir de la viande bien assaisonnée dans les hôtels, mais là … Chapeau au chef cuistot !

Une belle correction virtuelle … de mots!

En début d’après-midi, j’envoie le lien à un ami GBK,  amoureux de lettres. Il relève des fautes…certaines, que j’aurais pu éviter avec un peu plus de concentration. Mais aussi, il démontre une aisance déconcertante à jouer avec les mots, une façon de revoir les phrases en leurs donnant un aspect poétique. Je suis bluffée par le travail que nous entamons pendant plus d’une heure, et ce, par téléphone : corrections de syntaxe, de conjugaison, de ponctuation…tout est passé au crible. Au finish, je me rends à l’évidence… Carole, tu ne lis plus ! Remets-toi au travail jeune dame ! Ressort tes livres de grammaire, conjugaison et d’orthographe! Merci mon écrivain, merci ami homme de lettres.

On garde le moral malgré tout!

Je vous ai dit, c’est une journée plutôt calme,  j’échange beaucoup plus  par whatsapp. Je passe une superbe après-midi, un des membres décide d’offrir à boire au 11 membres du groupe whatsapp encore résidents à l’hôtel, certains, encore  en attente de leurs résultats, dont moi. C’est une ambiance conviviale qui prévaut. Les médecins se chargent d’harmoniser cet élan de générosité de sorte que, les règles de protection ne soient pas enfreintes. C’est donc, avec plaisir que je reçois  du lait en poudre et mon jus …un truc comme une limonade  (rires) ! Tant pis pour les kilos en trop, je sais que coach Nteppe m’attend avec des séances de sports une fois de retour sur Douala. Donc, ne vous faites pas de soucis pour moi. On va gérer !

Soirée au calme

Mbongo de poissons d’eau douce aux ignames banches

Le dîner est servi à 17 : 20. Je suis surprise du menu… Du ‘mbongo de poissons d’eau douce (sauce locale  noirâtre et très épicée) avec des ignames blanches’. Il est bon en bouche fort heureusement. Vers 18 : 30, je me rends compte que je n’ai pas allumé la télé depuis le matin. C’est bon signe, car, depuis mon séjour à Abidjan, j’ai compris qu’on peut s’en passer si on le veut vraiment. Je décide tout de même de regarder un peu ce qui est proposé… Partout corona corona , en dehors des chaînes de sports et de séries. Je penche finalement pour Africa Movies Channel. Je demande la permission au lit avant de m’y installer… On ne  sait jamais (rires). Permission accordée, je me couche en attendant saint sommeil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *