Conte-performatif : Ondoa l’Afrikain présente « la promesse du vent »

Préambule

Évundü ( le vent ) avait travaillé d’arrache-pied pendant trois jours et trois nuits siècle à construire les bornes de l’humanité à l’intérieur desquels il plaça Sîî ( la terre ) et tous ses habitants.
Au quatrième jours, fatigué mais fier de son travail il s’assit sur son fauteuil tout à côté de son mystérieux confident Biem-bia-bum.
Mais quelques temps plus tard, une rébellion éclata, menée par une infime partie des habitants qui n’appréciaient guère l’esprit d’égalité qui existait entre tous les habitants. C’est ainsi qu’ils réussirent à casser et à sortir des bornes de l’humanité…
Cet acte attrista Évundü qui piqua une grande colère, explosa et se dissipa à travers le monde à la quête de la repentance des insurgés et aussi et surtout…
De tout acte positif capable de ramener les êtres vers les bornes de l’humanité.
Cependant, avant d’exploser, il fît une promesse dont il confia une partie à son confident Biem-bia-bum,l’autre est avec lui partout.


De qui, de quoi parle t’elle ?
Peut-être de toi, peut-être de l’autre…

Ce Conte-performatif s’est tenu le 14 décembre 2019 à Bonendale avec la participation du studio Art 123 de Justine Gaga plasticienne de renommée camerounaise.

Dans sa quête de comprendre les méandres de l’esclavage, son origine et les acteurs qui ont lutté pour son éradication, Ondoa nous a balladé dans le questionnement de l’humanité. De notre intelligence. De notre mentalité. De notre capacité à surmonter sans oublier mais aussi à célébrer ces héros méconnus qui, pourtant, ont marqué l’histoire…..La nôtre.
Connaissez vous Victor Schoelcher ? Non ! Tenez-vous tranquille, avant l’œuvre de notre artiste, moi même je ne le connaissais pas !….Et pourtant, et pourtant !Bonendale, ce beau village dans Bonaberi, nous a reçu avec sa chaleur habituelle. Ils sont sortis témoigner de la Promesse du vent. Même si nous n’avons pas pu ériger notre plaque comme prévu en l’honneur de cet homme vaillant et fière de sa lutte contre le racisme, nous sommes sûre d’une chose,la lutte pour la liberté ne se donnera jamais, on devra se battre, deux fois plus encore aujourd’hui.
Oui oui la Promesse vit sa vie sur terre en attendant toucher son héros, ses adeptes, son moment de gloire.

Merci l’artiste !

Une réflexion sur « Conte-performatif : Ondoa l’Afrikain présente « la promesse du vent » »

  1. Tres Interessante, nous y attendions ce vent!!! Que la liberté vien, mentale comme physique…. Merci Ondoa L’ afrikain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *