#RetourAuPays premier dimanche de ma quarantaine #Part7 #Covid19

Nous sommes rendus au dimanche 05 avril, 2020

Nuit encore agitée, j’espère que ça finira bientôt. Je commence part sélectionner les musiques à écouter toute la journée. Je fais ensuite ma prière et je range un peu la chambre. Je dresse le lit et le contemple….genre…j’espère que ton frère  à Douala se porte bien ! J’éclaté de rire en me souvenant que pour des raisons dont je suis seule à connaître, mon matelas est bien au sol. À force de voir les planches tomber ! Tu ris je te bloque! Il est même devenu le trampoline pour certains….rire ! Il n’y a aucun lien je sais, je laisse juste mon cerveau faire sa diva !

Je sors de ma rêverie pour recevoir mon petit-déjeuner vers 9 heures. Une quarantaine de minutes plus tard, l’un des médecins toque à ma porte pour savoir si je vais bien. Je lui demande pourquoi il est venu alors que nous nous étions accordé que tout se passerait dans le groupe WA dorénavant. Il me répond que certains n’avaient pas répondu à ses salutations dans le groupe, alors il faisait la ronde pour s’enquérir un peu de tout ça. Belle attention, je dirai !

Dimanche généralement c’est musique gospel à fond ! Donc la journée était plutôt calme. Entre discussions avec la famille, répondre aux sms,  le service de restauration apporte le déjeuner à 12 :30.

Ces appels qui rassurent

Je reçois les appels  de  Jean Olivier vers 9h,  ma sist’art Gaelle W. prendra la suite. Nous parlerons pendant plus de 30 minutes avant la coupure brusque dû à la mauvaise connexion. Mon ami Frank-Olivier m’appellera à 13 heures juste avant que je prenne mon déjeuner. Le temps de ranger mes couverts, Mathias le Bio, me fera un petit coucou. Si ça semble peu pour vous, pour moi c’est une vraie bouffé d’air. Se savoir pas seule en ces temps. Car contrairement à beaucoup qui sont en confinement en famille, moi je suis seule dans ma chambre, obligé de parler à mon lit, à la télé, à Mimi et Titi….eh oui ! Tout ne pas peut être que silence. Pour les méditations, ça passe si facilement, après, on a besoin de parler  à quelqu’un. Pourtant vivre seule, n’a jamais vraiment été un problème pour moi, mais là, la situation est différente  le spectre de la « prison » est bien ancré dans le cerveau…..et c’est peu de le dire, même si c’est pour notre santé et celle des autres.

Communication Whatsapp sur la #Covid19

Une campagne parmi tant d’autres

Je vous ai dit que nous avons un groupe WA dans lequel nous échangeons avec les deux médecins. C’était journée communication sur le corona virus.  En fait, depuis la veille,  ( les médecins)  diffusent des informations sur la #Covid19. C’est là , où j’ai pris et partagé l’astuce de chanter le Happy Birthday to you au moins pendant 20 secondes, pour apprendre aux enfants à  bien se laver les mains. Nous avons également parlé de nos craintes, à savoir si le personnel de l’hôtel a été également prélevé car c’est eux qui nous apporte à manger. On a trouvé  également une solution à la perte de poids (à force de rester sur place, beaucoup ont peur de prendre du poids….Je ne me sens pas concernés hein rire) à travers la pratique du sports grâce aux  séances de sports  diffusées sur Youtube, il ne manquera plus que la motivation. Nous avons même trouvé un moment pour se faire des vannes et rigoler. Dans nos échanges, nous sommes revenus sur les mesures de protection tout ceci dans  l’attente de nos résultats, je puis vous dire que ce n’est pas facile!

Boulot un jour, boulot toujours

Dans l’après-midi, j’ai participé à la conférence de presse WA de la plateforme  consultative et de réflexion des femmes africaines. La Reine Clarisse Douala Bell du Cameroun en est la  présidente  fondatrice, et l’artiste Queen Eteme, la présidente  en exercice. Avec les autres membres du  bureau, elles nous ont présenté la plateforme et  entretenu sur le projet imminent à savoir la contribution des femmes africaines durant cette pandémie. Nous avons échangé sur les stratégies qu’elles pensent mettre sur pied. D’ailleurs, elles organisent une conférence demain lundi à 15h. Ce sera avec toutes les femmes de la plate-forme, issues de 16 pays sur le continent.  Je vais y participer et  je vous tiendrai informé en tant que journaliste (oui oui, je le suis à la base.).

Titi la star du jour!

Je suis fan de ma Titi !

Je vous ai présenté Titi n’est-ce pas ?

Elle était la star du jour…..des applaudissements svp !

Ma décoction chez Mimi 🙂

Trop belle, ma Titi , d’ailleurs même , j’aime d’abord la couleur bleue. Toute la journée, elle a réchauffé l’eau pour sa sœur Mimi. Je crois avoir battu le record de boisson chaude bu aujourd’hui. Déjà qu’entre  18 heures et 3 heures de matin, j’ai ingurgité 4 litres de décoction (citron, gingembre). En journée je pense avoir fait un peu plus. Donc ma journée était chambre-toilettes-chambre-toilettes. Est-ce que c’est bon pour ma santé ? Oui ! Uriner au tant également ? Non mais que faire ? Bref !

J’ai pris mon dîner à 18h oui oui ! C’est mon coach Nteppe qui sera content. Mais je crois avoir besoin d’un binôme pour le sport à cette allure.

C’est donc une boule dans le ventre que je me couche et regarde la chaîne Africa Movie, sans réel intérêt…. En attendant que le sommeil puisse cogner à ma porte….c’est le stresse de l’attente des résultats qui commence comme ça !

#RetourAuPays quotidien d’une quarantaine #Part6 #Covid19

Samedi 04 avril 2020


Réveillée vers minuit,

Le ciel bleu

Ça été difficile de me rendormir jusqu’au petit matin. C’est là que le cerveau se met au travail. Il repasse des pans de ta vie où tu te poses des questions….si c’était à refaire, le ferais-je pareillement ? Quand tel m’a parlé ‘j’aurai du répondre plutôt comme ceci, pourquoi as-tu fouetté ton fils ce jour-là, pourtant il te disait la vérité….le cerveau refuse de dormir lui aussi.


Les réseaux deviennent comme un défouloir…. Heureusement pour moi, je connais la limite à ne pas franchir. Surtout que derrière ces publications fun, se trouve un message. À chacun de trouver une stratégie pour vivre ce repli sur soi. Toujours faire ressortir un côté fun que ce soit le confinement ou la quarantaine. Je pense même que je vais rédiger un billet sur des actions à mener en famille durant ces temps-ci. Le but étant de me préparer moi-même aux retrouvailles avec la mienne.
Le matin pointe son nez pendant toutes ces réflexions. Les rayons du soleil s’infiltrent dans la chambre. Je pousse un soupir et me lève du lit. Prières, toilettes et voilà qu’on cogne à ma porte. Il est 8 heures, c’est l’heure de la ronde des deux médecins qui assurent notre suivi. Ils veulent savoir si j’ai bien dormi, si j’ai besoin de quelque chose. Ils me diront qu’afin d’éviter les contacts physiques ; on va se référer dorénavant au groupe WA pour toutes sollicitations de leurs parts. Ce que je trouve logique d’ailleurs. Puisque la veille, il était question que nous évitions les contacts physiques au max.

Eau de javel et éponge


Après leur visite, j’entame avec le nettoyage des toilettes : gants, serpillière, détergent ; eau de javel, eau chaude, seau, éponges…. Musique gospel en fond ! Au boulot ! 
J’essore la serpillière pour la rincer la dernière fois quand le petit-déjeuner est servi vers 9 h 45. Je prends ma douche et m’installe devant ma machine. Je reçois le coup de fil de sieur Leuwe. Le décès du Dr Tchouamo, nous touche particulièrement,  il veut se rassurer de comment j’ai dormi. J’en profite pour échanger avec les garçons. Ils sont en plein nettoyage du côté de Douala. Le rituel des échanges sur Whatsapp se poursuit.

Un ange –gardien appelé Mimi
Je suis en plein sur Facebook jusqu’à 13 h quand mon ange-gardien Mimi, me fait parvenir ma bouilloire, ma gourde, un gobelet ….du citron et du gingembre . Le bonheur quoi ! Surtout en ces temps-ci ! Merci infiniment ange-gardien. Il faut remarquer qu’avec les nouvelles directives, nous ne descendons plus à la réception. On annonce à l’un des médecins qu’on recevra un paquet, il se charge d’aller le récupérer et nous le fait parvenir dans les chambres. Donc je n’ai pas vu ma gentille Mimi, on a échangé uniquement par téléphone…. Merci encore.

Toutou, Titi et Mimi


Je contemple mon paquet et retire chaque item avec délicatesse, on fait connaissance, ma bouilloire va se nommer Titi, la gourde Mimi, le gobelet Toutou…..No comment !
Je prends le temps de les nettoyer correctement.  Les pauvres, ils n’ont  surement jamais mit autant e temps dans de l’eau chaude (rire).

Je prends mon déjeuner juste après et je continue à surfer. Je check mes mails. Jusqu’à 17 : 36 quand le dîner est servi ! Je ne fais même pas de commentaire, je récupère juste. C’est quel service rapide ça ? Bref ! Je suis au téléphone avec mon frère qui m’informe que les rapatriés du côté de Bastos, n’ont même pas encore eu leur déjeuner. Ça m’attriste encore. J’essaie de trouver quelques choses de fun à poster sur Facebook, et je me rappelle de mon application boomerang…. Bref, c’est parti pour un petit moment de délire là-bas.
Le temps lui, refuse de passer, alors il faut improviser. Heureusement, c’est samedi donc, il y aura #TheVoice, je fais rapidement une publication pour savoir quelle boisson chaude permet une relaxation sur Facebook avant de me concentrer sur TF1.

Au-revoir ma belle Olivia

Ma belle Olivia

….à peine je commence que je tombe sur le profil de Bozard qui annonce de décès de Olivia Mbangwe ! Seigneur ! Je l’ai connu quand j’étais à la radio à Douala, c’était vers 2010. Elle était drépa et sensibilisait énormément à ce sujet. Pendant, longtemps, elle s’accrochait sur l’art comme vecteur de guérison entre autres. Elle était       co-présidente de Manita, une association qui avait été créée en 2008 et contribuait à l’amélioration du dialogue interculturel à travers l’art et la santé, une vision nécessaire au développement sanitaire et social des populations défavorisées. Elle décède si loin de sa famille… Aie ! C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai finalement regardé la suite de #TheVoice Jusqu’à ce que je m’endorme . Même l’appel des enfants pour me souhaiter bonne nuit n’a rien pu faire. Merci les garçons , je vous aime très fort.
Zéro la vie! Va chère Olivia!Va…

#RetourAuPays #QuotidienDuneQuarantaine 5e journée #part5

03 avril 2020

De ma fenêtre je vous dis bonjour

Quelque part à Elig-Essono, Yaoundé
Une nuit agitée, je dirais, réveil-sommeil-réveil-sommeil. Je compte les moutons en attendant 6 heures. Je me forge une capacité à me convaincre que je ferai des abdos vers 6 heures (rire).
6 heures : je suis debout, prières, téléphone… 
– ‘Mais mais mais Carole et le sport alors ?’
-‘ On le fera après, c’est comment !’
 (moi parlant à moi-même)
8 heures : l’un des médecins qui nous suit -ils sont deux qui sont logés avec nous au cas où, nous avons un problème- cogne pour une discussion avec tout le monde de notre palier. Nous sortons chacun avec nos masques et restons devant nos chambres. Pendant une quinzaine de minutes, il nous donne des conseils sur la pandémie, les gestes à faire, la raison de notre quarantaine, la raison de leurs présences parmi nous, les mesures de propreté à respecter scrupuleusement, il nous annonce que nous aurons les résultats de nos prélèvements dans 2 jours normalement. Il parle du corona, de son temps d’incubation, du temps de développement et d’évolution dans le corps, du fait que les malades sont souvent asymptomatiques dans beaucoup des cas, raison pour laquelle nous sommes gardés 14 jours minimum pour observation. 

Vue de notre palier

Nous leur posons des questions également. C’est durant cet échange qu’ils nous interdiront désormais de se rendre à la réception. Notre limite étant la dernière marche des escaliers s’y rendant. Ceci afin d’éviter au maximum la propagation du virus, au cas où. Toute demande passera désormais par eux-les médecins. Nous nous rassurons que nous sommes tous dans le groupe WA crée pour la diffusion d’information et le suivi de chacun de nous. C’est alors que nous rentrons en chambre. 


Dr Tchouamo Michel….. Pourquoi ?

Merci DrTchouamo! Rest in power!

Petit ménage, nettoyage du sol (weeee mon dos), rangement des vêtements, des bijoux, je lave même les vêtements portés la veille. Pendant cette séance ménage, je reçois le coup de fil de Sieur Leuwe, qui m’annonce le décès du Dr Tchouamo ! Non Non non ! Impossible, je crie au téléphone. Wowwww ! Je refuse de le croire ! Dr Tchouamo Michel, ORL, c’est en septembre 2019 que je me rends dans sa clinique à Bonamoussadi avec le petit dernier pour un check- up, car Nathan donnait l’impression d’avoir des soucis d’ouïe ! Étant un ami à sieur Leuwe, nous prirent rendez-vous assez rapidement. Ils nous attendaient. Je me souviens qu’il était tout gêné quand il s’est rendu compte que nous avions payé la consultation ce jour-là. Une fois dans son bureau, il a regardé Nathan, et m’a demandé si ce dernier était enrhumé. J’ai répondu oui. Après examen toujours dans son bureau, il me dira que l’enfant souffre des amygdales. Je fondis en larmes dans son bureau, il me réconforta en me rassurant sur cette maladie. Il nous renvoya dans un laboratoire à côté pour faire d’autres examens dont une radio ! De retour avec les résultats, tout rassurant, il nous expliqua que c’était assez urgent l’opération, surtout en cette période. Il m’expliquait les conséquences du fait de ne pas agir rapidement ! Nous étions à une semaine de la rentrée scolaire!!! Où devrais-je trouver l’argent pour ça ? J’ai encore fondu en larmes. Au vu de ma détresse, il fera un rabais conséquent sur les frais d’opération…..C’était malheureusement toujours élévé pour moi  surtout à cette époque -là ! Au final, j’avais demandé un 2e diagnostique et c’est finalement Dr Kweleko son confrère qui procéda à l’opération. Dr Tchouamo, depuis le début de cette pandémie, je ne nie pas les évidences, les décès et autres…. Mais savoir que tu étais du corps médical, me démoralise complètement, toi qui sauvais les vies ! Tu ne te rends même pas compte hein! Tu es le premier médecin camerounais décédé de suites de ce fichu machin qu’on appelle coronavirus!Ça fait mal doc !!! Ça fait vraiment mal !!!! J’imagine que tu seras enterré comme un paria, loin de toute ta famille, tes collègues et ceux dont ta rencontre a changé leurs vies….. Aïe doc ! J’ai mal ! Même pas les honneurs dû à ton rang! Mon cœur saigne doc!

Lit dressé par moi

Moral vraiment pas au top
Cette information me met en berne jusqu’à 12 : 50 quand Dr Messina revient prendre de mes nouvelles de façon individuelle et savoir si je suis sous traitement. Dieu merci jusqu’à présent mon mal gastrique est en pause. Les dames de ménages passent récupérer la literie sale. Je reçois en retour de nouveaux draps propres, et je dresse mon lit.Je regarde ma chambre, elle ressent mon chagrin… C’est juste une impression sûrement. Tout me semble si triste. 

Je reçois l’appel d’Adeline, la voix du bébé en fond me procure beaucoup de chaleur. C’est avec beaucoup de peine que je prends mon déjeuner vers 13 : 30.
Je surf sur mon téléphone. J’essaie de lire, mais je n’y arrive pas. Vers 16 heures, William m’appelle. Nous passons environ 30 minutes au téléphone. William est un Senior Friend de l’APU de Dschang. C’est mon frère en Christ si vous voulez ; nous sommes issus de l’Aumônerie Protestante Universitaire de Dschang. Comme plusieurs, il lit #MonHistoire et préfère échanger directement avec moi  .
La journée est tellement triste que même dame pluie s’y mêle vers 15 heures. J’essaie de regarder des séries africaines sur YouTube pour faire passer le temps !
Je somnole quand je suis assise, une fois sur le lit….. Le sommeil prend l’ascenseur !

Mon dîner ce soir.


Le dîner est servi à 17 : 15….. Si tôt ? La serveuse me fait savoir qu’a 18 heures généralement, le restaurant ferme. Bon… Ok.

Je vais finalement au lit vers 20 : 30…… Réveil brutal vers minuit ! Ça, c’est une autre paire de manche !

A demain!



#RetourAuPays Quotidien d’une quarantaine part 4

Yaoundé le 02 avril 2020

Il est 6 heures du matin.

Je viens de me réveiller. J’ai pu dormir 5 heures d’affilés. C’est bon signe. Une fois debout après ma prière, je parle à la chambre, je lui demande qui était là avant moi, si elle était bien traitée  , c’est chacun qui veut meubler ses journées hein (rire) donc mieux je m’habitue à parler comme ça chaque matin !

Direction toilettes…..j’y ai mis environ 45 minutes, disons que je scrutais la douche, les carreaux, le sol, le lavabo, je cherche comme un endroit sombre pour lui demander pourquoi il est comme sale ! Bon un moment j’arrête de me parler et j’entame le nettoyage de la chambre….avec mon seau ! Mon fameux grand seau, lui-même a subit les frasques de mon questionnement hein ! je voulais savoir pourquoi il si grand 

Bref, je vais super bien hein, ne pensé même pas que j’ai un problème !

Vers 9h je reçois mon petit déjeuner. Pendant que je commence la rédaction du billet du jour. Juste avant la ronde securitaire.

Comme tous les matins depuis notre arrivée, nous sommes 3 avec notre routine, on se prend les nouvelles au quotidien, Ludovic, Roselyne et moi. Nous sommes sur le même palier heureusement. Chaque matin, on se doit de prendre chacun de nos nouvelles. Nous sommes les trois Camerounais qui ont participé à la formation sur le montage des projets culturels à Abidjan ….. C’était exquis ! En plus des enseignements et rencontres formidables que nous avons faites, nous avons vécu l’hospitalité ivoirienne dans toute sa splendeur…On reparlera dans un autre billet.

On a même le temps de sortir et se mettre chacun devant sa porte pour se parler. Distanciation oblige, nous ne dérogerons pas à la règle. Didier mon bro’art est mon voisin le plus proche ! On se parle à travers la porte seulement.

Sanzy Viany à la télévision nationale juste avant son passage

Le temps passe tout doucement, je surf sur mon téléphone. J’avais un travail à terminer, je l’ai fait et j’ai envoyé. Forte, heureusement, car les délais étaient longs dépassés ! J’ai juste eu la chance qu’ils ont compris ma situation. Pendant ce moment, mon artiste Sanzy Viany est invitée sur la CRTV ce matin-là. Je profite pour mettre en marche ma télévision. Je regarde son passage et j’éteins par après pour me concentrer sur mon travail. Il est 13 heures, je lève la tête pour aller ouvrir….C’est le déjeuner. C’est rapide, je dirai, je venais à peine de terminer mon thé au citron. Je dépose et continue à surfer.

Tic tac tic tac

Près de 45 minutes plus tard, un homme en tenue cogne pour me dire que les docteurs sont là, il reviendra me faire signe afin que je descende. J’ai le cœur qui bat ! Les questions fusent et si …. Et si….. Je garde mon calme et attends. 10 minutes, plus tard, il est encore là, il cogne. Je remets mon masque, je lave mes mains et je mets le gel, je prends ma sacoche sur la table, je descends.

Une fois à la réception, l’odeur de la javel est forte. La salle a été désinfectée. On nous fait asseoir à bonne distanciation. On nous remet d’autres masques. Nous sommes 3 qui sont descendus au même moment. Ils nous font descendre par groupes de 3 ou 4. On patiente environ 5 minutes, le temps que le groupe d’avant sorte. J’ai voulu prendre une photo du médecin en combinaison… Refus total…..J’ai souri ! En fait, c’était juste par politesse que je demandais. À notre tour, on désinfecte le bas des pieds, car nous changeons de pièces. Nous allons dans la salle à l’arrière de l’hôtel. Nous sommes conduits par un médecin qui nous y dirige.

Mes gants, mon masque et un peu d’alcool

Une fois dans la salle qui tient lieu de salle d’examens,l’odeur de l’hôpital est bien présente. On y trouve des tables, des chaises, des médecins tous couverts de la tête aux pieds, en combinaisons. On s’assoit et attend d’être appelé. La première prend les informations pour remplir sa fiche. Ensuite, elle me dirige vers celui qui doit faire le prélèvement. Ce dernier tout sourire et rassurant, me parle. Me dis comment ça sera effectué. Dans la bouche et les narines…..J’ai seulement murmuré dans mon cœur que « hum hum ». Je regarde les tubes et ce qui en ressort, je pense très fort à Nathan à ce moment…..Le blues de revoir ce genre de tubes ! Bref…. C’est fini ouf ! Au suivant ! Je suis dirigé vers un 3e médecin qui veut connaître mes antécédents médicaux et autres.

Moins de 15 minutes, plus tard, j’en avais terminé. Une fois de retour à la réception, on a encore désinfecté les bas des pieds avant que nous ne prenions l’escalier, direction nos chambres.

De retour dans ma chambre

Réflexe, j’ai lavé les mains. J’ai demandé à dame chambre si je l’ai manqué  je lui ai expliqué comme ça s’est passé en bas. Je décide de manger finalement, tout en surfant. Les appels de mes frères Eric et Abraham sont apaisants. Lire les nombreux messages des enfants, de la famille, ceux d’Ondoa, Rass, Ghislaine, Jojo, Marthe, Charlie, Jean Olivier, Queen, et les autres également.

Après avoir mangé, je décide encore de nettoyer le sol, massa ! Le dos ne répond plus vraiment. Mais corona ne m’aura pas hein ! Je ne vais pas m’ennuyer ! Faut vraiment que je fasse des exercices physiques.

J’essaie de mettre la télé, mais vraiment rien de bon ! Je laisse couler en boucle ma sélection gospel du jour. Je force même le sommeil…Rien ! Je surf donc.

18 heures, je reçois mon dîner.

Très bon mon dîner!

Je continue de surfer…..22 heures pas de sommeil ! Je m’amuse sur les réseaux sociaux jusqu’à ce que le sommeil me prenne !

#RetoursAuPays : Première nuit en quarantaine à Yaoundé.

1er avril 2020

Elig-Essono, Yaoundé, Cameroun

Lit dressé par moi-même uniquement pour la photo 🙂

J’ai dormi avec un sommeil entre couper. Vers 3 heures jetais déjà debout. J’ai joué avec mon téléphone jusqu’à 8 heures. Je prends ma douche et décide de faire un peu de rangement. Petit déjeuner servi, je m’installe devant ma machine qui rame ! Je réponds aux questions qui fusent dans mes messageries.

J’appelle à la réception vers 9h pour demander un seau vide, car je veux moi-même désinfecter ma chambre.

Petit dej!

Pendant ce temps, je surf sur mon téléphone. Je discute avec la famille qui était inquiète. Je reçois des coups des fils qui me donnent de la force. Merci particulier à Rostand Banzeu et Franck-Olivier N. J’écoute la musique gospel, une habitude que j’ai accentuée depuis Abidjan, j’ai même pu enrichir ma sélection de beaucoup de titres, grâce à mon hôte.

Déjeuner servi!

Je commence à rédiger mon billet de blog, le temps de lever la tête, le déjeuner est servi.

Toujours pas de seau à l’horizon.

Je mets la télévision et recherche une série à visionner, car vraiment, je ne veux pas voir les infos sur le virus, tellement ça nous poursuit jusqu’à dans les téléphones.

J’ai longuement échangé avec mon forum  #MeSis sur les mesures de protection à respecter dans nos maisons. On a échangé les astuces également et c’est là que j’ai eu la recette pour ma lotion désinfectante.

Facile à réaliser….

Vers 16h, je reçois mon gros paquet d’eau de javel, alcool, savon, vinaigre, opalin et autre denrée que j’avais préalablement demandés. Le tout bien emballé et déposé par les bons soins de notre soleil de la Lekie, ma Sandrine à moi !….Elle a  également pensé à mes petits beurres ! Je fonds carrément !

Voilà le mien! Désinfectant pour mains

J’ai pu ainsi faire moi-même mon désinfectant de main (alcool, eau, vinaigre blanc)! Voilà à quoi servaient les cours de chimie (rire).

Confinée dans l’hôtel, personne ne peut en sortir. Il est quadrillé et la sécurité passe se rassurer que nous y sommes. Le matin et le soir, la ronde est assurée.

Le service de restauration est poli. Les serveurs ont des gants et des masques. Ils cognent les portes et attendent. Nous recevons de l’eau à boire tous les jours. Comme j’en suis une grande buveuse, je fais acheter une palette d’eau afin de ne pas trop déranger les deux premiers jours. Nos repas sont servis dans des plateaux, chacun récupère le sien devant sa chambre et retourne y manger.

Vers 17h, j’entends des pas dans le couloir, j’ouvre regarder, je tombe sur un serveur à qui je demande pour la énième fois un seau. C’est finalement lui, qui se chargera de me l’apporter bref !

Je l’ai désinfecté à grande eau javellisée et j’ai nettoyé le sol.

Les conseils jamais bien loin!

Je me suis reposé en attendant mon dîner. Il a été servi avant 20 heures. J’étais en pleine relecture de mon billet.

Dîner : j’ai particulièrement aimé.

C’est vers 20 :30 que nous avons reçus la visite de M. Nototo du Minsanté qui souhaitait recueillir quelques informations afin de compléter sa fiche. Nous restons donc dans l’attente de faire des examens, même si aucune date n’est encore annoncée.

Je me couche vers 22h….Pour trouver le sommeil finalement vers 1h du matin. Forte, heureusement, j’ai pu dormir jusqu’à 6h ce matin !

Retour au pays en ce temps de #Covid19 …Part 2

31 Mars 2020

Le ciel de Yaoundé

13 : 26 nous venons d’atterrir sur le tarmac de l’aéroport international de Nsimalen, Yaoundé, le ciel est bleu, le temps clément et je suis enfin heureuse de respirer l’air de ma terre patrie!

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai trouvé le temps de vol…un peu trop long ! C’est pourtant juste 2h45 minutes normalement. On a eu droit à une boisson. Par les temps qui courent je ne peux que dire merci !

Une fois l’appareil stabilisé, l’un des stewards nous demande de nous rasseoir et distribue des fiches du Ministère de la Santé Minsante , à remplir. Ensuite, nous recevons la carte d’embarcation…La fameuse blanche ((rire). On nous demande enfin nos passeports. On y range les deux fiches et on remet au steward. L’hôtesse fait l’appel afin de se rassurer que tout le monde a remis le sien.

Fiche du Ministère de la santé

A mon tour, je me lève, je prends mon sac au dos et mon sac à main….la précision est importante à ce niveau, je récupère ma fiche du Minsante. Je m’apprête à descendre quand je vois des hommes en combinaison au bas des steps. Ils désinfectent les passagers qui sortent. En bas à gauche, il y en a 3, 1 juste en face et le dernier à droite. On voit également deux messiers qui s’assurent du respect des consignes. Un peu plus loin, des personnes avec des masques, elles doivent être le personnel du Minsante ou du Minrex.

Descente de l’avion
Mes sacs en pleine desinfection! Je vous présente dodo le sac au dos noir dans tenu par le monsieur et mon jolie sac de perles offert par mon hôte d’Abidjan.

Une fois au bas de l’avion, celui qui est seul pulvérise un désinfectant au bas de mes pieds et sur les deux sacs. Une forte odeur d’eau de javel se dégage.

On avance vers le personnel médical (au vu de leur tenue), l’un d’eux récupère la fiche et l’autre nous donne du gel pour les mains. Un processus prévu dans le protocole de suivi du #Covid19.

Grosse valise rouge 🙂

Les bagages étant déjà au sol, il faut les récupérer et se diriger vers l’un des deux grands bus présent sur le site. Bon, j’avais une grosse valise de 27 kilos (rire)….j’ai traîné jusqu’au premier bus et je l’ai mis dans la soute.

Je suis montée m’installer dans le bus. Nous pouvions être une trentaine dans ce bus. Quand tous les passagers étaient bien installés dans les deux bus, c’est en escorte motorisée que nous nous sommes dirigés vers nos hôtels respectifs. Nous du premier groupe avons eu plus de chance que les autres, nous sommes allez direct dans le nôtre. Les autres ont dû traîner plus d’heures avant d’avoir accès à leur hôtel.

Mentalité camerounaise

Se faire escorter….ca du goût faut l’avouer!

Sur le chemin de l’hôtel, précisément à Odza, qu’elle ne fut pas ma surprise d’entendre des insultes de mes propres compatriotes !

« Voilà les coronas ! »

« Vous amenez les morts vivants là où ?»

« Rentrez chez vous avec votre maladie ! »

« Vous venez faire quoi ici avec votre corona ? »

Ça fait mal, ça fait très mal de voir autant d’inconscience ! D’entendre ce style de discours qui conforte une certaine frange de la population ! Surtout quand on sort d’un pays où on a vu les populations à l’œuvre. Ça fait mal d’être insulté dans son propre pays et par ses pairs ! Ils savent que le virus existe, mais ils vivent comme si, ils n’étaient pas concernés ! Sur le chemin, aucun seau d’eau ni savon, presque personnes avec les masques ou les gants. Ils vaquent à leurs occupations pensant misérablement que le virus vient d’ailleurs ! Ils sont dans les bars, aucune distanciation, les vendeurs discutant imperturbablement avec les acheteurs, les conducteurs de moto agglutinés comme d’habitude….. PRENONS TOUS CONSCIENCE DU DANGER BON SANG !

C’est quoi le problème ?

Une communication mal ciblée ? Non, je ne pense pas, car ils connaissent bien le virus ! Ils savent qu’il existe ! Ils ont en entendu parler au moins une fois !

La bêtise humaine ? Peut-être ! Sinon comment comprendre cette désinvolture malgré tout ce qui se dit ! Les mesures de prévention, les campagnes hors lignes, les informations qui fusent à la télé et sur les réseaux sociaux (vraies ou pas) …. Comment comprendre ?

C’est vraiment le moral en berne, réfléchissant sur comment essayer de faire changer les mentalités que nous sommes arrivés à l’hôtel, il était plus de 16 h.

C’est donc ici à Elig Essono que notre voyage a pris fin, dans ce lieu quadrillé qui devra nous héberger pendant nos 14 jours de confinement comme annoncé par les responsables de l’ambassade du Cameroun en Côte d’Ivoire.

Chacun a pris sa chambre et ses bagages….rire ! Eh oui ! Nous avons eu droit à un repas avant 19 h et puis …..

Premier repas d’une confinée en terre natale!

Fallait bien dormir après où bien ?

À demain !

Merci terre Ivoire…..retour au pays en ce temps de #Covid19 part 1

Merci mère terre! photo prise à l’aeroport

31 mars 2020

Il est 4h 06 à Abidjan, je viens de me réveiller pour la 3e fois de mon lit douillet. La peur au ventre de rater mon départ pour le Cameroun. Un départ tant attendu, car il  avait déjà été reporté. Cette fois-ci, je ne me rendors plus, musique gospel à fond dans  mes oreilles, je contemple les photos de mes garçons, je leur parle, je souris, je leur fais plein de bisous….4h20…le temps ne passe vraiment pas. Je range encore la chambre pour la énième fois. Je refuse au sommeil de pointer son nez. Je vais laver la douche de fond en comble….je regarde ma montre après… 5h25!

En chemin ….

Je décide de prendre mon bain. A 6h, nous étions au salon pour la prière. Mon hôte, que je vous ferai l’honneur de découvrir dans un autre billet, me prodigue encore des conseils sur mon retour et s’en va chercher le taxi.


6h22 je suis bien assise à l’arrière. J’active mon GPS pour savoir combien de temps mettra la course, c’est très pratique quand on est hors du pays. Je suis à 25 kilomètres de l’aéroport. Le temps marqué est de 48 minutes. Quelques endroits d’embouteillages mais rien de vraiment grave. On arrive finalement à 7 : 06 très exactement.

Arrivée à l’aeroport.

Nous étions attendus pour le début de l’embarquement à 8h. Une fois sur place, ce sont les américains qui avaient débuté avec le leur. Sur un coté des hommes en tenue probablement de la Navy je crois, et de l’autre côté c’était des résidents américains à Abidjan.

Embarquement

Vers 8h passé, c’était notre tour, après le passage obligatoire de prise de température et nettoyage de main au gel. Passeport et carnet de vaccination checked! L’ambassade ayant la liste des ressortissants voulant rentrer, l’enregistrement était facile et aisé.

Nous avions le precieux sésame!!!!! Aucun frais déboursé.

le precieux sésame!

Nous sommes ensuite montés dans la salle d’embarquement. Il y avait trois groupes de personnes, les américains, les français et nous les camerounais….tous voulant rentrer bien sûr.

…..n y est presque!


La porte des étoiles était là bien visible !…fallait la franchir ( rire) tant que je ne l’avais fait pas faite, pour moi rien n’était gagné ! A 10h, enfin on a appelé les passagers pour le Cameroun….ouf trois fois oufff !

Le voilà! Yaoundé loading…..


Nous montions ainsi ….. à bord Air Côte D’Ivoire N° 9002 du 31 mars 2020 en direction de l’aéroport international de Nsimalen, Yaoundé….. à suivre…




CHAN2020 -Le MINSEP EN VISITE D’EVALUATION A DOUALA

CHAN 2020

Le 28  février dernier, le Ministre des Sports et de l’Education physique, le professeur Mouelle Kombi a effectué une visite de travail à Douala afin de jauger les avancées et évaluer les préparatifs de l’organisation du #CHAN2020 sur les sites de Douala à savoir les stades de Bépanda et Japoma. Était également convié le coordonnateur du site Limbe-Buea.

crédit photo @cocan 20-21 : Le président du COCAN20-21 en plein échange.

Ce qui est intéressant et à noter , c’est le fait qu’on retrouvera sur chaque site, un centre d’accréditation ainsi  qu’une fan zone.

Ceci permettra a de nombreuses personnes à se mouvoir facilement selon les besoins. Les fans de divers pays pourront s’adonner à cœur joie à manifester leur soutient à leurs équipes sans crainte d’être bousculés par les spectateurs.

crédit photo @cocan20-21

Nous avons appris selon la page facebook COCAN20-21 qu’au terme de la visite, « … le Professeur Narcisse MOUELLE KOMBI a présidé dans les services du Gouverneur de la région du Littoral une réunion technique avec les responsables du Comité Local d’organisation des sites de Douala Japoma, Douala-Bepanda et Limbe-Buea, au cours de laquelle a été passé en revue l’ensemble des détails de l’organisation ».

On peut donc se dire, que les infrastructures retenues pour le #CHAN2020 seront de plus neuves avant le lancement au moins d’avril 2020.

On reviendra sur les différentes infrastructures d’ici là !